General Electric : déclaration commune de la gauche Belfortaine

Il y avait bien longtemps que des partis de gauche et des écologistes n’avaient pas signé une déclaration commune. Ce 1er juin, à la suite de l’annonce du plan social à General Electric, Europe Écologie-Les Verts, La France insoumise, La gauche républicaine et socialiste, Le mouvement Génération-s et le Parti communiste français, ont signé une missive commune. Et ils insistent dessus : le premier mot du communiqué n’est autre que « ensemble ». « Le groupe américain ne respecte pas ses promesses de maintien de l’emploi et de création de 1 000 postes supplémentaires en France, déplore le communiqué. En ne respectant pas ses engagements, il piétine aujourd’hui un territoire et des salariés qui ont produit tant et tant de richesses. Nous redoutons que ce plan de licenciement ne cache en réalité la préparation d’une délocalisation de tout ou partie de l’activité. » La déclaration regrette que la justification de ce plan, reprise par le gouvernement, s’appuie sur un marché des turbines à gaz difficile. « Si le marché des turbines à gaz est cyclique, il a connu un début de redémarrage en 2018 avec une augmentation de 10 % de la puissance produite. Et les perspectives s’annoncent bonnes à court terme puisque le marché mondial augmentera de 25 % d’ici 2022, avec une part croissante des turbines à très haute capacité, précisément produites à Belfort ! D’autant que le retrait de Siemens, l’un des deux principaux concurrents de GE sur ce marché, laisse augurer d’évidentes opportunités. » La déclaration reprend un autre argument avancé par l’intersyndicale : le développement ds énergies renouvelable « nécessite l’augmentation parallèle sur les réseaux électriques de sources pilotables ». « La turbine à gaz à cycle combiné permet de favoriser la nécessaire transition énergétique », évoque le document. D’une seule voix, ces mouvements politiques demandent le maintien de cette activité stratégique à Belfort « où les compétences et savoir-faire sont accumulés depuis plusieurs dizaines d’années ». Et de remarquer : « Nous appelons donc la puissance publique à investir massivement en impulsant la reconstruction d’un groupe industriel national capable de relever le défi de la transition énergétique et de la réponse aux besoins ».

Ceci vous intéressera aussi
En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Belfort : la prime de la discorde au comité inter-entreprises des Trois-Chênes

Un mouvement de grève a été engagé au CIE des Trois-Chênes, qui gère les œuvres sociales des salariés de General Lire l’article

Le Belfortain Olivier Nasti élu chef de l’année de Gault et Millau

Olivier Nasti, chef du Chambard, en Alsace, a été élu cuisinier de l'année du guide gastronomique Gault et Millau, tandis Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal