Ballon d’Alsace, joyau vert qui se cherche un projet

Le conseil départemental du Territoire de Belfort veut s’appuyer sur le massif du Ballon d’Alsace pour développer son attractivité.

Le conseil départemental du Territoire de Belfort veut s’appuyer sur le massif du Ballon d’Alsace pour développer son attractivité. Il veut y maîtriser le foncier et réfléchit à un plan pour renforcer l’offre touristique.

« Le ballon d’Alsace est un joyau vert qui servira notre département », assure Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort. À l’occasion de la conférence de presse de rentrée, organisée le 20 septembre, le Département a dévoilé quelques intentions envers le ballon d’Alsace. Il mène plusieurs études pour faire évoluer l’offre touristique sur cette partie du massif. Une offre 4 saisons. L’hiver dernier, la station a été ouverte 107 jours et a enregistré une belle fréquentation.

Maîtriser le foncier

Le Département envisage d’acquérir les murs de l’hôtel du Sommet, de l’auberge du Ballon, la Tête des Redoutes et un terrain de 50 ha autour de la source de la Savoureuse. Des études de faisabilité sont en cours pour développer une nouvelle offre d’hébergement sur le secteur des Sapins, où se situe actuellement l’aire des camping-cars. Des études juridiques sont également en cours, pour « retrouver un modèle économique pérenne sur le massif », assure le président. Et surtout sortir de l’impasse de la gestion du syndicat mixte interdépartemental du ballon d’Alsace (Smiba).

Au final, près d’un million d’euros va être investi pour faire évoluer cette offre. Un projet devrait être finalisé dans quelques mois. Les premières délibérations seront prises le 10 octobre, à l’occasion de la prochaine assemblée plénière du conseil départemental.

À la suite de la réussite de la Rando des Terroirs, au Malsaucy, le Département a également décidé de reproduire cette expérience au ballon d’Alsace. Une randonnée des terroirs y sera organisée au mois d’avril, juste après la saison d’hiver. « Nous voulons amener de l’affluence sur le massif », assure Florian Bouquet. Et en renforcer l’attractivité.

Défilement vers le haut