Le Trois –

PUB

La CGT gagne son procès contre PSA sur les primes de nuit

Le Groupe PSA vient d'être condamné.

La cour d’appel de Versailles vient de rendre son verdict le 3 mars dernier. Des erreurs ont été commises concernant la majoration de salaires sur les heures du week-end et de la nuit dans l’entité PSA Automobiles. La CGT veut informer un maximum de salariés et d’anciens intérimaires pour tenter de récupérer l’argent perdu.

La cour d’appel de Versailles a rendu son verdict le 3 mars. Des erreurs ont été commises concernant la majoration de salaires sur les heures du week-end et de la nuit dans l’entité PSA Automobiles. La CGT veut informer un maximum de salariés et d’anciens intérimaires pour tenter de faire valoir leurs droits. 

La CGT a alerté, ce vendredi 18 mars, sur une décision prise par la cour d’appel de Versailles, le 3 mars, en faveur des salariés de PSA au niveau national. En cause : une erreur de calcul concernant les heures majorées pour les équipes de fin de semaine des différents sites PSA, dont celui de Sochaux. L’initiative de ce procès vient de la fédération nationale des travailleurs de la métallurgie et de 9 syndicats CGT des différents sites français. « On ne pouvait pas laisser passer ça », expose Frank Plain, délégué syndical CGT. « Surtout lorsqu’on sait que l’inflation est de 4% et que nous avons été augmenté seulement de 40 euros alors que l’entreprise a réalisé des bénéfices immenses cette année », se désole le délégué syndical. 

Selon la décision rendue par la cour d’appel de Versailles, les heures de nuit n’ont pas été payées selon le bon calcul et la majoration appliquée est nettement inférieure à ce qu’elle devrait être. « Les salariés de VSD (vendredi-samedi-dimanche) de 2017 à 2020 et les salariés SD (samedi-dimanche) ont perdu entre 50 et 150 euros par mois, entre 950 et 1 950 euros par an », expose Franck Plain. Cela est dû à un accord d’entreprise relatif à l’harmonisation des primes, majorations et indemnités appliquées aux horaires de fin de semaine qui a été signé le 5 juillet 2005. Et qui n’a pas été appliqué correctement. « En clair, lorsqu’on travaille le dimanche de nuit, les heures majorées selon nos conventions (soit 18%) devraient encore être majorées de 50 %. Cela n’a pas été le cas.» 

La direction va faire appel

« Cela fait longtemps que l’affaire traîne », expose le syndicat. Ce sont tout d’abord les collègues des sites du Nord à Douvrin qui ont alerté sur le problème. « Ils ont été nombreux à contacter les Prud’hommes », rapporte Aurore Boussard, déléguée syndicale. Sur le site de Sochaux, 3 salariés ont entamé des procédures avec les Prud’homme pour le moment.  « Ce qui est regrettable, c’est qu’il faut toujours se bagarrer pour faire respecter ses droits », pointe Franck Plain. « Le souci, c’est que cela concerne des anciens salariés, mais aussi des intérimaires qui ne travaillent désormais plus pour PSA », expose Franck Plain. « Et ce sont souvent ceux qui avaient déjà les salaires les plus bas qui ont été lésés.»

La cour d’appel de Versailles a condamné PSA Automobiles à appliquer « la majoration de 50% due aux salariés travaillant en équipe de fin de semaine sur une assiette intégrant la majoration versée aux salariées des équipes normales de semaine lorsque ces derniers effectuent des heures de travail de nuit », selon le compte-rendu d’appel, que Le Trois a consulté. Mais les syndicats veulent plus que ça. Ils espèrent que PSA remboursera les années perdues. Pour accompagner les salariés concernés, « il pourrait être plus de 800, sans compter les agents de maintenance », confie le délégué syndical Franck Plain. Une permanence vient d’être mise en place à la maison des syndicats, à Audincourt. Des communications internes ont aussi été faites. « Nous n’entendons pas en rester là. D’autres dossiers sont en cours à Mulhouse et Caen. Il y a urgence à régler ces affaires. » 

La CGT espère que cette décision définitive, qui vient de tomber, va permettre à PSA de redresser le tir et de se conformer à ce que lui demande la cour d’appel. « Il est scandaleux que les salariés qui ont travaillé dans des conditions pénibles, le week-end, la nuit, doivent réclamer ce qu’on leur doit. Depuis le départ, la direction traîne des pieds et le temps joue pour elle.» Selon la CGT, chaque jour qui passe est un jour de perdu. Car les réclamations peuvent être réalisées seulement sur les trois années en arrière. 

Contacté, un membre de la direction de la communication de Stellantis assure que la décision prise par la cour d’appel de Versailles sera appliquée « pour le moment ». Car la direction considère « que le principe n’est pas exact ». Elle compte, de ce fait, réaliser un pourvoi en cassation.

Nos derniers articles

Belfort : l’ultimatum de Damien Meslot envers l’Education nationale

Damien Meslot annonce quitter un dispositif commun avec l’Éducation nationale et l’État qui permet de mettre des moyens supplémentaires dans les quartiers prioritaires. La raison : la fermeture de 9 classes à Belfort. Une annonce qui agace profondément certains élus.

Des élus RN brandissent des affiches anti-immigrés en plein conseil régional

La présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

FCSM : « Le bouclage financier de la saison 24/25 ne posera aucun problème »

Pierre Wantiez, président délégué du FCSM était invité au conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération mercredi 10 avril. Les élus ont acté un soutien d’un million d’euros afin d’entrer dans la société coopérative d'intérêt collectif, en faveur du centre de formation et de la section féminine. L’occasion de refaire un point sur la santé du club.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts