Baisse de l’activité de production à Alstom Belfort, mais le site ne ferme pas

Des ouvriers des ateliers d’Alstom, à Belfort, ont notifié leur inquiétude ce mardi matin, de poursuivre leur activité dans le cadre de la pandémie du coronavirus Covid-19. Une activité réduite de la production est actée, apprend-t-on auprès de plusieurs sources. Mais le site ne ferme pas.

Des ouvriers des ateliers d’Alstom, à Belfort, ont notifié leur inquiétude ce mardi matin, de poursuivre leur activité dans le cadre de la pandémie du coronavirus Covid-19. Une activité réduite de la production est actée, apprend-t-on auprès de plusieurs sources. Mais le site ne ferme pas. mis à jour à 19h15, le 17 mars.

Une source syndicale a d’abord évoqué un chômage partiel. Puis une autre source évoquait un autre dispositif à l’étude. Une chose est certaine, on a acté une réduction de l’activité de production à Alstom Belfort, ce mardi midi. Depuis plusieurs jours, entre 60 et 70 % du personnel travaillent à domicile. Cette mesure de réduction du travail ne concerne donc que les salariés qui devaient venir encore sur le site. Des salariés qui ont notifié ce matin leur inquiétude. Et on favorise toujours le travail à domicile, le « TAD » dans le jargon d’Alstom.

Activité minimale pour répondre aux clients

Si l’activité de production est réduite, le site ne ferme pas assure une source proche du dossier, à la différence de ce que l’on a observé chez PSA ou Michelin, ce lundi. Il y a le maintien d’une activité minimale, pour satisfaire les clients si besoin. Les ouvriers ont quitté les ateliers en début d’après-midi confirme une source en interne. Le site belfortain compte près de 500 personnes, dont 200 dans les ateliers.

L’industriel français du ferroviaire n’a pas encore effectué de communication officielle à l’échelle du pays à ce sujet. Sollicitée, la direction de la communication n’est pas encore revenue vers nous.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : 300 suppressions de postes chez Steam Power en France, dont 240 à Belfort
GE - 300 suppressions de poste dans la branche steam/charbon

General Electric prévoit la suppression de 300 postes en France dans son entité steam/charbon, apprend-t-on de sources concordantes. Belfort serait Lire l'article

General Electric : « Je suis sidéré », déclare Damien Meslot

Damien Meslot, maire de Belfort. | ©Le Trois – archives La France va être encore sérieusement touchée par un plan de Lire l'article

General Electric : « Cette mascarade a assez duré », déclare Cédric Perrin
Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de loi, approuvée au Sénat, pour avoir deux procurations au second tour des élections législatives de 2020, le 28 juin.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. | ©Le Trois – archives General Electric prévoit un nouveau plan social d’envergure en France, Lire l'article

General Electric : « Nationaliser pour mettre fin au carnage », affirme Belfort en Grand
Les élus d'opposition au conseil municipal de Belfort, de Belfort en Grand.

Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand. | ©Le Trois x 3 Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut