Le Trois –

PUB

Belfort : l’installation de la patinoire du Mois Givré fait débat

La patinoire du Mois Givré, installée place Corbis. | ©CC BY 4.0 – Thomas Bresson​
Alors que les élus du conseil municipal du Territoire de Belfort ont discuté, jeudi 27 octobre, des économies d’énergie, le maintien de la patinoire installée place Corbis à l’occasion du Mois Givré s’est invité dans les débats.

L’explosion des coûts de l’énergie provoquera sur 3 ans une augmentation comprise entre 5,7 et 16,8 millions d’euros. Des mesures ont été actées par la mairie de Belfort, pour réduire cette hausse, dont l’extinction des éclairages publics entre 1 h et 5 h, baisse du chauffage des piscines, l’extinction nocturnes de l’éclairage public des zones d’activités, la coupure des chauffages des halles de marché (lire notre article). D’autres mesures sont à l’étude.

Dans ce dossier, l’opposition a proposé une nouvelle série d’actions et Mathilde Regnaud, élue d’opposition du groupe En commun pour Belfort, a notamment questionné l’intérêt de maintenir le Mois Givré, « tel qu’il existe actuellement », ciblant notamment la production de neige artificielle place d’Armes et la production de glace pour la patinoire de la place Corbis. « Ce sont des quantités énormes d’eau que nous consommons chaque mois de décembre », interpelle-t-elle. Et de rappeler que c’est aussi une « dépense énergétique importante » pour maintenir la glace, surtout si la température est douce. Selon elle, il faut « supprimer la neige place d’Armes et la patinoire place Corbis ». Elle invite à faire la fête autrement, « pour que nous soyons assurés de pouvoir la faire encore des tas d’années ». Une étude du CNRS, adaptant à la France les conclusions du Giec (lire ici) indique que d’ici 2100, l’augmentation de la température sera de + 3,8 °C par rapport au début du XXe siècle (lire l’étude).

Patinoire de 500 m2

Si la maintien de la patinoire est acté, elle invite à envisager l’installation d’une patinoire synthétique, citant un rapport de un à dix sur le coût d’exploitation entre les deux systèmes. Florence Besancenot, adjointe en charge du commerce, répond que les patinoires synthétiques « sont 30 % plus cher à la location [pour nos dimensions] et que les dépenses électriques pour la glace sont compensés par la différence de coûts entre synthétique et glace ». Elle avance aussi l’empreinte carbone de la fabrication de la patinoire synthétique, « dix fois supérieur » à une patinoire classique. Selon l’adjointe, les trois structures de glisse consomme 91 m3 d’eau pendant les semaines d’exploitation, soit une facture de 310 euros.

Elle avance également qu’un tel choix entraînerai une baisse de la fréquentation, de l’ordre de 40 %, comme observé dans d’autres localités. Et de dire que le Mois Givré, ce ne sont pas qu’une patinoire, ce sont aussi des spectacles avec des professionnels, qui ne pourraient pas se faire sur une patinoire synthétique. Et de rappeler : « Une patinoire de 500 m2, c’est rare. » Mathilde Regnaud répond que les spectacles pourraient très bien être proposés à la patinoire de la ville.

« Un Mois Givré sans glace, c’est compliqué », a tranché Damien Meslot, maire Les Républicains de Belfort, proposant sur le ton du sarcasme « un pique-nique au tofu » et justifiant la décision sur l’importance des « traditions ».

Nos derniers articles

Au monument aux morts, tout le monde se revendique du général de Gaulle

Les commémorations de l’appel du 18-Juin ont rassemblé autorités, élus et candidats aux élections législatives, ce mardi. La figure du général de Gaulle est souvent invoquée par les partis politiques. Et ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer son héritage. Quitte à en oublier l’histoire. Reportage.

Michel Zumkeller dézingue Didier Vallverdu et revient en politique

L’ancien député Michel Zumkeller se positionne dans la campagne aux élections législatives anticipées, dans son ancienne circonscription. Il appelle à ne pas voter pour Didier Vallverdu. Et annonce qu’il lance un nouveau parti, qui sera présenté à la rentrée, afin de préparer les prochaines échéances électorales.

Nord Franche-Comté : l’inquiétude face à la pénurie de surveillants de baignade

La communauté de communes du Sud Territoire a poussé un cri d'alarme le 29 avril 2024. Elle dénonce un manque de maîtres-nageurs sauveteurs et de surveillants de baignade dans le territoire. Dans le nord Franche-Comté, ce n’est pas la seule zone à faire face à cette problématique.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts