Le Trois –

PUB

Héricourt : Fernand Burkhalter veut la démission de la direction des Jardins du Mont-Vaudois

La situation financière et politique des Jardins du Mont-Vaudois est très difficile. | ©Le Trois – EC
Décryptage
La structure d’insertion Les Jardins du Mont-Vaudois est au bord de l’implosion. Elle accumule les dettes. La direction accuse le président de la communauté de communes du pays d’Héricourt de bloquer toutes les solutions possibles pour faire couler la structure.

« C’était une assemblée générale comme nous n’en avions jamais vécu », raconte Marie-Agnès Rondot, directrice des Jardins du Mont-Vaudois, au sujet du 9 juin dernier. Lors de cette assemblée, il était question de trouver un moyen de faire survivre la structure d’insertion, qui souhaite demander une aide de 60 000 euros chaque année pendant deux ans pour réussir à rebondir, alors qu’elle accumule les dettes. Via cette re-capitalisation, elle souhaite développer de nouvelles activités pour augmenter le chiffre d’affaires de la structure. Mais cela ne sera pas possible. Elle détaille : « Le président de la communauté de communes du pays d’Héricourt, Fernand Burkhalter, est le fondateur de la structure. Cela fait des années qu’il critique la gouvernance. Ce soir-là, il a dit publiquement que l’association était mal gérée depuis trois ans. Il demande à ce que soit renversé le bureau pour mettre aux commandes des agents de la communauté de communes et de la mairie d’Héricourt. »

Cela fait un an et demi que l’association prépare un plan de retour à l’équilibre pour rebondir. La structure souhaite développer les activités. Actuellement, l’activité se concentre sur le maraîchage biologique, la vente et la livraison à domicile de produits frais. Demain, elle souhaite développer les activités paysagères, en proposant des tailles, des tontes, de l’affouage. Mais aussi de l’entretien des rivières. À demi-mot, il y a quelques mois, Marie-Agnès Rondot expliquait que tous les projets étaient bloqués à cause de divergences politiques (lire notre article). Aujourd’hui, elle affirme :  « Comme Fernand Burkhalter dit non, cela bloque le Département, la Région, l’État, qui nous demande de régler les problèmes avec notre président. »

Aujourd’hui, le point de non-retour est atteint. Pour elle, l’association est sur le point de mourir, avec tous les salariés dans l’embarquement, d’où cet appel à la presse. Des conciliations avec la préfecture ont déjà été organisées, en vain. Un dernier levier est en train d’être activé : une conciliation judiciaire. Mais elle n’y croît pas. « Aujourd’hui, nous accumulons les dettes. Nous aurons notre PGE (prêt garanti par l’Etat) à rembourser bientôt. Nous avons demandé une capitalisation de 60 000 euros par an pour se remettre à l’équilibre, mais nous tournons en rond. » Son inquiétude : les 25 personnes en insertion qui y travaillent, les 6 salariés permanents et les prémisces d’une liquidation judiciaire.

Des « attaques incessantes »

Par téléphone, Grégoire Gille, maire de Trémoins et président de l’association explique les raisons, pour lui, de ces attaques : « Tout cela, ce n’est qu’une question de différend politique entre nous, à la base. Et puis il y a eu un premier problème en 2017. » Il évoque la recherche de terrains pour développer le maraîchage cette année-là. « Nous avons proposé un terrain à côté de Lure, ce n’était pas dans la communauté de communes, alors Fernand Burkhalter s’est fâché. Il nous a trouvé un terrain, où il n’y avait pas d’eau. Nous avons refusé. Depuis, les bâtons dans les roues se sont enchaînés. Nous sommes la cible d’attaques incessantes. »

Il évoque par exemple le site de Trémoins, site où la structure d’insertion possède des serres. « C’était un terrain sans eau, mais c’était la décision du président. Nous avons eu l’idée de retenue collinaire pour pallier ce problème, mais cela a été extrêmement compliqué de se faire entendre. Aujourd’hui, la production est mauvaise car on manque d’eau. Rien d’étonnant… Mais en parallèle, on nous reproche de ne pas assez produire. »

Aujourd’hui, il affirme que le président de la communauté de communes veut la tête de la direction de la structure et ne trouve pas d’alliés dans ce combat. « Jusqu’à présent, je pensais qu’on allait trouver des personnes responsables pour nous aider, mais ce n’est pas le cas. Un élu local veut la mort d’une structure et personne ne bouge. Aujourd’hui, le dossier est ficelé avec les subventions mais le blocage se joue sur la re-capitalisation. Il y met un véto, ce qui bloquent les banques. » Lui non plus n’a aucun espoir concernant la médiation judiciaire lancée.

Une assemblée extraordinaire en préparation

« J’ai tout fait pour cette association », se défend Fernand Burkhalter par téléphone. « Je l’ai fondée, j’ai acheté le matériel, les tunnels. » Il reproche à la direction actuelle une mauvaise gestion économique, avec 80 000 euros de dettes cumulées, explique-t-il. « Je ne suis pas un puits sans fond, je ne suis pas là pour régler les dettes.» Pour lui, la solution est claire : « Je veux que la direction quitte l’association. Je veux qu’elle démissionne. » 

Il voudrait que cela se fasse via une assemblée extraordinaire qui sera organisée certainement à la rentrée. Il affiche ses ambitions. « Je ne bougerais pas avant cette assemblée extraordinaire. On changera la direction. Je ne vois pas d’autres issues. Je veux des gens désignés par la collectivité. Je sais que ce n’est pas comme ça dans les associations d’habitude, mais c’est comme ça. »

Il se dit très attaché à cette association, qui coule selon lui à cause de plusieurs mauvaises décisions. Il prend l’exemple de Trémoins : « Oui, il n’y avait pas d’eau. Mais il était possible de faire venir des camions. Ils n’ont pas voulu car ils sont écolos. Maintenant, il faut assumer. » Concernant le poste des 25 salariés en insertion, « ils ont tout lieu d’être inquiets », selon lui, à cause de la direction. « Moi, je ne suis tenu à rien. On m’a beaucoup imputé ce qui ne m’est pas imputable, cette posture m’a beaucoup déplu. » Il raccroche rapidement. Pour l’association, la prochaine étape est le conseil d’administration, au début de l’été, avant l’organisation de cette assemblée extraordinaire.« Enfin, si nous sommes encore là », souffle Marie-Agnès Rondot, jointe par téléphone ce vendredi 23 juin. Les espoirs de sauver la structure s’annihilent. 

Nos derniers articles

Montbéliard : au coeur des derniers réglages du prototype Sbarro

L’école Sbarro de Montbéliard a dévoilé son second prototype de l’année samedi 22 juin. Elle rend hommage aux 25 ans de l’université de technologie Belfort-Montbéliard. Et au 15 ans de l’intégration de la formation Sbarro à l'université. La veille, tout n’était pas encore prêt. Reportage au cœur de l’atelier.

Retrouvez les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté

Alors que la saison estivale vient d’ouvrir, Le Trois vous propose une carte interactive pour repérer tous les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté (piscines, sites naturels et surveillés de baignade).

Stellantis : l’équipe informatique de Bessoncourt inquiète de son transfert vers Sochaux

Les employés de l'équipe informatique du site Stellantis de Bessoncourt se sont rassemblés ce jeudi 20 juin. Au 1er janvier 2025, ils devront déménager à Sochaux. Un transfert qui inquiète les employés, quant à l’avenir du service informatique, au cœur d’une importante restructuration.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts