Le Trois –

Covid-19: l’accompagnement de fin de vie lui aussi confronté à la crise

Soutien fin de vie Image par andreas160578 de Pixabay
Soutien fin de vie Image par andreas160578 de Pixabay

Les unités de soins palliatifs s’efforcent de tirer des enseignements de l’expérience mulhousienne, où des patients sont arrivés de façon massive. Et sont parfois confrontées à un manque de médicaments.

(AFP)

Les unités de soins palliatifs s’efforcent de tirer des enseignements de l’expérience mulhousienne, où des patients sont arrivés de façon massive. Et sont parfois confrontées à un manque de médicaments.

“Ce n’est pas parce qu’on est dans une période centrée sur les urgences qu’il faut oublier l’humanité.” Les spécialistes des soins palliatifs sont eux aussi sur le front face à l’épidémie galopante de coronavirus pour tenter d’éviter toute “submersion”.

Pour ces soignants chargés de soulager les personnes atteintes de formes sévères de covid-19, confrontées à l’angoisse, la douleur et l’asphyxie, et qui ne pourront pas bénéficier de la réanimation, l’enjeu est de tirer les enseignements de ce qui s’est passé en Alsace, région très touchée. À Mulhouse, notamment, les équipes n’étaient pas préparées à l’arrivée massive de patients, dit à l’AFP le Pr Régis Aubry, ancien président de la Société française de soins palliatifs (SFAP), qui travaille dans une unité d’un CHU de la région Bourgogne Franche Comté. Du coup, la SFAP, en concertation avec d’autres spécialistes (gériatres, réanimateurs, pneumologues…) se mobilise pour aider et former les collègues soignants. Pour certains patients, la réanimation peut relever de l’acharnement thérapeutique: “Faire du tri ? C’est ce que font les réanimateurs de tout temps”, rappelle le Pr Olivier Guerin, président de la société française de gérontologie et de gériatrie (SFGG).

Une unité de soins palliatifs covid-19 créée à Besançon

Ainsi, avant même l’ère du covid-19, pour certaines maladies chroniques, comme “des insuffisances respiratoires graves (…), on sait que la réanimation n’est pas bénéfique au long cours ; on va les faire souffrir pour rien”, estime le Dr Thibaud Soumagne, réanimateur au CHU de Besançon, qui est aussi pneumologue. Dans cet hôpital, comme ailleurs, une unité de soins palliatifs covid-19 a été créée.

Mais si les besoins en réanimation venaient à dépasser très largement l’offre disponible du pays, des gens qui auraient pu en bénéficier risquent d’en être privés. Quoi qu’il arrive, les démarches thérapeutiques proposées à l’ensemble des établissements de santé et médico-sociaux mais aussi à domicile, dans le cadre de l’épidémie, n’ont pas pour but l’euthanasie, rappelle la SFAP, qui a émis des propositions et fiches conseils thérapeutiques d’urgence à l’attention des endroits concernés par la saturation des hôpitaux ou qui risquent de l’être bientôt.

Le but est “d’assurer aux patients les plus sévèrement atteints un apaisement de leurs souffrances “ en cas de difficultés ou de détresse respiratoires. Toutefois, avec “la pénurie de midazolam (Hypnovel) pour endormir, le manque de morphine qui semble s’installer ainsi qu’en pousse-seringues” électriques, le Dr Bernard Devalois, médecin en soins palliatifs à la maison protestante de Bagatelle, à Bordeaux, met en garde contre “la tentation d’euthanasie” que pourraient ressentir des soignants en Ehpad, face à des résidents plongés dans des souffrances horribles comme l’asphyxie. Bernard Devalois déplore à ce titre “l’absence de stock stratégique de midazolam” qu’il affirme avoir “proposé de constituer, il y a quinze ans, en cas de pandémie”.

[infogram id="c2a88f8d-f33e-46d2-9df0-055d4392fb19" prefix="Wkp" format="interactive" title="Covid-19 – les chiffres clés en établissements hospitaliers en Bourgogne-Franche-Comté"]

Assurer une "prise en charge digne"

La morphine pour soulager la douleur et les difficultés respiratoires (dyspnée), le midazolam (Hypnovel) pour la sédation (endormir) et un médicament contre l’encombrement bronchique, associés, servent à adoucir la fin de vie, selon la SFAP. À défaut d’Hypnovel, d’autres produits injectables comme le Valium ou encore le Rivotril, sont envisageables mais “c’est une procédure dégradée”, juge le Dr Devalois.

Les symptômes respiratoires sont très anxiogènes. Les anxiolytiques améliorent le confort du malade. Certains par voie orale sont utiles, mais ne peuvent plus être utilisés au stade ultime de la détresse respiratoire. Au stade d’asphyxie, l’urgence est alors de mettre en œuvre la sédation profonde très rapidement, préconise le Dr Devalois. Les agences régionales de santé (ARS) devraient demander aux pharmacies hospitalières de livrer des stocks suffisants des médicaments nécessaires aux Ehpad et aux petits hôpitaux, suggère-t-il.

Le Pr Claude Jeandel, président du Conseil national professionnel de gériatrie a réclamé au ministre de la Santé l’accès aux médicaments recommandés par la SFAP “pour une prise en charge digne de la détresse respiratoire asphyxique des très nombreux résidents ne relevant pas d’une hospitalisation qui décèderont en Ehpad”.

Le modèle actuel n’est pas adapté à la prise en charge structurée des personnes vieillissantes et malades chroniques en ville, constate pour sa part le Pr Guérin, faute selon lui, dans certains Ehpad, de médecin coordinateur, habilité à prescrire en situation d’urgence, et d’infirmière de nuit.

Nos derniers articles

L’heure du grand ménage

Le retour de la belle saison est pour beaucoup l'occasion de nettoyer son foyer de fond en comble. En effet, après les mois d'hiver, pendant lesquels les logements ont tendance à être fermés et moins aérés, le printemps est le moment idéal pour ouvrir grand les fenêtres, aérer les pièces et procéder à un nettoyage en profondeur pour éliminer la poussière accumulée, les toiles d'araignées et autres résidus.

Les défis de la psychiatrie dans le nord Franche-Comté

Prise en charge, manque de personnels, défi démographique… Lors d’une conférence de presse, l’association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté (AHBFC), structure privée à but non lucratif, a brossé le portrait des défis de la psychiatrie des 5 prochaines années.

Peugeot Motocycles : « On ne veut pas reproduire les mêmes erreurs »

Le président de Peugeot Motocycles veut rassurer sur la suite de l’activité à Mandeure, alors que deux mois de chômage technique sont annoncés. La priorité est d’écouler les stocks. En novembre, l’activité reprendra avant un redémarrage soutenu en 2025.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts