Le Trois –

PUB

Belfort : 72,5 % des ménages surendettés concernent des personnes seules

Marie-Claire Staquet, directrice de la Banque de France du Territoire de Belfort (©DR)

On enregistre une baisse des dossiers de surendettement dans le Territoire de Belfort en 2021, par rapport à 2019, confirmant une tendance observée depuis 2014. Le surendettement touche surtout des ménages de personnes seules, avec ou sans enfants.

On enregistre une baisse des dossiers de surendettement dans le Territoire de Belfort en 2021, par rapport à 2019, confirmant une tendance observée depuis 2014. Le surendettement touche surtout des ménages de personnes seules, avec ou sans enfants.

En 2021, 343 dossiers de surendettement ont été déposés à la commission départementale de surendettement du Territoire de Belfort, pilotée par la Banque de France, qui assure le secrétariat de la commission. En 2019, 413 dossiers avaient été traités. Une dynamique qui suit la courbe nationale. Depuis une dizaine d’années, la courbe suit une tendance baissière. Le législateur a rendu plus difficile l’accès aux emprunts, notamment les prêts à la consommation ; c’est le cas de la loi Lagarde, approuvée en 2010.

Le surendettement se définit comme « l’impossibilité manifeste de faire face à ses dettes échues ou à échoir », indique la Banque de France. Et mobiliser cette commission s’inscrit « dans une démarche volontaire », indique Marie-Claire Staquet, directrice de la Banque de France du Territoire de Belfort depuis le printemps 2021. On peut aussi être accompagné par des travailleurs sociaux. Pour autant, « nous avons toutes les situations », observe la directrice. Famille monoparentale avec enfant et sans travail, famille aisée où l’un des conjoints vient de perdre un emploi en Suisse, avec des arriérées fortes, et que les nouvelles ressources ne correspondent plus à ce mode de vie.

Un endettement moyen de 42 126 euros

52 % des dossiers sont portés par des femmes, alors représentent 50,9 % de la population. 72,5 % des dossiers concernent des foyers avec une personne seule, avec ou sans enfants. Les 35-54 représentent 51,5 % des dossiers, alors qu’ils pèsent 33,3 % de la population. 88,2 % des dossiers concernent des ménage locataires ou hébergés gratuitement. Et 28,8 % des dossiers concernent des chômeurs, qui représentent 8,2 % de la population. À rebours, l’immobilier est peu présent dans les dossiers de surendettement. 15,7 % des dossiers ont une dette immobilière en Bourgogne-Franche-Comté ; cette proportion est de 12,7 % en France. « Ce n’est pas l’immobilier qui explique les dossiers de surendettement », analyse la directrice. Ce sont des problème de gestion, de pauvreté ou des situations familiales « très chaotiques », relève Anne-Claire Staquet.

Le Territoire de Belfort est marqué par des paradoxes. Le revenu médian enregistré dans le département se situe à 21 480 euros, par an ; il est de 21 860 euros en Bourgogne-Franche-Comté et de 21 730 en France. Pourtant, on enregistre un taux de 295 dossiers pour 100 000 habitants dans le Territoire de Belfort, contre 259 dossiers en Bourgogne-Franche-Comté et 227 en France, pour 100 000 habitants. En même temps, le taux de chômage est sensiblement plus élevé dans le Territoire de Belfort. Il s’établit à 8,9 %, contre 6,9 % en Bourgogne-Franche-Comté et 8 % en France. Près de 8 % des moins de 65 ans du Territoire de Belfort sont bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), contre 5,9 % en Bourgogne-Franche-Comté et 7 % en France. Et le taux de pauvreté monétaire du Territoire de Belfort, de 14,5 %, est le 2e plus élevé de la région, après la Nièvre, avec 15,7 %. Il est de 14,6 % en France.

Dettes effacées pour 45 % des dossiers

Le dossier de surendettement suit plusieurs étapes. Le réquérant rempli déjà un dossier, sur un base déclarative. « On remet à plat toute la situation familiale, financière et budgétaire, explique la directrice départementale de la Banque de France. Nous faisons une photo de la situation. » L’idée est de se projeter, en regardant les ressources, les dettes et les charges, pour « déterminer une capacité de remboursement », détaille Marie-Claire Staquet.

Première étape de la démarche, l’étude de recevabilité ; 95 % des dossiers sont retenus et peuvent être orientés dans deux directions. La première, ils sont orientés vers une procédure classique, où l’on établit un échéancier, de maximum 7 ans, de remboursement ; cela concerne 45 % des dossiers retenus.

0
En euros, l’endettement moyen des ménages surendettés dans le Territoire de Belfort, contre 45 138 euros en Bourgogne-Franche-Comté et 43 245 euros en France.

À partir du moment où les ménages entrent dans cette procédure, leurs dettes sont « gelées ». Les créanciers ne peuvent plus réclamer leur dû. Cela ouvre aussi « un sas de décompression », image la directrice, qui permet de repartir de l’avant et de chercher des solutions. Dans la deuxième option, les dossiers sont orientés vers une procédure d’effacement de la dette, considérant « que la situation est irrémédiablement compromise ». On estime que la personne n’a pas les capacités de rembourser, ni aujourd’hui, ni demain. Cette dernière orientation n’est pas sans susciter quelques réactions. On s’étonne parfois qu’une telle décision soit prise pour des personnes dans la force de l’âge.

A contrario, on observe que l’idée est surtout de les sortir d’un engrenage, alors que la mise en place d’un échéancier pourrait conduire à moyen terme au déclenchement d’une nouvelle procédure. « La volonté du législateur est de sortir de la loi du surendettement, explique la directrice, et de donner une seconde chance, même si nous disons à des très jeunes que c’est de manière irrémédiable. » On veut éviter l’engorgement du dispositif et ne pas l’alimenter avec des procédures qui se répètent. « Le but, c’est de trouver une solution à l’endettement, explique Marie-Claire Staquet. C’est une dynamique très sociale. » En moyenne, l’effacement de dette représente 16 600 euros ; Dans 20 % des cas, le créancier fait un recours auprès du tribunal judiciaire. Globalement, les dossiers nécessitent 3 à 4 mois avant d’être traités.

Avoir du patrimoine n’est pas bloquant pour déposer un dossier de surendettement. Au maximum, on tente de préserver les biens. « On regarde au cas par cas », observe la directrice. Pendant la période d’instruction, le ménage est inscrit sur le fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Pendant l’étude du dossier, on ne peut pas contracter de nouveaux emprunts, sauf autorisation expresse de la commission de surendettement, pour l’achat de biens de premières nécessités par exemple. Et pour calculer les capacités de remboursements, la Banque de France applique des barèmes, hors loyer, considéré au prix réel. Et avec ces barème, « il faut se serrer la ceinture », assure la directrice de la Banque de France.

Nos derniers articles

Belfort : l’ultimatum de Damien Meslot envers l’Education nationale

Damien Meslot annonce quitter un dispositif commun avec l’Éducation nationale et l’État qui permet de mettre des moyens supplémentaires dans les quartiers prioritaires. La raison : la fermeture de 9 classes à Belfort. Une annonce qui agace profondément certains élus.

Des élus RN brandissent des affiches anti-immigrés en plein conseil régional

La présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

FCSM : « Le bouclage financier de la saison 24/25 ne posera aucun problème »

Pierre Wantiez, président délégué du FCSM était invité au conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération mercredi 10 avril. Les élus ont acté un soutien d’un million d’euros afin d’entrer dans la société coopérative d'intérêt collectif, en faveur du centre de formation et de la section féminine. L’occasion de refaire un point sur la santé du club.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts