Le Trois –

PUB

Le coronavirus va plonger la France dans la récession, des nationalisations envisagées

Le gouvernement déclare “la guerre économique”, dixit Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, au coronavirus et n’exclut pas de nationaliser certaines grandes entreprises en danger dans une économie française à l’arrêt avec des Français confinés et des entreprises au bord de la faillite.

Marie Heuclin et  Antonio Rodriguez – AFP

Le gouvernement déclare “la guerre économique”, dixit Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, au coronavirus et n’exclut pas de nationaliser certaines grandes entreprises en danger dans une économie française à l’arrêt avec des Français confinés et des entreprises au bord de la faillite.

“Il y a aussi une guerre économique et financière. (…) Elle sera durable, elle sera violente, elle doit mobiliser toutes nos forces”, a martelé mardi matin le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur RTL, au lendemain de la déclaration de “guerre” d’Emmanuel Macron contre le Covid-19. Le président de la République a instauré des restrictions strictes de déplacement pour la population, qui vont encore augmenter l’impact de l’épidémie sur l’économie, alors que de nombreuses entreprises sont déjà au bord de l’asphyxie.

“La guerre sanitaire, j’espère que c’est une affaire de semaines. La guerre économique et financière, c’est une affaire de mois. Il faudra donc du temps pour faire redémarrer l’économie, pour lui redonner toute sa puissance”, a encore insisté Bruno Le Maire. En attendant, la France va plonger dans la récession cette année, a prévenu
le ministre. Le PIB devrait reculer de 1% en 2020, loin de la croissance de 1,3% prévue par le gouvernement avant l’apparition du virus. Mais il a insisté sur le fait que cette prévision était “provisoire”, en fonction “de l’évolution de l’épidémie dans les semaines à venir et de notre capacité à surmonter cette crise”.

"Opérations de nationalisation si nécessaire"

Pour limiter les dégâts, notamment des faillites en cascade d’entreprises, trop fragiles pour encaisser un arrêt total de leur activité pendant des semaines, le gouvernement va dégainer un arsenal immédiat de 45 milliards d’euros. L’essentiel – 32 milliards d’euros – passera en report ou annulation de charges sociales et fiscales, déjà en place depuis plusieurs jours.

Les dispositions de chômage partiel pour les salariés contraints de cesser de travailler coûteront 8,5 milliards d’euros sur 2 mois, a précisé Bruno Le Maire lors d’une conférence téléphonique avec la presse. “Si nous mettons autant d’argent maintenant sur la table, c’est pour aider (l’économie) à redémarrer rapidement”, une fois que l’épidémie sera vaincue, a justifié Bruno Le Maire. “Tous les moyens” à disposition seront utilisés “pour protéger les grandes entreprises françaises, a insisté le ministre, y compris des opérations de prise de participations et même de “nationalisation si nécessaire”, a-t-il ajouté.

Certains groupes, à l’image d’Air France-KLM, vivent un supplice en Bourse et ont vu leur capitalisation fondre en quelques jours. Alors que l’Autorité des marchés financiers (AMF) a interdit pour 24 heures les ventes à découvert sur une centaine de titres, le gouvernement est prêt “à aller plus loin (…) jusqu’à l’interdiction d’un mois”, a dit Bruno Le Maire.

La désorganisation des chaînes de production du fait des mesures de confinement conduit de plus en plus d’entreprises à réduire ou même à suspendre complètement leur production pour abaisser leurs coûts. Renault, PSA, Michelin, ont ainsi annoncé la fermeture de leurs usines en France, et Airbus a suspendu sa production dans le pays et en Espagne pendant quatre jours.

La secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher recevra chacune des grandes filières industrielles pour faire le point sur leur situation. Bruno Le Maire s’est toutefois voulu rassurant sur la santé des grandes banques françaises. Elles “sont attaquées sur les marchés, mais elles sont très solides”, a assuré Bruno Le Maire.

"Solidarité"

Lundi soir, Emmanuel Macron avait déjà annoncé que l’État allait garantir à hauteur de 300 milliards d’euros les prêts bancaires contractés par les entreprises auprès des banques. “Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite”, a-t-il promis, en insistant notamment sur le soutien de l’État aux petites entreprises. Pour celles-ci, et également pour les micro-entrepreneurs et les travailleurs indépendants, Bruno Le Maire a détaillé l’action du “fonds de solidarité”, annoncé la semaine dernière et censé leur apporter “un filet de sécurité”. Doté de 2 milliards d’euros, il soutiendra ceux qui “ont perdu, entre mars 2019 et mars 2020, 70% de leur chiffre d’affaires”. “On va faire simple. On va faire massif et on va faire solidaire”, a insisté le ministre de l’Économie. Conséquence logique de cette mobilisation massive : la dette publique dépassera la barre des 100% du PIB cette année, a prévenu Bruno Le Maire.

Nos derniers articles

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Une proposition de résolution face aux problèmes de santé des pompiers

Florian Chauche, député de la 2nde circonscription du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de résolution au gouvernement, pour que soit débattue les questions relatives à la santé physique et mentale des pompiers. Un document signé par 98 députés de l'hémicycle.

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts