Assassinat sur fond de trafic de drogue à Besançon: huit suspects identifiés via un réseau crypté

Les rodéos urbains en ligne de mire des autorités à Belfort.

Six des huit suspects sont en cours de mise en examen pour « meurtre en bande organisée ». L’affaire concerne l’assassinat d’un mécanicien de 22 ans en 2020.

(AFP)

Six des huit suspects sont en cours de mise en examen pour « meurtre en bande organisée ». L’affaire concerne l’assassinat d’un mécanicien de 22 ans en 2020.

« On les a tamponnés, tamponnés, tamponnés (…), puis la balle dans la tête » : le déchiffrage du réseau de téléphones cryptés Sky ECC, utilisé par des groupes criminels, a permis d’élucider l’assassinat d’un mécanicien de 22 ans en 2020 à Besançon, lors d’affrontements entre bandes rivales, a annoncé le procureur.
L’enquête sur le réseau de téléphones cryptés Sky ECC ouverte à Lille en 2019, puis confiée à des juges parisiens spécialisés dans la lutte contre la criminalité organisée, a amené les policiers de Besançon à récupérer des discussions entre huit hommes soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat du jeune homme, Houcine Hakkar.
Parmi les suspects, âgés de 21 à 28 ans, six sont en cours de mise en examen depuis mercredi pour « meurtre en bande organisée » et un septième, récemment extradé d’Espagne, sera présenté ultérieurement au juge d’instruction. Le parquet requiert leur incarcération. Un huitième homme est en fuite.
« L’ensemble des individus nient être liés directement à la mort de M. Hakkar » et les investigations se poursuivent pour identifier lequel d’entre eux est l’auteur du tir mortel, a indiqué le procureur de Besançon, Etienne Manteaux, lors d’une conférence de presse.
Le 8 mars 2020 vers 21 h, Houcine Hakkar conduit la nouvelle voiture d’un ami lorsqu’ils sont pris en chasse par un autre véhicule. Après une course poursuite durant laquelle les deux jeunes essuient des tirs, une rafale crible leur voiture.

54 mises en examen à la suite des incidents de Planoise en 2020

Le jeune homme est touché à plusieurs reprises, dont une fois à la tête. Le tireur avait pris soin d’entailler la balle pour qu’elle se scinde en deux. Egalement blessé, le passager parvient à s’enfuir. La police relèvera 28 impacts de balles dans le véhicule et les messages cryptés entre les suspects permettra d’établir qu’ils s’étaient trompés de voiture.
Cette fusillade est intervenue dans le cadre d’affrontements entre deux bandes rivales qui se disputaient le contrôle du marché de la drogue dans le quartier sensible de Planoise à Besançon entre novembre 2019 et mars 2020. Outre la mort de Houcine, ces règlements de comptes ont fait une douzaine de blessés, âgés de 14 ans à 31 ans.
L’enquête menée en co-saisine par la police judiciaire et la sûreté départementale a permis la mise en examen de 54 personnes, dont 27 ont été placées en détention, a noté le procureur.

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut