Le Trois –

PUB

Brocanteur torturé à mort à Besançon: l’accusé condamné à perpétuité

L’accusé, âgé de 31 ans, affirme ne rien avoir avec le crime. Il a annoncé qu’il va faire appel.

Un homme de 31 ans a été condamné vendredi à Besançon à perpétuité pour avoir, en 2013, torturé à mort un brocanteur de 63 ans, afin de lui faire avouer où il avait caché 50 000 euros en liquide. La peine prononcée par la cour d’assises du Doubs à l’encontre d’Ali Kaabouche est conforme aux réquisitions du parquet. Le condamné, qui n’a cessé d’affirmer qu’il n’avait “rien à voir” avec le crime, a annoncé son intention de faire appel. Le 20 octobre 2013, vers 4 h 30, deux ou trois personnes s’étaient introduites au domicile du brocanteur à Chalezeule, près de Besançon. Les agresseurs l’avaient battu et torturé, probablement avec un tournevis, qu’ils avaient enfoncé plusieurs fois jusqu’à l’os, pour lui faire avouer où il cachait 50.000 euros et des armes.

L’autopsie a révélé une quinzaine de fractures – les côtes, les os du visage et des membres -, ainsi que de nombreuses plaies aux membres. Aucun organe vital n’avait été touché. L’homme était décédé après plusieurs heures d’agonie, d’une crise cardiaque consécutive aux violences subies. “Vous avez torturé ce monsieur. Est-ce que vous êtes allé pour le tuer ? Non. Est-ce que vous êtes allé pour le voler ? Oui. Mais les choses ont mal tourné, parce qu’il a résisté”, a résumé vendredi, au dernier jour du procès, l’avocate générale, Margaret Parietti.

Deux témoignages essentiels

Pendant quatre jours d’un procès marqué par les dépositions de témoins tenaillés par la peur des représailles, l’accusé – déjà condamné plus d’une dizaine de fois pour des faits de violence et de trafic de stupéfiants – a affirmé son innocence et maintenu que les témoins à charge mentaient. Son ADN n’a pas été retrouvé sur la scène du crime, et son profil ne correspondait guère au “grand professionalisme” attribué par les enquêteurs aux auteurs des faits, a souligné l’avocat de la défense, Me Patrick Uzan, qui a plaidé l’acquittement.

A l’audience, la soeur de M. Kaabouche lui a apporté un alibi de dernière minute : la nuit des faits, il “gardait mes enfants”, a-t-elle affirmé.
“On a cherché partout et on n’a rien trouvé. Les preuves rationnelles n’ont pas été apportées” contre ce “trafiquant de stupéfiants, qu’on vous demande de faire payer pour toute son oeuvre”, a fulminé Me Uzan, dénonçant une “construction” et un “crime de sale gueule”. La mise en cause de M. Kaabouche s’appuyait essentiellement sur les témoignages de deux personnes : un jeune dealer qu’il a tenté, en vain, “d’embarquer dans le coup” et une toxicomane qui connaissait la victime, et à qui l’accusé avait demandé des détails sur le brocanteur, qu’il “surveillait”.

Ces témoignages sont “extrêmement solides” et “parfaitement concordants”, alors qu’ils “ne se connaissent pas”, ont souligné les avocats de la partie civile, Me Emmanuelle Pernet et Me Enguerrand Bagot. Les gendarmes ont par ailleurs noté que le téléphone principal d’Ali Kaabouche avait étrangement été éteint la nuit des faits, du 19 octobre à 17 h au 20 octobre 2013 à 13 h 30.

(AFP)

Nos derniers articles

Héricourt : mais que se passe-t-il chez Gaussin ?

Procédures judiciaires en cascade. Blocage de matériel. Déclarations dans la presse. Manœuvres de déstabilisation. Depuis janvier, le groupe Gaussin et sa filiale Metalliance sont au cœur d’un imbroglio économico-financier. L’entreprise, experte en annonces grandiloquentes ces dernières années, est en péril. Retour, sur les grandes dates des cinq derniers mois, pour cerner les enjeux.

Pays de Montbéliard : la bourse aux matériaux, le bon plan pour particuliers et artisans

13 entreprises répondent présentes à la première édition de la bourse aux matériaux dans le pays de Montbéliard. L'occasion pour les artisans de vendre leur stock de chutes et pour les bricoleurs de s’approvisionner à petits prix.

Belfort : des étudiants s’opposent fermement au déménagement de leur établissement

Les étudiants du département Carrières sociales de Belfort-Montbéliard vont devoir déménager, début 2025, pour que leur établissement soit rénové. Ils s'y opposent. Mauvaise isolation phonique, couloirs étroits, manque de place dans les salles, les étudiants dénoncent leurs conditions d'accueil dans le nouveau bâtiment.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts