Le Trois –

PUB

En commun pour Belfort : « On a besoin d’un changement politique profond »

De gauche à droite : Florian Chauche, Zoé Rundstadler, René Schmitt et Mathilde Regnaux

Les élus municipaux de la liste d’opposition En commun pour Belfort tiennent un bilan mitigé de cette première année de mandat. Si le manque de dialogue est l’un des points qui taraudent la liste, ils gardent espoir et présentent les points sur lesquels ils resteront vigilants sur l’année à venir.

Les élus municipaux de la liste d’opposition En commun pour Belfort tirent le bilan de cette première année de mandat. Si le manque de dialogue est l’un des points qui taraude la liste, les élus de la liste d’opposition gardent espoir et présentent les caps sur lesquels ils resteront vigilants sur l’année à venir.

« Notre but, dans cette liste, a toujours été de mener une opposition constructive », explique Mathilde Regnaud, conseillère municipale d’opposition d’En commun pour Belfort. Le problème, pour René Schmitt, lui aussi conseil municipal d’opposition d’En commun pour Belfort, c’est que le maire ne joue pas le jeu. « Rien ne se fait, les réponses à nos propositions restent muettes. Lorsqu’on fait des demandes écrites, le maire nous répond partiellement. Tout est toujours appliqué au minimum légal, mais pas plus », narre René Schmitt. « En soi, le maire fait sans nous. On aimerait être associé aux commissions, mais on a parfois l’impression que c’est trop demander. Ce qui est sûr, c’est que le fonctionnement pourrait être amélioré », poursuit-il. Les élus de la liste d’opposition tirent tout de même du positif de cette première année. « Les groupes de travaux, le siège au conseil communautaire, les commissions auxquelles nous sommes associées permettent de vrais échanges, des échanges riches », se réjouit Zoé Rundstadler, membre de la liste d’opposition et conseillère municipale. « Et bientôt, nous allons nous investir encore plus dans le club climat, qui vient d’être créé à la suite du plan climat-air-énergie territorial (PCAET) (un diagnostic territorial sur l’environnement obligatoire dans les villes de plus de 50 000 habitants, NDLR) qui a été dévoilé en septembre et qui demande de vraies consultations. On veut prendre part à ce travail de co-construction », ambitionne Mathilde Regnaud.

Garder le cap sur les problématiques environnementales

Même si les échanges sont difficiles au sein du conseil, les conseils municipaux de la liste En commun pour Belfort tiennent à faire savoir qu’ils restent présents, alertes, pour préserver la démocratie. Et notamment sur les sujets environnementaux. « Les événements climatiques terribles de cet été, les inondations qu’il y a eu à 400 km à vol d’oiseau doivent alerter. On a besoin d’un changement politique profond. Pas seulement au niveau national, il faut agir au niveau local », alerte Mathilde Regnaud. « Il faut traiter les causes à la racine », poursuit-elle. « Pour les conseillers municipaux d’opposition, la solution, c’est la co-construction. Pour ne pas faire d’écologie punitive, la solution, c’est d’associer les gens. Aujourd’hui, ils sont préoccupés par le transport, le logement, l’emploi. Et tous ces secteurs ont leur limite. Il faut proposer autre chose pour les aider au niveau local », défend Mathilde Regnaud.

Ces trois points : le transport, le logement et l’emploi ont fait l’objet de proposition durant le bilan tiré sur cette première année de mandat. « Tout d’abord, il faut qu’on mette le paquet sur la rénovation énergétique. Notamment aux abords de l’avenue Jean Jaurès : des logements de qualité permettraient de redonner de la vie à ce quartier. » Et puis, cela permettrait à la population de réduire leurs coûts sur les factures d’énergie. La question des transports est aussi essentielle, pour le groupe. « Evidemment, on sait bien qu’on ne peut pas tout faire en bus ou en ville d’un bout à l’autre du pôle métropolitain. Mais il faut réfléchir sur le sujet de l’autopartage. C’est un sujet que je porte pour nous au sein du pôle métropolitain » explique Mathilde Regnaud. « L’autopartage : c’est déjà redonner du pouvoir d’achat aux ménages, en réduisant les factures. Mais aussi, si moins de voitures circulent, de nouveaux aménagements urbains deviennent possibles. Pour une ville plus sereine », poursuit la conseillère municipale. En dernier point, les élus municipaux ont mis l’accent sur l’emploi. « La ressourcerie 90 est le parfait exemple de ce vers quoi on doit croître. Ce projet, c’est à la fois un plan environnemental, social et économique. C’est de ce type d’emplois là qu’on a besoin, ceux qui dynamisent l’insertion, qui permettent d’avoir des produits de qualité à bas prix et qui protègent l’environnement. Pas des emplois Amazon », argue Mathilde Regnaud.

 « Ce sont sur ces points-là qu’on doit être vigilants. On se tient à surveiller lors de chaque conseil que ces points soient discutés. Et on va plus loin, on fait aussi le tour des quartiers pour écouter les belfortains. On voit bien qu’il y a un sentiment de délaissement pour beaucoup de quartiers. Les gens sont étonnés de nous voir parfois, alors que nous ne sommes pas en période de campagne », raconte Florian Chauche, le quatrième élu au conseil municipal de la liste d’opposition En commun pour Belfort. « On poursuivra nos efforts dans ce sens », ont conclu les élus de la liste d’opposition.

 

Nos derniers articles

Montbéliard : au coeur des derniers réglages du prototype Sbarro

L’école Sbarro de Montbéliard a dévoilé son second prototype de l’année samedi 22 juin. Elle rend hommage aux 25 ans de l’université de technologie Belfort-Montbéliard. Et au 15 ans de l’intégration de la formation Sbarro à l'université. La veille, tout n’était pas encore prêt. Reportage au cœur de l’atelier.

Retrouvez les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté

Alors que la saison estivale vient d’ouvrir, Le Trois vous propose une carte interactive pour repérer tous les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté (piscines, sites naturels et surveillés de baignade).

Stellantis : l’équipe informatique de Bessoncourt inquiète de son transfert vers Sochaux

Les employés de l'équipe informatique du site Stellantis de Bessoncourt se sont rassemblés ce jeudi 20 juin. Au 1er janvier 2025, ils devront déménager à Sochaux. Un transfert qui inquiète les employés, quant à l’avenir du service informatique, au cœur d’une importante restructuration.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts