Le Trois –

PUB

L’Alerte enlèvement est levée, la fillette toujours recherchée

Agents de la police nationale du commissariat de Belfort, sur un contrôle couvre-feu en avril 2021 (©Le Trois – Thibault Quartier).

L’alerte enlèvement diffusée mardi a été levée dans la nuit. La fillette de 8 ans recherchée n’a cependant pas été retrouvée.

(AFP)

L’alerte enlèvement diffusée mardi a été levée dans la nuit. La fillette de 8 ans recherchée n’a cependant pas été retrouvée.

Le dispositif Alerte enlèvement a été levé concernant Mia, une petite fille de huit ans enlevée dans les Vosges, et l’enquête se poursuit, a indiqué le ministère de la Justice dans la nuit de mardi à mercredi. “Sur décision du parquet d’Épinal, il est mis fin à l’alerte enlèvement”, a annoncé dans un tweet le ministère de la Justice. “L’enfant n’a pas été retrouvée. Mais ses photos ne doivent plus être diffusées. L’enquête se poursuit. Merci à tous pour votre aide.”

Le dispositif avait été déclenché mardi après que l’enfant a été enlevée par trois hommes, alors qu’elle était chez sa grand-mère dans les Vosges, selon la gendarmerie et le procureur de la République d’Epinal. La petite fille “a été enlevée à Les Poulières (Vosges) le 13 avril 2021 vers 11 h 30 par trois hommes de type européen, deux âgés entre 25 et 35 ans, dont l’un serait porteur d’un tatouage en forme de croix au niveau du cou, et un troisième âgé de 45 à 50 ans”, selon le texte diffusé. Ces hommes “sont susceptibles de circuler à bord d’un véhicule Volkswagen de type transporter, gris anthracite”, ajoute-t-il.

“La fillette a été enlevée alors qu’elle était confiée à sa grand-mère maternelle désignée tiers de confiance par le juge des enfants”, a précisé à l’AFP le procureur de la République d’Epinal, Nicolas Heitz, qui prévoit de tenir une conférence de presse mercredi. L’enfant “pourrait être accompagnée de sa mère Lola Montemaggi qui n’a pas le droit de la voir seule, âgée de 28 ans, 1,70 m, très mince, cheveux châtains clairs mi-longs, deux tatouages “étoiles” à l’intérieur d’un poignet”, ajoutait le texte de l’alerte enlèvement. Cette femme pourrait circuler “à bord d’un véhicule Peugeot 207 noir, immatriculé BZ 370 GZ”.

La section de recherche de Nancy et la brigade de recherche de Saint-Dié sont chargées de l’enquête, a indiqué M. Heitz.

Un dispositif adopté en France en 2006

Le plan “Alerte enlèvement” est un dispositif d’alerte massive et immédiate déployé pour aider à la recherche d’un enfant présumé enlevé. Il est largement inspiré du plan “Amber Alert”, créé au Texas en 1996, après l’enlèvement et l’assassinat de la petite Amber Hagerman.

Adopté en France en février 2006, il consiste à lancer une alerte massive en cas de rapt d’enfant mineur pour mobiliser la population dans la recherche de l’enfant et de son ravisseur.

Il n’est activé que si plusieurs critères sont réunis: il faut un enlèvement avéré et pas une simple disparition, la victime doit être mineure, son intégrité physique ou sa vie doivent être en danger et des éléments d’information doivent permettre de la localiser.

Sa précédente activation remonte à février 2020 pour Vanille, une petite fille de 1 an, enlevée à Angers. La fillette avait été retrouvée morte le lendemain dans une benne à vêtements et sa mère, qui souffrait de troubles psychiatriques, avait reconnu avoir tué son enfant.

Nos derniers articles

Peugeot Motocycles : « On ne veut pas reproduire les mêmes erreurs »

Le président de Peugeot Motocycles veut rassurer sur la suite de l’activité à Mandeure, alors que deux mois de chômage technique sont annoncés. La priorité est d’écouler les stocks. En novembre, l’activité reprendra avant un redémarrage soutenu en 2025.

Le marché automobile européen se contracte en mars, la part des électriques aussi

Les immatriculations européennes de voitures neuves ont connu leur premier repli de l'année en mars, tandis que la part de marché des automobiles électriques est restée inférieure à celle de toute l'année 2023, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Le designer du TGV, Jacques Cooper, est mort

Le designer du tout premier TGV, Jacques Cooper, est mort, a appris l'AFP mercredi auprès du constructeur de trains Alstom, où il a travaillé dans les années 1970 et 1980. Il restera comme l'homme qui a donné au TGV sa silhouette distinctive, avec son nez effilé et aérodynamique et sa première livrée orange, devenue mythique dans l'univers ferroviaire français.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts