Le Trois –

PUB

Trévenans : à l’hôpital, les soignants réaffirment le droit à tous d’être soigné

La CGT manifeste pour les conditions des soignants à l'HNFC

Mardi 11 janvier, une soixantaine de soignants, étudiants et retraités ont manifesté devant l’hôpital Nord Franche-Comté pour affirmer leur mécontentement concernant les conditions de travail à l’hôpital.

Une soixantaine de soignants, étudiants, retraités et membres de la CGT ont manifesté, ce mardi 11 janvier, devant l’hôpital Nord Franche-Comté pour affirmer leur mécontentement quant aux conditions de travail. Mais aussi leur mécontentement concernant les débats sur la place et le soin des personnes non-vaccinées à l’hôpital. 

Au premier abord, en ce mardi après-midi ensoleillé, les pancartes font état du mécontentement des soignants concernant les conditions de travail, de formation, de rémunération. « Un métier formidable, un statut fort minable », peut-on lire sur une pancarte. Sur une autre : « Nous ne sommes pas des bénévoles », ou encore : « Sauvez des vies, ouvrez des lits. » Des slogans qui témoignent d’un ras-le-bol bien connu, exacerbé par la crise sanitaire.  Mais l’autre source du ras-le-bol, c’est aussi la question du personnel non-vacciné et les débats médiatisés autour de la question : « Les soignants supportent-ils de voir et soigner en réanimation les personnes non-vaccinées ? »

« Nous, on en a marre que l’on parle à notre place », affirme Isabelle, aide-soignante de l’hôpital et membre de la CGT. « Le président affirme que l’on doit emmerder les non vaccinés. J’ai vu passer beaucoup d’articles qui affirment que l’on ne veut plus soigner des personnes non-vaccinées, c’est faux. Qu’ils arrêtent de parler à notre place. » Sa collègue, elle aussi aide-soignante et représentante syndicale de la CGT ajoute : « Aujourd’hui, nous manifestons pour nos mauvaises conditions, nos salaires, notre charge de travail, mais nous avons surtout une pensée pour nos collègues non-vaccinés qui ne peuvent plus travailler. » Elle précise : « De nombreux services ferment. Nous ne sommes pas assez nombreux pour la charge de travail. Nous sommes là pour la réintégration des collègues suspendus. »

Luc Kahl, infirmier et délégué syndical CGT a, lui aussi, affirmé son soutien sur le droit à tous d’être pris en charge pour des soins, quels qu’ils soient. « Nos conditions sont exécrables. Avec le plan Blanc, c’est encore pire. Le « quoi qu’il en coûte », ça suffit. Nous sommes en train de craquer. Alors oui, sur le terrain, nous voyons bien qu’en réanimation, beaucoup ne sont pas vaccinés. Mais je dénonce la tendance qui se demande s’il faut soigner ou non les non-vaccinés. » Il poursuit : « Un patient est un patient. On les soigne peu importe ce qu’ils sont ou ce qu’ils ont. » Une intervention applaudie, clamée en cœur par les manifestants présents dans la foule.  

Ethique

Les syndicats de la CFDT et de la CNI n’étaient pas présents lors de la manifestation. Pour autant, ils rejoignent la CGT sur la question du soin apporté aux personnes non-vaccinées. « Pour nous, cette question relève de l’éthique », argue Mélanie Meier, responsable CFDT à l’hôpital Nord Franche-Comté. « On soigne tout le monde, quel que soit leur statut. La preuve en est que pour les urgences, le passe sanitaire n’est pas demandé. » Des propos soutenus par Céline Durosay, secrétaire nationale de la CNI à l’HNFC. « Malgré ce qu’on peut lire dans la presse, je n’entends jamais de professionnels au sein de l’HNFC dire qu’il n’en peut plus de soigner des non-vaccinés en réanimation. Ce ne sont pas nos valeurs, nous ne faisons pas le tri. Le problème, c’est que les soignants n’en peuvent plus et certains savent comment leur faire dire ce qu’ils veulent. »

Quant à la réintégration du personnel non-vacciné, les syndicats sont partagés. Mélanie Meier, responsable CFDT, explique que « beaucoup ont fait le vaccin à contrecœur. Des centaines de personnes. Si nous laissons les personnes non-vaccinées revenir travailler, ce serait aussi une injustice pour ceux qui l’ont finalement fait. » Céline Durosay, secrétaire nationale de la CNI complète : « Nous étions nombreux à être opposés à l’obligation vaccinale. Mais la loi a pris le dessus. Alors c’est compliqué. Dans tous les services, nous en parlons. Et à chaque fois, il y a du pour et du contre. Aujourd’hui, ce qui nous fait peur, c’est la 3e dose obligatoire. » Une constatation que partage Mélanie Meier. S’ils ont été nombreux à faire leur vaccin et leur rappel à contrecœur, la 3e dose obligatoire risque, selon Céline Durosay, de « reposer les problèmes que l’on a connus au 15 septembre avec toute une partie du personnel réfractaire ». En décembre, une vingtaine d’agents n’avaient toujours pas trouvé d’accord avec la direction. À ce jour, la direction de l’hôpital dénombre 15 personnes toujours dans cette situation. L’hôpital compte 3 250 agents (soignants, médico-techniques, administratifs, logistiques et techniques) et 455 médecins, internes et attachés

Nos derniers articles

FCSM : Jean-Claude Plessis va quitter la présidence d’ici l’automne

Le président du football-club Sochaux-Montbéliard, Jean-Claude Plessis, figure du sauvetage l’été dernier, a annoncé qu’il quitterait son poste avant l’automne. L’annonce a été faite lors du conseil d’administration de Sociochaux.

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.

Pays de Montbéliard : une opération « place nette », 11 gardes à vue et 26 000 euros d’avoirs criminels

Pour endiguer le trafic de drogue, le gouvernement a lancé une vaste opération nommée « place nette XXL ». L’une de ses opérations s’est déroulée dans le pays de Montbéliard du 8 au 10 avril.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts