Le Trois –

PUB

Belfort : 19 cas positifs à la covid-19 au commissariat de police

Commissariat de la police nationale, à Belfort (TQ)
Commissariat de la police nationale, à Belfort (TQ)

Le commissariat de police de Belfort fait l’objet d’une attention particulière. Un épisode de cas regroupés, dit cluster, a été identifié. Une vingtaine d’agents ont été concernés. Si on se veut très rassurant sur la continuité du service, ce phénomène pose des questions autour de l’adaptation du service à la crise sanitaire.

Le commissariat de police de Belfort fait l’objet d’une attention particulière. Un épisode de cas regroupés, dit “cluster”, a été identifié. Une vingtaine d’agents ont été concernés. Si on se veut très rassurant sur la continuité du service, ce phénomène pose des questions autour de l’adaptation du service à la crise sanitaire.

Jusqu’à 19 agents du commissariat de police, à Belfort, ont été positifs au virus SARS-CoV-2, responsable de la covid-19, ces derniers jours. Une situation qui a entraîné une mise en quarantaine des personnes concernées, plus quelques cas contacts. Une commission santé, sécurité et condition de travail (CSSCT) a été réunie ce jeudi matin en préfecture. Environ 160 personnes travaillent au commissariat de police. 

Ce vendredi, l’épisode de contamination ne concerne plus que 12 cas, confirme la préfecture, qui se veut rassurante. Ces absences n’ont pas été constatées dans les mêmes services. Il y a eu une « mobilisation forte des effectifs », confirme le préfet du Territoire de Belfort, Jean-Marie Girier, pour faire face à cette situation et assurer les missions, alors que la police nationale est particulièrement sollicitée. Au commissariat, la direction communique peu, mais elle se veut rassurante également : le « service fonctionne normalement ». Dans plusieurs voix en interne, on sent toutefois que l’ambiance n’est pas sereine autour de ce sujet et que l’information a mal circulé.

La réunion de jeudi à la préfecture a permis « d’avoir un dialogue et d’accroître la vigilance de chacun », note Sébastien Garcia, délégué départemental du syndicat de police Alliance. Le syndicat confirme également « que tous les gestes barrières sont respectés » par les agents. Et le protocole est mis en place, confirme Sébastien Garcia. Il y a du gel et des masques, ce qui n’était pas le cas au début de la crise sanitaire: le syndicat était justement monté au créneau. Le représentant du personnel suggère d’organiser une campagne de tests au commissariat. « Nous sommes dans l’opérationnel. Nous nous devons d’être protégés pour être efficaces dans nos missions », poursuit-il.

Pas de télétravail

Si la crise est gérée et les protocoles respectés, cet épisode met en lumière un autre sujet : l’organisation du travail. Aujourd’hui, personne ne télétravaille au commissariat. « Des notes de service disent que c’est possible, remarque Sébastien Garcia, avant de relever : Des adaptations pourraient être faites, mais elles ne se font pas. »

« Dès lors que l’on peut télétravailler, on le doit », confirme le préfet, au sujet de cette adaptation des services publics. C’est ce que demandait une circulaire du Premier ministre aux ministres, en date du 1er septembre. « Le télétravail demeure une pratique qu’il convient de continuer à favoriser », peut-on y lire. Mais le préfet de remarquer que certains services publics – la gendarmerie, la police nationale, les pompiers – « sont difficilement télétravaillables ». Un policier de terrain ne peut pas travailler chez lui. C’est également délicat pour certains services, comme les renseignements territoriaux. Les logiciels utilisés ne peuvent pas être déplacés au domicile ; la remarque est la même concernant les documents sous scellés, qui ne peuvent pas être déplacés. Pour « auditionner », il faut aussi être au commissariat ajoute le préfet.  

Déficit de moyens

La sécurité des informations et la difficulté d’installation sont posées comme des freins au déploiement du télétravail. Mais cette impossibilité actuelle de télétravailler « pose aussi la question des moyens et de l’évolution de la police », suggère Sébastien Garcia. « Si les policiers avaient un ordinateur portable sécurisé, ce serait possible », remarque-t-il. « Nous devons prendre le train en marche, invite-t-il. Il y a un déploiement de moyens qui est obligatoire. Il faut que nous soyons capables de travailler différemment de d’habitude pour assurer nos missions. »

Dans sa circulaire, le Premier ministre rappelle aussi que si le télétravail « n’est pas possible », il faut veiller à aménager « les conditions d’emplois ». Et de lister : la dotation de masque, la vigilance autour de l’hygiène des mains, mais également l’adaptation du poste de travail. Le document évoque l’installation d’écran de protection, la limitation du contact avec le public, la distanciation physique assurée ou encore un renouvellement de l’air adapté. Plusieurs voix dénoncent, à cette occasion, les locaux « exigus » et « vieux » du commissariat de Belfort. Encore une question de moyens.

Nos derniers articles

Belfort : l’ultimatum de Damien Meslot envers l’Education nationale

Damien Meslot annonce quitter un dispositif commun avec l’Éducation nationale et l’État qui permet de mettre des moyens supplémentaires dans les quartiers prioritaires. La raison : la fermeture de 9 classes à Belfort. Une annonce qui agace profondément certains élus.

Des élus RN brandissent des affiches anti-immigrés en plein conseil régional

La présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

FCSM : « Le bouclage financier de la saison 24/25 ne posera aucun problème »

Pierre Wantiez, président délégué du FCSM était invité au conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération mercredi 10 avril. Les élus ont acté un soutien d’un million d’euros afin d’entrer dans la société coopérative d'intérêt collectif, en faveur du centre de formation et de la section féminine. L’occasion de refaire un point sur la santé du club.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts