Le Trois –

Héricourt : les Jardins du Mont-Vaudois cherchent encore l’équilibre pour mener à bien de nouveaux projets

Marie-Agnès Rondot, directrice de la structure les Jardins du Mont-Vaudois.©Le Trois - EC
Reportage
La structure d’insertion des Jardins du Mont-Vaudois a de nombreux projets. Pour continuer à accompagner son public, tout en mettant en place un système écologique vertueux. Mais ceux-ci peinent à aboutir.

À Héricourt, au bout d’une impasse, se trouve une structure d’insertion initiée par la Ville en 2002 : les Jardins du Mont-Vaudois. Sur le même principe que les jardins de cocagne, ou encore que le jardin d’idée à Bavans, la structure à vocation d’insertion sociale et professionnelle cultivent des jardins ouvriers en maraîchage biologique. Préparation de paniers, livraisons à domicile, la structure a un carnet de commandes de 310 adhérents par semaine à Delle, Héricourt et dans le Territoire de Belfort, explique Marie-Agnès Rondot, directrice de la structure. 

Pour mener à bien ces tâches, ce sont une quarantaine de salariés qui sont embauchés par an pour des contrats allant de 4 à 24 mois. « Dans la plupart des cas, les contrats durent 12 à 14 mois », rapporte la directrice. Les personnes embauchées ont entre 18 et 60 ans. Ce sont des personnes « qui ont souvent eu des parcours de vie difficiles, des carrières interrompues, des démarrages laborieux.» Ces quelques mois au sein de la structure leur permettent de « reprendre confiance en eux, de reprendre un rythme ». Ils se redirigent ensuite vers d’autres domaines, comme l’industrie, la logistique, le transport ou encore l’entretien d’espaces verts.

Une insertion loin d’être évidente, qui est gérée par trois encadrants et encadrantes. Qui eux-même font face à de nouveaux enjeux, tels que l’arrivée de plus en plus fréquente de séniors dans la structure qui sont « en fin de carrière et qui ne retrouvent plus de travail dans des endroits classiques.»  Pour réussir à trouver une place à chacun, la directrice de la structure explique être « constamment en recherche de liens avec les entreprises et les acteurs économiques pour trouver des débouchés pour nos publics en difficulté. Mais c’est loin d’être facile.» Des rencontres sont organisées avec les entrepreneurs, notamment dans l’industrie « pour qu’ils puissent expliquer en quoi consistent leurs métiers et lever des freins.»

Rencontre avec Laurence, « le clown de la structure »

Laurence, 50 ans, est embauchée au Jardin du Mont-Vaudois depuis une année. Quand on lui demande ce qu’elle fait au sein de la structure, elle répond : « Le clown ». Livraisons, plantations, préparation de paniers, « ou encore embêter le personnel », Laurence est multitâche au sein de la structure. Elle raconte : « Ce que j’aime bien ici, c’est que je travaille avec des personnes très différentes. Qui ont des parcours tous différents, pas toujours faciles. Ce métier, je ne le connaissais pas du tout. Et maintenant, je regrette le temps de mon père où je ne voulais pas l’accompagner dans les champs.» Elle complète : « Après, c’est vrai que ce n’est pas facile. Quand j’ai commencé, j’avais mal partout. Mais ça m’a fait beaucoup de bien de reprendre une activité.»

 

Laurence, employée des jardins du Mont-Vaudois. ©Le Trois - EC

Un nouveau modèle d’irrigation en projet

La directrice de la structure se dirige vers les onze serres de la parcelle d’Héricourt. « Tomates, courgettes, salades, choux, poireaux, poivrons », impossible de la suivre alors qu’elle énumère tous les légumes qui sont cultivés sous les serres. Le sol est encore humide des pluies du matin et des planches font office de route pour traverser les cultures. La structure travaille sur deux sites différents : à Héricourt où se trouve la parcelle historique. Ainsi qu’à Trémoins, sur une parcelle achetée en 2018, où se trouvent trois serres beaucoup plus importantes en taille. « Ici, l’arrosage est complexe. Le sol est sec et craque rapidement car la terre est argileuse », raconte Marie-Agnès Rondot. Depuis plusieurs années, la culture est devenue de plus en plus complexe à cause de la qualité de la terre et des sécheresses répétées. À Héricourt, un système de récupération d’eau de pluie a été mis en place avec des réservoirs pour s’en sortir. À Trémoins, la structure a décidé d’aller plus loin en creusant une retenue collinaire pour créer un bassin de 4 000 m3. Si le projet est vertueux, c’est parce qu’à l’inverse des bassines, les retenues collinaires ne puisent pas dans les sols et captent les eaux de pluies, notamment en été lors d’orages, lorsqu’elles ne servent pas à recharger les nappes phréatiques. 

 

« C’est un bassin qui doit être raccordé au  réseau de collecte d’eau pluviale, pour être repompé et redistribué sur les parcelles », détaille Marie-Agnès Rondot, qui précise que la situation économique est délicate et que les financements publics ont encore du mal à se débloquer. Si le bassin est prêt et le raccordement prévu par le Réseau de transport d’électricité (RTE), le projet ne voit pas le bout alors qu’il partait pourtant du bon pied. 60 000 euros sont nécessaires pour retrouver l’équilire. De même pour un second projet qui consiste à élargir les activités de la structure en proposant d’entretenir les rivières, de lutter contre les plantes invasives ou encore de la plantation et de la revalorisation des patrimoines fruitiers. Mais il manque encore environ 75 000 pour faire aboutir le projet, expose Marie-Agnès Rondot. Mais loin de se décourager, la structure continue d’avancer, pas à pas. Pour contribuer à son modèle économique, elle s’est lancée dans une vente de plants maraîchers bios, disponibles à la vente depuis le samedi 22 avril et jusqu’au vendredi 5 mai. À venir chercher sur place du lundi au vendredi de 9h à 18h, et sur les marchés de producteurs locaux samedi 29 avril. 

Nos derniers articles

France 2030 : l’État soutient Neext Engineering à hauteur de 7,3 millions d’euros

La start-up belfortaine Neext Engineering, qui veut repenser la conception et l’usage des centrales thermiques, est lauréate d’un appel à projets de France 2030, « i-Démo 3 ». Son programme de recherche et développement Sparta reçoit un soutien de près de 10 millions d’euros, dont 7,3 millions d’euros sont fléchés vers la start-up.

Voitures neuves: la part des électriques a reculé en Europe au premier semestre

La part des modèles électriques dans les voitures neuves a diminué en Europe au premier semestre 2024, marquant un coup d'arrêt à l'envolée de ces motorisations, selon les chiffres publiés jeudi par les constructeurs.

Chaux : des dizaines d’animaux maltraités et des chatons dans le congélateur d’une maison

Vingt chats morts, dont 14 chatons conservés dans un congélateur, et plus d'une trentaine d'autres animaux de compagnie vivant dans l'obscurité et les excréments ont été découverts dans une maison du Territoire de Belfort, a indiqué jeudi le parquet.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts