Universités : des synergies entre la France et la Suisse

Sept établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’Arc jurassien ont signé, jeudi 7 novembre, un accord de consortium, à la Haute École Arc, de Neuchâtel. Ils « concrétisent leur volonté́ de poursuivre et d’intensifier les coopérations au sein du réseau transfrontalier franco- suisse Communauté́ du savoir », indique le communiqué de presse de l’université de Franche-Comté. Le partenariat doit renforcer les liens pédagogiques et scientifiques entre l’université́ de Franche-Comté́ (UFC), l’université́ de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), la Haute École Arc (HE-ARC) de Neuchâtel, la Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD), l’université́ de Neuchâtel, l’école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (ENSMM) et la Haute École Pédagogique Berne, Jura, Neuchâtel (BEJUNE). Ces liens doivent renforcer les capacités d’innovation dans deux domaines stratégiques : société et industrie 4.0 ; nouveaux enjeux territoriaux, notamment en matière de développement durable. Cette Communauté du savoir a été lancée en 2014, dans le cadre d’un programme européen. Elle « s’est progressivement dotée de dispositifs de financement permettant de soutenir activement la mobilité́ des étudiants et des enseignants-chercheurs, les rencontres et séminaires conjoints, ainsi que l’accompagnement au montage de projets de recherche », indique le communiqué. 166 collaborations et rencontres franco-suisses ont déjà été soutenues, auxquelles ont participé́ plus de 5 000 personnes. Le nouvel accord, en vigueur dès le 1er janvier, consacre trois axes : le soutien à la mobilité́ ; la stimulation et la pérennisation des collaborations ; la promotion de la coopération. Cette Communauté du savoir sera co-présidée par un chef d’établissement suisse un chef d’établissement français.

 

Défilement vers le haut