Le Trois –

PUB

Quand le monde des entreprises et celui des armées se lient autour d’un club

Le Medef et l'armée ont signé un partenariat pour un club
Rapprocher le monde des armées de celui de l’entreprise. Favoriser l’acculturation. Telle était l’ambition des acteurs qui ont signé une convention à Bourogne, au 1er régiment d’artillerie ce jeudi 5 mai, pour permettre de créer du lien entre ces deux univers et de mieux accompagner le retour vers des emplois civils.

Il y a 20 ans, un partenariat naissait entre le mouvement des entreprises de France (Medef) et le ministère des Armées au travers d’un comité de liaison défense. Avec comme rôle, l’idée de mener des actions communes pour coordonner ces deux mondes distincts. Pour renforcer cette dynamique, Emmanuel Viellard, président du comité de liaison défense pour le Medef et par ailleurs président du groupe Lisi, a pensé à décliner ce partenariat au niveau territorial pour favoriser les reconversions des militaires dans le civil. De là naît l’idée d’un club des entreprises franc-comtoises partenaire des armées. Idée qui s’est concrétisée ce jeudi 5 mai lors de la signature du partenariat entre la délégation militaire du Territoire de Belfort et le Medef, au sein du 1er régiment d’artillerie, à Bourogne. 

L’enjeu de ce partenariat est de permettre aux militaires de se réinsérer après leur contrat à l’armée et créer du lien entre les entreprises de la région et les membres de l’armée. Pour améliorer l’intégration des réservistes – qui sont 215 dans le territoire – dans les entreprises, accompagner les blessés de guerre vers l’employabilité, mais aussi les militaires en fin de carrière et les conjoints de militaires, qui ont parfois beaucoup de mal à retrouver un emploi entre les différentes mutations. « Cela nous permettra d’avoir des échanges francs avec les entreprises pour employer les réservistes dans les meilleures conditions possibles, par exemple », confie le colonel Jean-François Schoonmann. 

C’est aussi une mission pour la réinsertion des militaires qui finissent leur contrat après 3 ans, 6 ans ou même 21 ans et qui ne souhaitent pas continuer. «  Si un jeune ne veut plus signer un contrat ou arrive en fin de contrat, on pourra l’aider à se réinsérer. Et cela motivera certainement les jeunes à venir car ils sauront qu’ils peuvent se reconvertir facilement », affirme le colonel. 

 « Nous avons tout à gagner de cette coopération avec le monde militaire. Nous en attendons des actions concrètes : offrir des capacités d’hébergement dans les entreprises, permettre aux réservistes d’avoir un cadre sain pour exercer leur période de réserve », explique Emmanuel Viellard.  « Cela permettra aussi l’acculturation pour mieux comprendre le monde militaire et permettre aux militaires de comprendre le monde des entreprises », poursuit-il. « Effectivement, cela nous permet de faire connaître le monde de la défense », acquiesce le colonel Jean-François Schoonmann. Pour lui, l’opération est un calcul gagnant-gagnant. Pour les militaires et leur reconversion. Mais aussi pour les entreprises : « Les militaires apporteront leur expérience militaire et leurs fondamentaux que sont la discipline, le respect, la rigueur », détaille le colonel.

Michèle Ulrich, déléguée générale du Medef Territoire Franc-Comtois, le colonel Jean-François Schoonmann et Emmanuel Viellard, président du comité de liaison défense ont cosigné la convention de partenariat. Une convention parrainé par Cédric Perrin, vice-président de la Commission des Affaires Étrangères, de la Défense et de Forces Armées.

Un accompagnement important

Lors de la présentation du régiment, le jour de la signature de la convention, le colonel Schoonmann a détaillé l’attention portée à l’accueil et à l’accompagnement des militaires : livret d’accueil fourni dès l’arrivée pour donner des conseils, journée d’intégration, installation d’un kiosque à pizza pour les besoins des plus jeunes, remise à niveau des bâtiments pour plus de confort… L’accompagnement des militaires dès leur arrivée en régiment est vu comme essentiel par la direction. Et ce partenariat va en ce sens, pour préparer les départs.

Il est d’autant plus important de préparer l’après que 2 240 personnes sont employées entre les différentes bases, les services dédiés à internet, au médical, au service d’infrastructure de défense dans le Territoire de Belfort. En tout, il présente que ce sont aussi 384 militaires mariés et 691 enfants de moins de 18 ans. « Nous participons activement à la vie du département. Après l’hôpital Nord Franche-Comté, nous sommes le principal employeur du département », ponctue-t-il. 

Si aujourd’hui le club n’en est qu’à son commencement, Emmanuel Viellard espère que le plus d’entreprises possible prendra part à l’aventure. C’est en bonne voie. « De très nombreuses entreprises ont manifesté de l’intérêt pour le projet, avant même que le club soit créé. Je suis persuadé qu’il va bien fonctionner », conclut-il. 

Nos derniers articles

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Une proposition de résolution face aux problèmes de santé des pompiers

Florian Chauche, député de la 2nde circonscription du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de résolution au gouvernement, pour que soit débattue les questions relatives à la santé physique et mentale des pompiers. Un document signé par 98 députés de l'hémicycle.

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts