Belfort : nucléaire et transition énergétique comme conférence le 18 avril

L’UFR Sciences, techniques et gestion de l’industrie (STGI) de l’université de Franche-Comté organise une conférence sur le nucléaire et la transition énergétique, le jeudi 18 avril. Elle s’intègre à ses Matinées de la transition énergétique. C’est la première conférence de cette 2e saison. Deux autres conférences seront programmées en 2019, en mai et octobre. A travers des conférences et une table ronde, le public pourra échanger sur le bilan carbone du secteur électrique, l’intégration des énergies renouvelables, les coûts associés au démantèlement ou à la prolongation des centrales en fin de vie, la gestion de la sécurité et des déchets ou encore l’internalisation dans les décisions de la totalité des coûts associés. « Toutes ces questions se posent concernant l’électricité nucléaire, avec une acuité particulière dans le contexte de la transition énergétique, précise l’UFR dans son communiqué. Une bonne compréhension de ces enjeux doit s’appuyer sur l’expertise des chercheurs en économie et en droit de l’énergie. »

À l’occasion de cette première matinée, deux intervenants vont participer : Jacques Percebois, professeur émérite en sciences économiques à l’université de Montpellier ; et Jean-Marie Pontier, professeur émérite en droit public à l’université d’Aix-Marseille. Le premier nommé a notamment rédigé, en 2011, avec Claude Mandil (ancien directeur exécutif de l’agence internationale de l’énergie), le rapport Énergies 2050, évoquant les différents scénarios de politique énergétique pour la France dans les trois décennies à venir. Le second est spécialiste de droit des collectivités territoriales et de droit administratif, du droit du nucléaire, du droit de la culture et du droit de la santé. Il est l’auteur d’environ 50 ouvrages et de plus de 600 articles.

« Les matinées de la transition énergétique est un projet porté par le Département AES droit de l’UFR STGI avec l’appui de la CCI Territoire de Belfort, de l’Université populaire IDEE, du Grand Belfort, de la Zone atelier Arc jurassien, de la chaire Économie du climat de l’université Paris-Dauphine, et de la Vallée de l’énergie », confie également l’UFR dans son communiqué. On peut aussi ajouter le Crese, le centre de recherches sur les stratégies économiques, et le CRJFC, le centre de recherches juridiques, de l’université de Franche-Comté.