Le Trois –

PUB

Aux Résidences, ils créent une appli pour apprendre l’orthographe en s’amusant

Taldja Belhiacine et Aboubakri Sao, créateurs de l'application Cactus, lors du concours Talents des cités à Sochaux jeudi 7 septembre. | ©Le Trois - EC
Reportage
Deux jeunes entrepreneurs de 33 ans, amis depuis toujours, originaires et vivants dans le quartier des Résidences, à Belfort, ont conçu une application mobile d’orthographe, destinée à rayonner dans toute la France, et plus. Ils ont gagné un prix lors du concours Talents des cités, organisé à Sochaux jeudi 7 septembre.

Taldja Belhiacine cherche dans son téléphone la photo de classe de maternelle où elle apparaît avec son meilleur ami, Aboubakri Sao. À l’allure distinguée, les deux amis se tiennent droit sur leur chaise en attendant le verdict. Ils participent au concours Talents des cités, financé par BpiFrance, qui récompensent des projets d’entrepreneurs en devenir ou confirmés, issus de quartiers prioritaires ou souhaitant s’y installer. Eux viennent du quartier des Résidences, à Belfort. Maternelle, primaire, collège et lycée, les deux jeunes n’ont jamais quitté leur quartier natif. Ils ont toujours été amis et se sont suivis dans toutes leurs réussites personnelles. « Même au lycée, nous n’étions plus ensemble mais on se revoyait au quartier, car nos familles sont très proches », raconte Taldja. Jeudi 7 septembre, à la maison des arts et des loisirs de Sochaux, ils ont décroché ensemble une nouvelle victoire. Cette fois-ci, commune. Ils remportent le grand prix : la première place du concours organisé par BGE Franche-Comté dans la catégorie création d’entreprises. Et la somme de 1 000 euros.

Ce prix, ils le remportent pour la création d’une application mobile nommée Cactus, en ligne depuis le mois de mai. Une application pour travailler son orthographe. « Je voulais aider les gens à s’améliorer. Je suis un passionné d’écriture, mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde. Et je trouve qu’aujourd’hui, nous n’avons pas d’outils, ou de pédagogie adaptée et qui pourraient différer des méthodes traditionnelles », explique Aboubakri. Lui est écrivain et a écrit une trilogie de roman fantastique inspirée de l’univers manga. Il a aussi écrit un recueil de nouvelles et poèmes.

Elle, elle a entrepris jeune. « À 19 ans, j’ai ouvert mes deux premiers magasins dans le centre commercial des 4AS, spécialisés dans l’importation de produits orientaux. J’ai fait ça pendant près de dix ans avant d’ouvrir un laboratoire de cosmétiques. » Celui qu’elle appelle tendrement « Abou » lui a parlé de son projet il y a un peu plus d’un an. Il voulait aider les enfants, les jeunes, mais aussi les adultes qui ont des lacunes en orthographe. Elle lui conseille de lancer un site, une application, de s’intéresser à certains partenaires, certains organismes. « Je lui ai répondu qu’elle avait beaucoup d’idées, mais que j’étais seulement un écrivain et un passionné. Et elle m’a proposé que l’on s’associe. » Depuis, ils sont complémentaires. Taldja s’occupe de toute la partie business tandis qu’Aboubakri produit du contenu pour l’application, en créant des modules pour intéresser les personnes qui la téléchargent. 

Plus de 3 000 questions

« Il a fourni un travail énorme sur le contenu de l’application », raconte Taldja. « Il a travaillé un an dessus, parfois jour et nuit.» Aboubakri hoche la tête. « Ce n’était pas du travail, c’était du plaisir », sourit-il. Chaque leçon est composée de modules, eux-mêmes composés de questions. Il y en a plus de 3 000 au total. Dans Cactus, il y a des thématiques pour apprendre avec des objets « passionnels ». Le foot, le manga, la culture générale. Pour être le plus précis possible sur les axes à aborder, les deux jeunes de 33 ans ont contacté des psychologues, des chercheurs, des professionnels de l’éducation. 

Pourquoi le nom Cactus ? « Parce qu’il nous est tous déjà arrivé de se tromper, de reformuler une phrase, de ne pas être certain de l’orthographe d’un mot ou de la conjugaison d’un verbe. On a voulu dédramatiser cette pression.  Quand vous faites une faute sur l’application, on ne vous dit pas que c’en est une. On vous dit que c’est un petit cactus. On reste toujours dans la bonne humeur, chacun son niveau, son rythme », détaille Aboubakri. 

Plus qu’une bonne humeur, il y a l’idée de redonner goût à ceux qui n’y arrivent plus à cause des pressions. « Dans le cadre de nos recherches, on s’est entretenu avec beaucoup de personnes dyslexiques, dysorthographiques. Et elles nous ont dit l’angoisse que représentaient, à l’école, les dictées. On a eu le cas d’une jeune femme qui nous a raconté avoir eu -25. Elle a été traumatisée de ces méthodes d’apprentissage », ajoute Taldja.

Aider dans les quartiers

Les deux jeunes se sont déjà associés à plusieurs associations des Résidences pour de l’aide aux devoirs, avec des accès à l’application. Des clubs de foot belfortains ont aussi été démarchés. « Ils ont une enveloppe pédagogie et éducation, on l’oublie souvent. Alors, on leur a proposé d’utiliser cette enveloppe pour remonter un petit peu l’orthographe de leurs joueurs. » Le but des entrepreneurs est de faire rayonner l’entreprise dans le secteur avant de briller ailleurs. 

L’étape suivante : monter un partenariat avec l’Education nationale. « Nous avons eu un contact avec le directeur du cabinet du ministre de l’Education nationale qui s’occupe du numérique », explique Taldja. Les deux associés ont proposé d’offrir pour 1 million d’euros d’accès à l’application. Cela représente 55 000 accès. « Le but est de sélectionner les établissements qui en ont le plus besoin, les établissements prioritaires pour aider le plus d’élèves possibles. » Ils espèrent ensuite qu’un partenariat pourra se monter avec toutes les écoles de France, et même « les écoles françaises internationales pour faire rayonner la francophonie ».

S’ils veulent tant faire rayonner ce projet, c’est parce qu’ils estiment que les problèmes d’orthographe concernent tout le monde, désormais. Ecoliers, étudiants, lycéens, professeurs, savants ou encore grands industriels. « Les professeurs interrogés nous racontent que même leurs meilleurs élèves ont un niveau catastrophique. Et pourtant, savoir bien écrire est une marque de fabrique. Si, lorsqu’on va sur un site marchand, il y a une faute, le client n’achète pas. »

La motivation transpire de leur projet. Aboubakri plaisante, en donnant le chèque à son associée. « Garde le chèque, donne-moi de l’eau fraîche et un carnet pour noter mes nouvelles idées. » Quant à Taldja, elle raconte : « C’est un projet qui me tient à coeur. Je le fais avec et pour mon meilleur ami. J’étais obligé de me donner à 300 %. Encore plus que si c’était mon propre projet. » Pour eux, l’aventure est extraordinaire. Et ne fait que commencer, avec cette première victoire lors du concours Talents des cités. 

Nos derniers articles

Vellescot : l’écloserie de Philippe Courtot, un savoir-faire en danger

Philippe Courtot est le seul pisciculteur de Franche-Comté à posséder une écloserie. Il devra bientôt prendre sa retraite. Son savoir-faire est en danger. Pour faire part de ses inquiétudes, il a convié préfecture et élus.

Fesches-le-Châtel : Cristel, la revanche de l’inox face à la menace PFAS

Numéro un des fabricants d’articles culinaires en inox, l’entreprise Cristel, localisée à Fesches-le-Châtel dans le Doubs, ne cesse de grandir depuis 2020. Rencontre.

Peugeot passe au volant rectangulaire à partir de 2026

Peugeot va équiper un premier modèle de voiture d'un volant rectangulaire en 2026 avant de l'étendre à toute la gamme, a indiqué vendredi le chef de produit du constructeur, Jérôme Micheron.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts