Rassemblement pour la paix et contre les armes nucléaires ce vendredi 27 septembre

L’union départementale de la CGT, Europe Écologie Les Verts, Action non-violente COP 21, la ligue des droits de l’homme, Libre pensée et le parti communiste français appellent à se rassembler vendredi en fin d’après-midi, devant la préfecture de Belfort, pour demander au gouvernement la sortie de l’OTAN et la ratification du traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Dans la soirée, les six organisations belfortaines proposent une projection-débat du film La bombe et nous de Xavier-Marie Bonnot. Un film sorti en 2017. Dans leur invitation, les organisations rappellent que les budgets militaires continuent de grimper « de façon inquiétante ». Elles regrettent que les crédits français consacrés aux armes nucléaires passent de 3,5 à 6 milliards d’euros par an. Elles refusent également l’OTAN, « qui réalise trois quarts des dépenses militaires » et milite pour le TIAN, dont l’objectif est d’interdire « la fabrication, les transferts d’emploi et la menace d’emploi des armes nucléaires en raison des conséquences humanitaires et écologiques catastrophique qu’entraînerait leur utilisation ».

  • Vendredi 27 septembre, rassemblement à 18 h devant la préfecture. À 20 h, projection-débat à la Maison du peuple. Pique-nique pris en commun.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : « Nationaliser pour mettre fin au carnage », affirme Belfort en Grand
Les élus d'opposition au conseil municipal de Belfort, de Belfort en Grand.

Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand. | ©Le Trois x 3 Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Lire l'article

General Electric : « Bruno Le Maire joue les pompiers pyromanes », dénonce la CGT
Manifestation GE Belfort octobre 2019 diaporama (3)

La CGT réagit au nouveau plan social de General Electric chez Steam Power | ©Le Trois – archives « Après Gaz et Hydro, Lire l'article

General Electric : En commun pour Belfort demande aux collectivités de porter plainte
Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.

En commun pour Belfort demande aux collectivités d'attaquer en justice. | ©Le Trois – archives « Tout le monde politique local, départemental et Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut