Le Trois –

PUB

Jonathann Daval renvoyé aux assises pour “meurtre sur conjoint”

Me Randall Schwerdorffer
Maitre Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval. | ©Le Trois – Thibault Quartier

Jonathann Daval, qui avait avoué le meurtre de son épouse Alexia en 2017, va être jugé devant les assises de la Haute-Saône pour “meurtre sur conjoint”, des faits passibles de la réclusion à perpétuité, a indiqué mercredi à l’AFP son avocat, Me Randall Schwerdorffer.

Après plus de deux ans d’instruction, place au procès : Jonathann Daval, qui avait avoué le meurtre de son épouse Alexia en 2017, sera jugé cette année pour “meurtre sur conjoint” devant les assises de la Haute-Saône où il encourra la réclusion criminelle à perpétuité (MAJ le 8 janvier 2020, à 19h04).

“La juge d’instruction a rendu lundi son ordonnance de mise en accusation (…) devant la cour d’assises de Haute-Saône pour “homicide conjugal”, conformément à mes réquisitions” formulées en décembre, a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic. L’AFP confirme une information diffusée initialement par Le Parisien. Selon l’avocat de Jonathann Daval, Me Randall Schwerdorffer, contacté par l’agence de presse, le procès pourrait se tenir devant les assises de la Haute-Saône, à Vesoul, “fin mai ou courant juin”. “Il y aura un procès courant 2020 mais nous n’avons pas encore la date”, a tempéré de son côté Emmanuel Dupic.

Dans son ordonnance, la juge, qui a clos son instruction fin novembre, n’a pas retenu la préméditation qui aurait valu un renvoi pour assassinat. Mais à l’issue de l’enquête, elle a jugé les éléments trop peu probants pour retenir cette qualification, a souligné Me Schwerdorffer.

Rapport sexuel

Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, avait été retrouvée morte, dissimulée sous des branchages et partiellement brûlée, le 30 octobre 2017 en Haute-Saône. Son mari Jonathann, un informaticien aujourd’hui âgé de 35 ans, s’était d’abord fait passer pendant trois mois pour un époux éploré, sans nouvelles de sa femme partie faire son jogging, avant de reconnaître l’avoir frappée et étranglée dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 à leur domicile de Gray-la-Ville (Haute-Saône), lors d’une violente querelle conjugale.

À l’issue d’une reconstitution du meurtre effectuée le 17 juin dernier, Jonathann Daval avait admis avoir procédé à la crémation partielle du corps d’Alexia dans un bois voisin. À l’origine de la dispute, selon Jonathann Daval : “un rapport sexuel”, réclamé par Alexia, qui prenait à cette époque un traitement de stimulation de la fertilité pour essayer d’avoir un enfant, mais qu’il avait refusé. “Je l’ai étranglée, l’ai frappée pour qu’elle se taise”, a-t-il dit à un expert psychiatre, évoquant une compagne “violente en paroles et en actes” et qui “l’humiliait”.

Dans son ordonnance, la juge d’instruction a également rejeté les demandes formulées récemment par les proches d’Alexia : ces derniers, convaincus que Jonathann a tenté d’empoisonner sa femme “à petit feu”, avaient réclamé de nouvelles expertises relatives à des substances retrouvées lors de l’autopsie dans le corps de la jeune femme.

"Extrêmement difficile à vivre"

“Les causes de la mort (d’Alexia) sont connues : elles résultent de l’étranglement continu de la victime et non pas d’un empoisonnement”, a insisté Emmanuel Dupic, qui avait également requis le rejet de cette demande. Autre déception pour les parties civiles : elles avaient demandé à ce que les poursuites à l’encontre de Jonathann Daval soient étendues aux chefs de “modification de la scène de crime” et “atteinte à l’intégrité d’un cadavre”, Jonathann Daval ayant avoué avoir voulu brûler le corps de sa femme. Là encore, la juge d’instruction leur a opposé un refus. Selon Me Schwerdorffer, “reste en suspens un problème de qualification entre “violences volontaires” et “meurtre” sur conjoint, les premières étant moins sévèrement réprimées. Cette question fera partie des débats “juridiquement ouverts” devant la cour d’assises”, a-t-il prévenu. Jonathann Daval “attend son procès”, a expliqué Me Schwerdorffer. “C’est long et extrêmement tendu comme situation (…) C’est une attente extrêmement difficile à vivre.”

En moyenne en France, une femme est tuée tous les trois jours par son compagnon ou ancien compagnon. Selon un décompte provisoire de l’AFP, au moins 123 femmes ont été tuées en 2019 par leurs compagnons ou leur ex. Pour 2018, le gouvernement a recensé 121 femmes tuées dans le cadre de violences conjugales.

 Avec l’AFP (Angela Schnaebele, avec Damien Stroka)

Nos derniers articles

Au monument aux morts, tout le monde se revendique du général de Gaulle

Les commémorations de l’appel du 18-Juin ont rassemblé autorités, élus et candidats aux élections législatives, ce mardi. La figure du général de Gaulle est souvent invoquée par les partis politiques. Et ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer son héritage. Quitte à en oublier l’histoire. Reportage.

Michel Zumkeller dézingue Didier Vallverdu et revient en politique

L’ancien député Michel Zumkeller se positionne dans la campagne aux élections législatives anticipées, dans son ancienne circonscription. Il appelle à ne pas voter pour Didier Vallverdu. Et annonce qu’il lance un nouveau parti, qui sera présenté à la rentrée, afin de préparer les prochaines échéances électorales.

Nord Franche-Comté : l’inquiétude face à la pénurie de surveillants de baignade

La communauté de communes du Sud Territoire a poussé un cri d'alarme le 29 avril 2024. Elle dénonce un manque de maîtres-nageurs sauveteurs et de surveillants de baignade dans le territoire. Dans le nord Franche-Comté, ce n’est pas la seule zone à faire face à cette problématique.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts