Côte-d’Or : importante saisie d’armes, trois suspects mis en examen

Côte d'Or: importante saisie d'armes, trois suspects mis en examen

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel |

(AFP)

Trois personnes suspectées de s’être livrées au trafic d’armes sur l’ensemble du territoire ont été interpellées cette semaine et mises en examen après une opération qui a permis la saisie de dizaines d’armes à feu, a annoncé vendredi à l’AFP le procureur de Dijon Eric Mathais.

Ces trois hommes de 21, 50 et 61 ans ont été respectivement interpellés mercredi à Dijon, Montbéliard et Auxerre et mis en examen vendredi pour « acquisition, cession, transport et détention non autorisée d’armes de catégories A, B et C » et « port illégal d’armes de catégorie B », a indiqué le procureur à l’AFP. Ils encourent une peine maximale de 7 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende ainsi que « la possibilité de confiscation totale de leur patrimoine », a-t-il ajouté. L’enquête, menée par la section de recherches de la gendarmerie de Dijon à partir de la surveillance de commandes sur le « dark net », a permis d’identifier en juillet dernier plusieurs personnes qui se livraient à l’achat et la revente sur internet.

Lors de leurs perquisitions menées dans plusieurs localités, les gendarmes ont mis la main sur deux armes de guerre, dont une de type Kalachnikov, 47 armes létales de catégorie B, 15 armes de catégorie C ainsi que sur des milliers de munitions. « Ce dossier est à l’articulation entre des passionnés d’armes qui font du profit (…) et un milieu qui peut-être le banditisme car ils envoyaient ces armes dans toute la France sans savoir qui en étaient les acheteurs et à quoi ces armes étaient destinées », a souligné M. Mathais. Enfin, le magistrat a écarté tout lien entre ce trafic et les affrontements qui avaient agité l’agglomération dijonnaise en juin dernier entre communautés tchétchène et maghrébine.

Ceci vous intéressera aussi
Interdit de suicide assisté, Alain Cocq va se laisser mourir
Alain Cocq, grièvement atteint d'une maladie orpheline incurable, a annoncé vendredi qu'il avait essuyé un refus de l'Élysée dans sa demande à l'aider à mourir et qu'il mettait donc en oeuvre sa décision de cesser tout traitement dès ce vendredi soir.

Alain Cocq, grièvement atteint d'une maladie orpheline incurable, a annoncé vendredi qu'il avait essuyé un refus de l'Élysée dans sa Lire l'article

Cancer : un logiciel gratuit pour prédire la rechute
À Dijon, une équipe de chercheurs a mis au point un logiciel, gratuit et fonctionnant sur un simple PC, qui permet de prédire les risques de rechute de cancer du côlon.

Comment savoir si un traitement lourd préventif est nécessaire? À Dijon, une équipe de chercheurs a mis au point un Lire l'article

Dijon : Alain Cocq accepte son hospitalisation après 4 jours sans traitement
Alain Cocq, qui souffre d'une maladie incurable et a interrompu depuis quatre jours tout traitement et alimentation, a été transféré au CHU de Dijon lundi soir pour bénéficier de soins palliatifs "parce qu'il souffrait trop", a rapporté mardi sa mandataire.

Alain Cocq, qui souffre d'une maladie incurable et a interrompu depuis quatre jours tout traitement et alimentation, a été transféré Lire l'article

Violences en juin à Dijon: deux nouvelles mises en examen
Violences à Dijon: nouvelles fouilles aux Grésilles, huit interpellations

Deux hommes issus de la communauté tchétchène  ont été incarcérés jeudi dans le cadre de l'enquête sur des violences  survenues Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut