Le Trois –

PUB

Le confinement a accentué les inégalités autour du logement

Le confinement du printemps 2020 a "resserré" notre lien au logement, mais a aussi accentué les inégalités, au détriment des classes populaires et des femmes (©balouriarajesh – Pixabay).

Le confinement du printemps 2020 a “resserré” notre lien au logement, mais a aussi accentué les inégalités, au détriment des classes populaires et des femmes, explique à l’AFP la sociologue Anne Lambert, chercheuse à l’Institut national des études démographiques. 

Par Propos recueillis par Adrien VICENTE – AFP

Le confinement du printemps 2020 a “resserré” notre lien au logement, mais a aussi accentué les inégalités, au détriment des classes populaires et des femmes, explique à l’AFP la sociologue Anne Lambert, chercheuse à l’Institut national des études démographiques. 

Qu’est-ce que la pandémie a changé dans notre rapport à notre logement?

Ça redonne une centralité vraiment très grande au logement et aux conditions matérielles de vie, à la fois pour des activités familiales, mais aussi pour le travail, les loisirs… Et comme le confinement débouche sur des formes de télétravail plus ou moins prolongé, et que certains lieux de sociabilité publique n’ont jamais vraiment rouvert, ou alors de façon contrôlée, le lien au logement s’est resserré. Et on l’a vu, ça rouvre des problématiques qui n’ont pas été réglées: de suroccupation des logements, de coût du logement trop élevé, etc. Ça a pour effets de rendre plus visible cette question des inégalités de conditions de vie. 

Quelles sont ces inégalités qui ont été accentuées avec les confinements?

Il y a vraiment deux types d’inégalités qui ont été creusées. De manière classique, ce sont les inégalités entre les ménages aisés et les classes moyennes et modestes. L’inquiétude face à la difficulté de payer son logement a fortement augmenté pendant le confinement, mais surtout pour les familles en bas de l’échelle sociale, parce que l’activité s’est arrêtée, les règles du chômage partiel n’étaient pas forcément tout à fait claires à l’époque. Ce sont aussi des inégalités face à la surface du logement : quand on est confiné et qu’on peut avoir une pièce à soi pour travailler, que les enfants peuvent faire leurs devoirs dans les chambres… Et puis tout ce qui concerne l’équipement du logement. C’est par exemple disposer d’un espace extérieur, d’un balcon, avoir accès à un environnement urbain… Après, ce que nous montre le confinement et qui était un peu moins travaillé et connu, ce sont les inégalités de sexes. L’Insee avait bien montré ça : les hommes ont bien sûr pris en charge un peu plus de tâches domestiques et parentales, mais le surcroît massif de tâches générées par le confinement, la fermeture des écoles, des crèches… a été proportionnellement plus absorbé par les femmes. Et donc, les inégalités se renforcent pendant cette période, au détriment des femmes. On a aussi regardé comment elles se renforçaient dans l’usage et l’appropriation du logement. Quand il faut télétravailler au sein du logement, près de la moitié des hommes cadres peuvent se trouver une pièce propre pour travailler ou s’isoler ; pour les femmes cadres, c’est à peine un quart. A statut professionnel égal, elles partagent, se mettent souvent dans le salon, la cuisine, ou d’autres pièces partagées avec d’autres membres du ménage. On a aussi pu voir qu’elles sortaient moins du logement, et c’était surtout vrai dans les couples avec enfants. Toutes choses égales par ailleurs, les femmes sortaient moins, et elles sortaient moins pour motifs récréatifs: faire du sport, des loisirs, etc. Donc le confinement a renforcé les inégalités de classe et les inégalités de genre. La crise sanitaire a dégradé le rapport au logement et le bien-être dans le logement de ces catégories-là.

Dans quelle mesure le télétravail a marqué une rupture dans le rapport au logement?

Ça veut dire qu’il faut refaire de la place pour la sphère professionnelle au sein du logement ; or, les cadres sont concentrés dans les agglomérations où les logements sont plus serrés, plus denses, donc ça pose la question d’où on réinstalle sa place de travail au sein du logement et comment on négocie, quand le conjoint est en télétravail, la présence partagée au sein du domicile. Les enjeux, c’était à la fois dans le rapport au logement et dans la prise en charge des tâches domestiques. Parce qu’on est en télétravail, mais il va quand même y avoir l’école qui appelle, le technicien d’EDF ou Engie qui passe pour X choses, et il y a un mélange plus fort entre les activités de la sphère privée et professionnelle. Je pense que ça pose peut-être plus de questions aux urbanistes, qui se demandent si on va produire des logements différemment, en tout cas dans les logements neufs. Est-ce que les promoteurs vont devoir faire des logements avec bureaux et réfléchiront mieux aux espaces de vie?

Nos derniers articles

Belfort : l’ultimatum de Damien Meslot envers l’Education nationale

Damien Meslot annonce quitter un dispositif commun avec l’Éducation nationale et l’État qui permet de mettre des moyens supplémentaires dans les quartiers prioritaires. La raison : la fermeture de 9 classes à Belfort. Une annonce qui agace profondément certains élus.

Des élus RN brandissent des affiches anti-immigrés en plein conseil régional

La présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

FCSM : « Le bouclage financier de la saison 24/25 ne posera aucun problème »

Pierre Wantiez, président délégué du FCSM était invité au conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération mercredi 10 avril. Les élus ont acté un soutien d’un million d’euros afin d’entrer dans la société coopérative d'intérêt collectif, en faveur du centre de formation et de la section féminine. L’occasion de refaire un point sur la santé du club.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts