4 pistes pour commencer à (re)construire le nord Franche-Comté

Lundi soir, le conseil de développement de Pays de Montbéliard Agglomération a organisé une conférence du géographe Laurent Chalard. Un géographe qui pointe les anomalies administratives ; il considère justement que le nord Franche-Comté en est une (revoir sa conférence ici). Il prêche pour la création d’un département à l’échelle de ce bassin de vie, pour éviter la fragmentation des services de l’État. Son discours, sans langue de bois (!) ni pincettes, plutôt critique, a fait réagir et naître le débat (lire par ailleurs). Voire bousculé. Il glisse également les 4 pistes à étudier pour construire cette réalité nord franc-comtoise.

 

Lundi soir, le conseil de développement de Pays de Montbéliard Agglomération a organisé une conférence du géographe Laurent Chalard. Un géographe qui pointe les anomalies administratives ; il considère justement que le nord Franche-Comté en est une (revoir sa conférence ici). Il prêche pour la création d’un département à l’échelle de ce bassin de vie, pour éviter la fragmentation des services de l’État. Son discours, sans langue de bois (!) ni pincettes, plutôt critique. Il a fait réagir. Il a bousculé. Il a fait naître un débat. Il glisse également 4 pistes à étudier pour construire cette réalité nord franc-comtoise.

1. Prendre conscience de ce territoire

« Il faut une prise de conscience de ce territoire et qu’on l’identifie mieux », invite Laurent Chalard (retrouvez l’interview qu’il avait accordée au Trois au mois de juin), à l’occasion d’une rencontre avant la conférence (à retrouver ici). C’était aussi une remarque formulée par le cabinet Politeia, qui avait accompagné le Pôle métropolitain Nord-Franche-Comté dans la définition de ses axes stratégiques. Il doit « porter l’idée territoriale », qui n’existe pas à l’échelle de ce bassin de vie. Selon lui, la notion de nord Franche-Comté est aussi négative. Il faut donc changer de nom, pour constituer une identité, inscrite dans une démarche de marketing territorial. Une manière pour qu’il ne soit plus « invisible », pour reprendre un qualificatif qu’il a utilisé plusieurs fois.

2. Faire comprendre les enjeux

« Ce qui parle aux gens, c’est la vie quotidienne », remarque le géographe, également consultant et membre du think tank European Centre for International Affairs. « S’ils veulent des transports en commun efficaces à l’échelle du nord Franche-Comté, ils ont intérêt à avoir une organisation unique pour gérer », remarque-t-il. En présentant les choses, « les citoyens vont comprendre que c’est dans leur intérêt », suggère-t-il. Selon lui, en présentant ces réalités, on entraîne un débat politique. « Le candidat politique va faire la politique que ses électeurs souhaitent », estime-t-il. Laurent Chalard invite à créer un département du nord Franche-Comté, dont la strate a été « réhabilitée avec la crise sanitaire », en le dotant des compétences d’une intercommunalité, tout en supprimant les cinq communautés de communes, « pour faire de gigantesques économies d’échelle ».

3. Faire du lobbying

Notamment auprès de l’Institut national pour la statistique et les études économiques (Insee), « afin d’être visible sur le plan statistique », relève Laurent Chalard. Aujourd’hui, l’Insee évoque deux bassins d’emplois différents, autour de Belfort et Montbéliard. Le géographe estime que ce territoire est « fonctionnel », mais « invisible ». Il invite à faire aussi du lobbying auprès du préfet et à l’échelle nationale, en « faisant une politique du bruit ». « Quand on monte à Paris, il faut soit le réseau, soit les chiffres. » Il n’y a pas, aujourd’hui, les chiffres. Certains, dans le public, ont aussi soufflé que le territoire n’avait pas le réseau. Si le territoire a été en avance, dans les années 1980, sur cette réflexion, le géographe estime aussi « que l’espace de réflexion s’est perdu ». Militer pour ce rapprochement conduit aussi à faire accepter, notamment à la Haute-Saône et au Doubs, de perdre une partie de leur territoire. Dans la salle, quelques voix doutent de cette possibilité.

4. Sujet de rapprochement

Il a été beaucoup sujet d’économie. Le géographe invitant les élites économiques à encourager cet élan de rapprochement. Dans le public, on l’a reproché. Notamment Christian Proust, ancien président du conseil général du Territoire de Belfort. Il a regretté l’absence, dans la réflexion, des questions environnementales et sociales. Il craint aussi que cela entraîne un phénomène de « métropolisation », « qui ne prend pas en compte ces questions sociales et écologiques ». « L’écologie peut être un point de départ », acquiesce, en aparté, à la fin de la conférence, le géographe. Les sujets autour de la ressource en eau, ces dernières semaines, plaident pour une réflexion commune. Mais on y sent aussi beaucoup de divisions. Avant la conférence, Pierre Lamard, le président du conseil de développement, rappelait que son rôle était « de susciter le débat ». Il est lancé.

Ceci vous intéressera aussi
Les bailleurs sociaux subissent de plein fouet la crise de l’énergie 

Les bailleurs sociaux mettent en place des plans de « sobriété » pour essayer de limiter la casse. | ©Le Trois - Lire l’article

À l’UTBM, l’ambassadeur de Chine souligne l’importance des échanges avec la France  

Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, est présent ce lundi et ce mardi 20 septembre dans le nord Franche-Comté Lire l’article

Transports : l’abonnement Campus, des économies pour les étudiants
Une étude est lancée pour étudier la faisabilité de construire une autorité organisatrice des mobilités à l'échelle du nord Franche-Comté.

Depuis le 1er septembre, l'abonnement Campus est disponible à 18€ au lieu de 38€ pour les étudiants de l'Aire urbaine

Un séisme de magnitude 4,8 près de Bâle, ressenti jusque dans la nord Franche-Comté
La carte des séismes sur le site Renass

Un tremblement de terre a été ressenti peu avant 18 h ce samedi, 10 septembre, jusque dans le nord Franche-Comté. Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal