Le Trois –

L’allergie aux pollens de graminées bat son plein

La météo du mois de mai a favorisé la pollinisation des graminées et la dissémination de leurs grains de pollen. | ©Annette Meyer de Pixabay
Partenariat
Le temps teinté de soleil et d’averses de ce mois de mai a favorisé la pollinisation des graminées et la dissémination de leurs grains de pollen dans l’atmosphère. Alors qu’une alerte aux pollens couvre justement l’ensemble de la région Bourgogne-Franche-Comté, à l’instar de nombreuses autres régions, les allergiques en font déjà les frais : rhinite, conjonctivite, toux, asthme… des symptômes qui peuvent très vite s’avérer invalidants ! Alors comment se protéger ?

Article rédigé par Atmo BFC, association en charge de la qualité de l’air – PARTENARIAT

Qui est touché par l'allergie aux pollens ?

La prévalence de l’allergie aux pollens varie en fonction de l’âge : elle est plus élevée chez l’adulte jeune que chez les enfants et les personnes âgées.

Les estimations les plus pertinentes de la prévalence de l’allergie aux pollens issues d’enquêtes épidémiologiques menées en France, de 1994 à 2006, sont au plus :

–          de 7 à 20% chez les enfants ;

–          de l’ordre de 30% chez l’adulte.

La prévalence de la pollinose varie également d’une région à l’autre. Cette variation inter-régionale est observée dans toutes les études, et elle est liée à la différence de végétation entre les régions, mais également aux intensités des saisons polliniques.

La prédisposition génétique au développement d’une allergie est un facteur de risque important dans le développement des pollinoses. Cependant, la pathologie allergique peut survenir indépendamment de cette prédisposition et peut concerner n’importe quel individu, pour peu qu’il ait subi une exposition suffisamment intense et prolongée.

Le « rhume des foins » ou allergie aux pollens de graminées

Cette semaine, les pollens de graminées sont arrivés en masse sur tous les capteurs de la région. Ces pollens devraient être présents une majeure partie de l’été, les concentrations seront fortes notamment lors des belles journées ensoleillées.

Les pollens de graminées ont un potentiel allergisant parmi les plus forts : d’après le Centre d’Allergie Suisse, 70% des allergiques réagissent aux pollens de graminées. (source)

L’allergie est un dérèglement du système immunitaire qui correspond à une perte de la tolérance vis-à-vis de substances a priori inoffensives : les allergènes. En présence de ces allergènes, le système immunitaire d’une personne allergique réagit en libérant de l’histamine, hormone à l’origine d’une inflammation des muqueuses. Les pollens provoquent par inhalation, en pénétrant dans les voies respiratoires des individus allergiques, des affections le plus souvent bénignes, parfois sévères, toujours gênantes voire invalidantes :

–          Rhinite avec irritation et picotement du nez ;

–          Crises d’éternuements ;

–          Ecoulement souvent abondant et obstruction nasale ;

–          Conjonctivite ;

–          Toux, respiration sifflante, voire asthme ;

–          Fatigue, maux de tête ;

–          Manifestations cutanées ;

Des plantes omniprésentes

La famille des graminées (poaceae) regroupe près de 10 000 espèces différentes. Ce sont des plantes généralement caractérisées par une tige légère et très résistante renflée de nœuds réguliers, d’où poussent de longues et fines feuilles lancéolées, formant une gaine autour de la tige. Leurs petites fleurs, rassemblées en épis, se transforment en fruits secs appelés « caryopses » (par exemple les grains du blé). Parmi les plus répandues, on distingue :

  • Les graminées fourragères, poussant dans les prairies, jardins, pelouses, au bord des routes… :
    • Fléole des prés (Phleum pratense) ;
    • Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata) ;
    • Flouve odorante (Anthoxanthum odoratum) ;
    • Ivraie vivace (Lolium perenne) ;
    • Pâturin des prés (Poa pratensis) ;
    • Fétuque des prés (Festuca pratensis) ;
    • Chiendent (Elymus repens) ;
    • Agrostide (Agrostis capillaris) ;
    • Houlque laineuse (Holcus latanus) …
  • Les graminées céréalières, cultivées dans les champs pour l’alimentation :
    • Avoine (Avena sativa) ;
    • Maïs (Zea mays) ;
    • Seigle (Secale cereale) ;
    • Blé (Triticum sativum) ;
    • Orge (Hordeum vulgare) …
  • Les graminées ornementales, plantées dans les parcs et jardins, produisant peu de pollens :
    • Herbe de la pampa (Cortaderia selloana) ;
    • Fétuque (Festuca amthystina, F. glauca, F. mairei…) ;
    • Baldingère (Phalaris arundinacea) ;
    • Fromental élevé (Arrhenatherum elatius) …

La pollinisation des graminées commence en avril et se termine en septembre, la principale floraison se situant entre mai et juillet, avec un pic généralement dans le courant du mois de juin.

Dans la famille des graminées, le seigle présente un pollen parmi les plus agressifs !

Les pollens de graminées déjà très présents en région

Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante. En conséquence, il est attendu pour cette semaine un risque allergo-pollinique maximal (indice de 3 dit « très élevé ») pour l’ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté. D’après les observations du RNSA (www.pollens.fr), les pollens de graminées montent en puissance sur tout le territoire. Cette situation devrait perdurer dans les prochains jours, seules les averses pouvant apporter un peu de répit aux personnes allergiques, en plaquant les pollens au sol.

Les précédentes alertes

Les alertes aux pollens de graminées se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Dans notre région, sur les 5 dernières années, ces alertes ont duré :

  • en 2023 : 10 semaines à partir du 15 mai
  • en 2022 : 7 semaines à partir du 16 mai
  • en 2021 : 4 semaines à partir du 4 juin
  • en 2020 : 5 semaines à partir du 22 mai
  • en 2019 : 5 semaines à partir du 7 juin

Les bons gestes

En anticipation d’un pic pollinique, la prise d’un traitement prescrit par un médecin ou un allergologue peut limiter les symptômes des personnes allergiques.

Lorsque le pic survient, de nombreuses mesures d’éviction peuvent être prises au quotidien pour limiter les effets de l’allergie aux pollens :

  • J’aère mon logement tôt le matin ou en soirée, je ferme les fenêtres le reste de la journée ;
  • J’évite les promenades dans les champs ou les herbes hautes par temps sec et ensoleillé, surtout en milieu ou fin de journée ;
  • Je porte des lunettes de soleil afin de protéger mes yeux du contact des pollens ;
  • Je privilégie les mouchoirs à usage unique ;
  • En voiture, je roule vitres fermées, notamment en campagne ;
  • Je change de vêtements en rentrant chez moi ;
  • J’évite de mettre à sécher le linge dehors ;
  • Je ne tonds pas le gazon moi-même, je ne reste pas à proximité durant la tonte ;
  • Je rince mes cheveux avant de me coucher afin d’éviter le transfert des pollens accumulés en journée sur l’oreiller ;
  • Je lave mon nez matin et soir avec un sérum physiologique ou un spray d’eau de mer pour éliminer au fur et à mesure les pollens qui s’accumulent dans les muqueuses nasales.
 

En cas de symptômes allergiques, il convient de consulter un médecin ou un allergologue.

Enfin, dans certains cas, les allergologues conseillent la désensibilisation ou l’immunothérapie, qui permettent en quelques années de se débarrasser de son allergie.

Nos derniers articles

France 2030 : l’État soutient Neext Engineering à hauteur de 7,3 millions d’euros

La start-up belfortaine Neext Engineering, qui veut repenser la conception et l’usage des centrales thermiques, est lauréate d’un appel à projets de France 2030, « i-Démo 3 ». Son programme de recherche et développement Sparta reçoit un soutien de près de 10 millions d’euros, dont 7,3 millions d’euros sont fléchés vers la start-up.

Voitures neuves: la part des électriques a reculé en Europe au premier semestre

La part des modèles électriques dans les voitures neuves a diminué en Europe au premier semestre 2024, marquant un coup d'arrêt à l'envolée de ces motorisations, selon les chiffres publiés jeudi par les constructeurs.

Chaux : des dizaines d’animaux maltraités et des chatons dans le congélateur d’une maison

Vingt chats morts, dont 14 chatons conservés dans un congélateur, et plus d'une trentaine d'autres animaux de compagnie vivant dans l'obscurité et les excréments ont été découverts dans une maison du Territoire de Belfort, a indiqué jeudi le parquet.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts