Belfort: Avions Mauboussin décroche une aide de 800 000 €

Aléron est le premier-né de la gamme Mauboussin.

La société belfortaine développe un système de propulsion hybride à hydrogène destiné à des avions assurant des liaisons interurbaines. Une nouvelle forme de mobilité.

La société belfortaine développe un système de propulsion hybride à hydrogène destiné à des avions assurant des liaisons interurbaines. Une nouvelle forme de mobilité.

« Avions Mauboussin », entreprise installée au Techn’hom à Belfort, va bénéficier d’un financement de 800 000 € pour le développement de son projet « Zéphyr ». Cette somme lui a été attribuée dans le cadre du fonds de modernisation et de diversification de la filière aéronautique, pour lequel la liste de nouveau lauréats vient d’être publiée par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie. Ce fonds est doté de 100 millions en 2020 et de 300 millions sur trois ans. Il doit, selon le communiqué de la préfecture du territoire de Belfort «  permettre aux acteurs de la filière aéronautique de rebondir en développant des chaînes de valeur d’avenir ou stratégiques afin de sortir de la crise par le haut, en préservant les compétences durement acquises, et en préparant l’avion vert du futur ».
L’entreprise a également été pré-sélectionnée par le « fonds Maugis », qui rendra un avis définitif début mars.
Avions Mauboussin conçoit et fabrique des avions à propulsion hybride et hydrogène.

Un système de propulsion hybride à hydrogène

« Zéphyr est une propulsion hybride à hydrogène pour aéronefs interurbains et véhicules légers, précise un communiqué de presse d’Avions Mauboussin. Cette propulsion s’adapte en premier lieu sur les avions et drones proposées par Avions Mauboussin pour les secteurs civils, militaires et commerciaux. Le système hydrogène utilisant une partie thermique à haut rendement apporte un grand rayon d’action, tandis que le mode purement électrique supprime toute nuisance en zone urbaine ou émission en zone sensible, avec un poids des batteries maîtrisé. Zéphyr a pour but de créer la première chaîne de propulsion composée de deux éléments ne rejetant aucun élément nocif ; et pourrait ainsi moderniser les systèmes de propulsion de trois secteurs des transports : air, terre et mer. Zéphyr permet d’avoir tous les avantages sans les inconvénients : propulsion électrique, autonomie, légèreté (partie thermique beaucoup moins lourde que pile à combustible), robustesse et simplicité. »
Avions Mauboussin veut devenir un acteur mondial de premier plan de la mobilité décarbonée et offrir de nouvelles applications à la mobilité aérienne.

Le projet Zéphyr s’étend de début 2021 jusqu’à fin 2024, avec plusieurs étapes : électrique, hybride, hydrogène. L’investissement porte principalement sur la recherche et développement: conception de la chaîne de traction; achat des composants aux partenaires industriels; fabrication du démonstrateur ; essais sur banc puis sur avion au sol.
Dans un second temps, l’investissement portera sur la conception et/ou l’adaptation de bancs d’essais.

David Gallezot, fondateur d'Avions Mauboussin et créateur de l'Alerio (©Le Trois – Thibault Quartier).
David Gallezot, fondateur d'Avions Mauboussin et créateur de l'Alerio (©Le Trois – Thibault Quartier).

Destiné à être proposé à d'autres industriels

La création de Zéphyr (propulsion hybride hydrogène) conduira à la mise sur le marché d’Alérion M1h (le premier des Avions Mauboussin), en 2025 pour la version hybride kérosène et 2027 en hybride hydrogène. Alcyon M3c sera lancé en 2026 pour la version hybride kérosène et 2028 en hybride hydrogène.
En parallèle, Avions Mauboussin proposera la chaine de propulsion Zéphyr à d’autres avionneurs, hélicoptéristes, constructeurs de taxis volants VTOL ou de drones, ainsi que d’autres constructeurs des secteurs maritime et automobile.

5,5 millions d'aides de l'Etat pour le Territoire de Belfort

La préfecture du Territoire de Belfort précise dans son communiqué que cette « nouvelle aide pour la relance de l’industrie terrifortaine (…) porte désormais les engagements de l’État en faveur de l’investissement industriel local à 5,55 millions d’euros et vient conforter la position stratégique de notre territoire dans le développement de la filière prometteuse de l’hydrogène ».
Le soutien de l’État à l’industrie locale à travers le plan de relance se décompose ainsi

  • 2 350 000 € au titre du fonds d’accélération des investissements industriels (entreprises bénéficiaires : Macplus, H2SYS, Usiduc)
  • 2 400 000 € au titre du fonds de modernisation automobile (entreprises bénéficiaires : Lisi Automotive, SMRC, Fonderie rapide belfortaine)
  • 800 000 € au titre du fonds de modernisation et diversification de la filière aéronautique (Avions Mauboussin)

A ces crédits s’ajouteront également les aides octroyées pour accompagner les entreprises vers l’industrie du futur : à ce jour, plus de 2 millions d’euros de subventions ont été sollicités pour le Territoire de Belfort, précise la préfecture.

Ceci vous intéressera aussi
« Pour certaines femmes, il faut choisir entre manger ou acheter des tampons »

Cécile Amarger et Alice Guinard organisent samedi une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. Les dépenses Lire l'article

S.M.Color – création SASU
Logo marianne officiel

Par ASSP en date du 19/08/2020, il a été constitué une SASU dénommée : SASU S.M.COLOR Siège social : 18 rue Lire l'article

L’UTBM et GE créent une chaire industrielle sur les solutions énergétiques de demain

C’est un signal institutionnel fort. General Electric et l’UTBM ont créé une chaire industrielle sur les solutions énergétiques de demain. Lire l'article

L’établissement français du sang encourage le don de plasma
L’établissement français du sang encourage le don de plasma

L’établissement français du sang (EFS) a lancé une campagne de communication pour encourager le don de plasma, dont les besoins Lire l'article

Défilement vers le haut