Le Trois –

Les assises de l’énergie pour réfléchir à l’industrie de demain

L’association Pour l’avenir industriel du territoire organise, les 18 et 19 octobre, les assises de l’énergie, afin de tracer les lignes d’une politique industrielle en France. L’évènement sera clôturé par une manifestation d’envergure, contre le plan social en cours à General Electric.

L’association Pour l’avenir industriel du territoire organise, les 18 et 19 octobre, les assises de l’énergie, afin de tracer les lignes d’une politique industrielle en France. L’évènement sera clôturé par une manifestation d’envergure, contre le plan social en cours à General Electric.

L’industrie représente 10 % du produit intérieur brut de la France aujourd’hui. Contre près de 20 % au début des années 1980. Cela place l’Hexagone en queue de peloton des pays européens, à côté de la Grèce, de Chypre ou encore du Luxembourg. Les 18 et 19 octobre, l’association Pour l’avenir industriel du territoire organise donc les assises de l’énergie. Pour comprendre cette tendance.

« C’est un événement ambitieux, acquiesce Alexis Sesmat, le coordinateur de l’événement. Nous avons envie de montrer qu’à Belfort, on ne se laisse pas faire. » L’évènement est gratuit, pour être ouvert à tous. « Le fruit des réflexions s’adresse à nos dirigeants politiques et économiques », explique Alexis Sesmat. Cet événement est construit autour de trois axes : la transition énergétique dans un contexte d’urgence environnementale, pour construire un mix énergétique ; la politique industrielle, dans un contexte de guerre économique ; et les atouts du nord Franche-Comté dans ce contexte, en se demandant comment les valoriser. Une demi-journée est consacrée à chaque axe, organisé autour d’une conférence, puis d’une table ronde. Le premier thème vise à repérer notamment comment on insère la technologie actuelle (turbines à gaz et turbines vapeur) et à faire l’état des lieux des besoins. Seront accueillis des universitaires, des industriels, dont l’ingénieur Jean-Marc Jancovici. Le second thème vise à prendre conscience de la réalité de la guerre économique, dont le rachat d’Alstom est le témoin. « Comment s’arme-t-on pour assurer une politique industrielle qui assure un ancrage dans nos territoires », résume Alexis Sesmat.

Des invités de renom

Le capitaine d’industrie Loïk Le Floch-Prigent (Rhône-Poulenc, Elf, Gaz de France, SNCF) sera présent, ainsi que le journaliste Jean-Michel Quatrepoint, auteur d’Alstom, scandale d’État. On attend également la venue de l’ancien ministre Arnaud Montebourg (en attente de confirmation), du député Olivier Marleix, qui a présidé la commission d’enquête parlementaire les décisions de l’État en matière de politique industrielle. L’industriel local Emmanuel Vieillard (Lisi) est attendu, ainsi que le chercheur Daniel Hissel, responsable du FC Lab, à Belfort, qui travaille sur l’hydrogène-énergie. L’association a pour ambition, ensuite, de rédiger des orientations qui pourraient constituer la base d’un livre blanc.

Le samedi après-midi, une grande manifestation, sur le modèle de celle du 22 juin, est programmée. Le soir, la projection du documentaire La guerre fantôme est envisagée.

  • Vendredi 18 et samedi 19 octobre. La manifestation partira de la maison du peuple à 14 h, le samedi.

Nos derniers articles

« Une délinquance contenue » : cinq infos sur la lutte contre l’insécurité dans le Territoire de Belfort

Vols en baisse, hausse des violences physiques, moins d’accidents de la route…. Le point sur les principales données de la délinquance et de l’insécurité routière dans le Territoire de Belfort après un point presse avec la préfecture du Territoire de Belfort vendredi 16 février.

Valdoie : les vacances scolaires n’arrêtent pas la mobilisation contre les fermetures de classe

Valdoie. Mais aussi les deux Auxelles en fin de journée… Mercredi 21 février, deux communes se sont à nouveau mobilisées pour protester contre les fermetures de classes potentielles annoncées par la direction académiques des services de l'Éducation nationale.

Galeries Lafayette: soutien majeur pour la sauvegarde des 26 magasins, décision le 20 mars

C'est une étape majeure pour la sauvegarde des 26 magasins Galeries Lafayette détenus par Michel Ohayon en province: leur principal créancier a validé mercredi le plan de continuation d'activité, en attendant la décision du tribunal de commerce de Bordeaux, mise en délibéré au 20 mars.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts

Aller au contenu principal