Le Trois –

PUB

Belfort : le centre de soins non programmés de la Miotte patauge

La clinique de La Miotte est en train d'être rénovée. Les travaux devraient durer jusqu'en 2024. | ©GSV​
La clinique de la Miotte est en train d’être rénovée, à Belfort, par Vivalto santé. Un centre de soins non programmés doit également voir le jour sur le site de La Miotte, mais les financements peinent à être débloqués par l’agence régionale de santé (ARS), regrette le porteur du projet, le Dr. Loïc Lavaill. (mis à jour le 11 janvier à 9h37)

En janvier 2022, Damien Meslot, président Les Républicains (LR) du Grand Belfort, annonçait que le projet de centre de chirurgie de la JonXion était avorté à la suite du rachat de la clinique de la Miotte par le groupe Vivalto Santé (voir notre article).

Le groupe s’était positionné plutôt en faveur de travaux à la clinique de la Miotte, à hauteur de 8 millions d’euros. Ces investissements devaient permettre d’agrandir les locaux actuels mais aussi de créer une unité de consultations pour des soins non programmés, pour soulager les urgences.

Un an plus tard, la finalisation du projet de centre de soins non programmés patauge. Les travaux, eux, sont presque terminés. « Il ne reste qu’un coup de peinture à mettre et cela sera bon », explique le Dr. Lavaill, porteur de ce projet et médecin généraliste libéral à Offemont. Mais les subventions, elles, sont bloquées. Bloquées, car le modèle proposé, qui repose sur un schéma de quatre consultations par heure, sans avoir de médecins traitants au sein du centre, « n’existe pas ». 

Pour recevoir des subventions, une société de support doit être qualifiée légalement pour pouvoir les récupérer. « Ces sociétés supports, il n’y en a pas beaucoup. Et elles doivent pouvoir faire inscrire ma société dans un registre qui le classe en établissement de santé », explique le praticien. Problème : en libéral, les sociétés de supports classiques ne sont pas éligibles aux subventions publiques. Une seule sorte de société support existe pour ce cas, mais il n’est pas éligible non plus car il lui faudrait pour cela devenir médecin traitant du centre. Ce qui ne sera pas le cas avec ce modèle.

À côté de cela, l’agence régionale de santé (ARS) souhaite imposer des conditions difficiles à remplir en termes de nombre de patients, explique-t-il. « L’ARS souhaiterait que nous voyions 6 à 8 patients par heure. Ce n’est pas possible. Nous n’aurons pas l’argent nécessaire pour employer tout le personnel qui va avec. Et je ne peux pas demander à des collègues de venir travailler pour faire la même chose que dans leur cabinet, mais avec un modèle dégradé. »  Si les financements tombent, le centre pourrait ouvrir d’ici un mois, précise le médecin. Derrière lui, « une quinzaine de médecins » sont motivés à le suivre, sur un modèle de gardes.

Un projet qui arrange tout le monde

Le Dr. Loïc Lavaill se désole de ne pas voir avancer le projet. Il l’a pensé et théorisé après avoir quitté la clinique où il travaillait à Mulhouse. « J’ai ramené ce projet dans mes bagages », rit-il. Il l’a présenté aux élus en 2018, dès qu’il s’est installé dans le Territoire de Belfort. Un projet qui a de suite conquis. Cette clinique de soins non programmés est un centre qui « arrange tout le monde ». « Vous prenez un ticket comme si vous alliez chez le poissonnier. Vous venez à 10h50 et vous serez vu par un médecin selon les plages horaires choisies. »

Un système qui existe déjà dans beaucoup de villes en France, et qui soulage les urgences. Comme à Mulhouse, où une colonne de médicalisation a pu être supprimée aux urgences. « Cela a permis une économie de personnel, une augmentation et un redéploiement des ressources restantes. » Du côté des praticiens, « ils ont tous répondu présents », car ils n’auront pas de contraintes administratives.

« C’est un projet qui semble sexy », explique le médecin généraliste, mais qui n’est pas possible pour le moment, dans l’attente de fonds. L’agence régionale de santé reste frileuse regrettent notamment des acteurs locaux. Contactée par téléphone, l’ARS a indiqué qu’à ce stade, elle « accompagne et soutient le porteur de ce projet, dont les éléments financiers et organisationnels demandent encore à être précisés. »

« Nous avons l’impression que les choses novatrices dans la santé effraient. Pourtant les élus sont derrière nous, le directeur de l’hôpital aussi, le conseil de l’ordre se félicite que les médecins généralistes soient porteurs…», souffle le Dr Loïc Lavaill.  « Pour le moment, je ne m’exprime pas sur le sujet. Mais je regrette l’immobilisme de l’ARS sur le dossier », a glissé, pour sa part, par téléphone, Damien Meslot.

Nos derniers articles

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Une proposition de résolution face aux problèmes de santé des pompiers

Florian Chauche, député de la 2nde circonscription du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de résolution au gouvernement, pour que soit débattue les questions relatives à la santé physique et mentale des pompiers. Un document signé par 98 députés de l'hémicycle.

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts