Le Trois –

Stellantis : à Sochaux, ces 10 jours d’arrêt qui inquiètent un peu plus que d’habitude

L’usine de Sochaux totalement à l’arrêt ce mardi 16 mars, à Stellantis
Les syndicats trouvent cet arrêt plus long qu'à l'habitude. La direction, elle, n'y voit rien d'inhabituel. | ©Le Trois - TQ​
10 jours d’arrêt pour l’usine de Sochaux. Stellantis rencontre une nouvelle fois des difficultés d’approvisionnement qui vont causer la fermeture de l'usine Sochaux, puis de Rennes, puis d’Eisenach (Allemagne) selon les syndicats. Dans leur discours, l’inquiétude et la lassitude se mêlent.

« Encore les semi-conducteurs », souffle Benoît Vernier, délégué syndical de la CFDT après un coup de téléphone à la direction ce mardi 4 avril qui ne lui aura rien appris de plus. Le 30 mars dernier, il a été annoncé aux salariés lors d’un conseil social et économique (CSE) que l’usine de Sochaux serait à l’arrêt 10 jours à compter de mercredi 5 avril, en raison d’une pénurie de boîtes de vitesses automatiques. « Les composants des boîtes de vitesses sont en rupture. Il y a aussi des problèmes avec les transports. En clair, une combinaison de mauvais facteurs », explique Benoît Vernier. 

Durant ces 10 jours, les salariés seront totalement à l’arrêt. Dans un premier temps, leur salaire sera compensé par un système de compteur d’heures modulables, pouvant descendre jusqu’à -84h. Puis, ils passeront au chômage partiel et conserveront 84% de leur salaire. « Cela s’appliquera à peu près à partir de mercredi prochain pour la plupart. Soit deux à trois jours de pertes de salaire à 16% la journée », s’agace Jérôme Boussard, délégué syndical de la CGT. « La direction nous rétorque que ce sont les accords que nous avons signés.» Il réclame  que soient compensé à 100% les jours de chômage partiel et regrette que les salariés « trinquent » à chaque fois pour les à-coup de production. Le calendrier de cet arrêt coïncide avec l’arrivée des primes d’intéressement et de participation, explique-t-il. Et ce trou dans le portefeuille va « obliger les salariés à piocher dans cette prime. Ce n’est pas normal. Encore moins avec le contexte inflationniste que l’on connaît aujourd’hui.»  

Usine morte

Jérôme Boussard et Benoît Vernier s’étonnent tous deux d’une période si longue à l’arrêt. Ils expliquent qu’après les 10 jours d’arrêt à Sochaux, ce sera au tour de Rennes de s’arrêter une semaine, puis même schéma à Eisenach en Allemagne. « On peut parler d’usine morte à ce stade », analyse Jérôme Boussard. Pour le délégué syndical de la CFDT Benoît Vernier, c’est l’une des premières fois que l’arrêt annoncé est aussi long dès le départ. « D’habitude, il y a des à-coup par deux ou trois jours. Pas autant. Là, on ne peut plus parler de problèmes ponctuels. Nous avons vraiment besoin d’en savoir plus.» 

Le syndicat Force ouvrière s’insurgeait déjà vendredi, dans un communiqué, en pointant que la nécessité de relocaliser la production de semi-conducteurs sur le territoire français devenait « urgente ». Contacté par téléphone ce 4 avril, Laurent Oechsel, délégué syndical central de la CFE-CGC pour Stellantis, analyse un processus logistique « touché partout » et à tous les échelons. « Nous avons de nombreux composants venant des pays asiatiques. Aujourd’hui, nous sommes un peu piégés. C’est très inquiétant au sens large pour l’industrie automobile en Europe.» 

« Nous sommes obligés de vivre avec ce que nous avons maintenant, en passant par les pays asiatiques. Nous sommes bien partis avec certaines usines pour nous réindustraliser. Mais en attendant, on subit »
Laurent Oechsel
Délégué syndical central CFE-CGC

Il voit toutefois d’un bon œil les stratégies qui se déploient à Trémery-Metz (Moselle) par exemple, où sont ré-industrialisés certains types de boîtes de vitesses. « C’est une bonne stratégie. Mais avant que cela se mette en place correctement, nous sommes obligés de vivre avec ce que nous avons maintenant, en passant par les pays asiatiques. Nous sommes bien partis avec certaines usines pour nous réindustraliser. Mais en attendant, on subit », explique le délégué central qui tempère en expliquant que « tout le monde ne voit pas d’un mauvais oeil cet arrêt de dix jours. Cela coïncide avec des vacances, en prime.Tout n’est pas toujours blanc ou noir.» 

La porte-parole de la direction de Sochaux confirme bien que l’usine sera à l’arrêt à partir du 5 avril jusqu’au lundi 17 avril. Elle tempère  en expliquant que cet arrêt est facilité par la prise de congés des salariés pour les vacances de Pâques. Et que cela permettra aussi de poser des jours à consommer avant le mois de mai. Concernant la durée de cet arrêt, rien d’étonnant, selon cette porte-parole. « Malheureusement, depuis 2020, ces arrêts sont devenus courant », regrette-t-elle.

Nos derniers articles

Champagney : après le Malsaucy, les Ballastières touchés par les cyanobactéries

Les lieux naturels de baignade continuent d’être touchés par la présence de cyanobactéries. Après l’étang du Malsaucy, des cyanobactéries ont été détectées au site des Ballastières, à Champagney, en Haute-Saône.

La Bourgogne-Franche-Comté approuve une feuille de route pour la filière nucléaire

Lors de la dernière assemblée plénière, le conseil régional a approuvé une feuille de route pour soutenir la filière nucléaire régional, notamment en présentant des actions autour de la formation, face aux besoins de recrutement importants formulés par les industriels.

Delle : une borne pour faciliter les opérations de vente en détaxe à la frontière

La direction des douanes de Franche-Comté s’équipe de borne de validation numérique des bordereaux de vente en détaxe. Une borne est notamment accessible à la plateforme douanière de Delle-Boncourt.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts