Le Trois –

[Tribune] “L’action de nos militaires n’est guère compatible avec les 35 heures”

Jean-Pierre Chevènement et Cédric Perrin co-signent une tribune dans Le Monde pour alerter sur les risques d'une directive européenne sur le temps de travail pour le modèle de l'armée française.
Militaire français, du 35 régiment d'infanterie de Belfort, lors de l'exercice Royal Black Hawk 2019, organisé par le 1er régiment d'artillerie de Bourogne.

Appliquer à l’armée la directive européenne du temps de travail, comme le propose l’avocat général de la Cour de justice de l’UE, serait « un coup mortel porté à notre défense », s’alarment dans une tribune au « Monde », l’ancien ministre et le sénateur chargé des affaires étrangères et des forces armées.

Tribune publiée par Jean-Pierre Chevènement et Cédric Perrin, dans Le Monde, daté du jeudi 22 avril. Le quotidien du soir autorise Le Trois à la publier également, dans son intégralité. Nous le remercions et lui en sommes reconnaissants.

Appliquer à l’armée la directive européenne du temps de travail, comme le propose l’avocat général de la Cour de justice de l’UE, serait « un coup mortel porté à notre défense », s’alarment dans une tribune au « Monde », l’ancien ministre et le sénateur chargé des affaires étrangères et des forces armées.

Pour être efficace, la défense requiert une disponibilité permanente. Nos soldats devront-ils demander à leurs adversaires de bien vouloir cesser les hostilités au terme de leur temps de travail réglementaire ? En effet, l’avocat général près la Cour de Justice de l’UE (CJUE) a proposé à la plus haute juridiction de l’UE de conclure à ce que la Directive Européenne du Temps de Travail (DETT) trouve à s’appliquer par principe aux militaires.

En d’autres termes, il suggère aux juges d’imposer à notre armée un temps de travail hebdomadaire limité, des pauses lorsque le temps de travail est supérieur à 6 heures ou encore, des périodes minimales de repos journalier et hebdomadaire. Nos militaires n’en seraient temporairement exclus que dans l’exercice de leurs « activités spécifiques » (circonstances exceptionnelles ou missions d’unités d’élite).

Disons-le clairement : ce serait un coup mortel porté à notre Défense.Il est encore temps pour la CJUE, qui ne suit pas toujours les recommandations de l’avocat général et qui statuera définitivement dans les mois qui viennent, d’éviter le désastre pour la France et pour l’Europe.

Pour la France, la solution proposée reviendrait immanquablement à affaiblir nos armées qui assurent en permanence la sécurité des Français et des Européens. Leur niveau d’engagement est bien plus élevé que celui de toute autre armée de l’Union et, contrairement à d’autres, elle est entièrement professionnalisée. Dans ces conditions, la continuité, la disponibilité, la permanence et l’efficacité dans l’action de nos militaires ne sont guère compatibles avec les 35 heures…

Cédirc Perrin et Jean-Pierre Chevènement cosignent une tribune pour défendre le modèle de l'armée française et alerter sur les risque d'une directive européenne sur le temps de travail.
Jean-Pierre Chevènement, ancien sénateur, ancien ministre (©Rémi Jouan, CC-BY-SA, GNU Free Documentation License, Wikimedia Commons).
Cédirc Perrin et Jean-Pierre Chevènement cosignent une tribune pour défendre le modèle de l'armée française et alerter sur les risque d'une directive européenne sur le temps de travail.
Le sénateur Les Républicains du Territoire de Belfort, Cédric Perrin (©Sénat).

Un mauvais combat

Leur imposer les dispositions de la directive européenne se traduirait immédiatement : soit par la nécessité de compenser substantiellement les vides créés (en termes d’effectifs et de budget) ; soit de renoncer à certaines de leurs missions. Mais si la Cour de Justice de l’UE devait donner suite à ce mauvais combat, elle fragiliserait surtout l’Union elle-même. Elle porterait un rude coup à une armée française de métier, qui est, depuis le départ des Britanniques, la plus puissante force opérationnelle de l’UE. Déployée sur tous les continents, l’armée française est un acteur fondamental de la sécurité européenne. Limiter son action et mettre en danger les Européens pour des raisons liées au temps de travail est inimaginable.

Enfin, et ce n’est pas le moins grave, la solution juridique proposée revient à faire passer une directive avant le traité, au mépris de la hiérarchie des normes qui est la base de l’état de droit européen. L’avocat général semble vouloir neutraliser l’article 4.2 du Traité sur l’Union européenne, qui réserve aux États-membres la compétence en matière de sécurité nationale. Ce serait une atteinte intolérable au contrat qui lie les États souverains associés à la construction européenne.

Pour ces raisons, nous affirmons pendant qu’il en est temps, une opposition formelle aux conclusions de l’avocat général. Si l’on veut bien regarder le monde tel qu’il est, on ne peut que constater que nos militaires ne seront jamais des travailleurs comme les autres. Sauf à vouloir faire d’eux des herbivores parmi les carnivores.

  • Jean-Pierre Chevènement, membre honoraire du Parlement, ancien ministre
  • Cedric Perrin, Sénateur du Territoire de Belfort, vice-président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat

Nos derniers articles

À Danjoutin, les habitants entre colère et indifférence après des tags antisémites

Lundi 10 juin, des tags antisémites sont apparus dans la commune de Danjoutin. Pour le moment, on en recense 5, sur des murs communaux, des banques ou encore des maisons. Si certains habitants s’indignent, d’autres ne semblent pas prendre la mesure de ces écrits.

Stellantis va redistribuer 7,7 milliards d’euros à ses actionnaires en 2024

Stellantis va verser 7,7 milliards d'euros de dividendes et de rachat d'actions, a annoncé le constructeur automobile jeudi, juste avant la tenue d'une journée pour les investisseurs à Auburn Hills (Michigan), aux États-Unis.

Radio Campus Belfort-Montbéliard émet dans le nord Franche-Comté

Radio Campus Besançon agrandit sa zone de couverture en Bourgogne-Franche-Comté. Le jeudi 13 juin, la radio associative bisontine a allumé pour la première fois l’antenne Belfort-Montbéliard via son site internet. La fréquence 88.8 FM, qui lui a été accordée par l’Arcom, doit de son côté être ouverte à la fin du mois.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts