Le Trois –

Cravanche : une école de production ouvre pour former une main d’oeuvre industrielle

L'école de production a ouvert ses portes et a été inauguré le 12 mars. | ©Le Trois - E.C.
Reportage
La troisième voie. À Cravanche, une école de production, un concept qui tend à se développer, a été inauguré mardi 12 mars. Avec une volonté : permettre une formation différente pour les jeunes, destinés à rejoindre les rangs de l’industrie dans les métiers de la métallurgie, du soudage et de la chaudronnerie.

Sur le site des Ailettes, à Cravanche, un panneau orange indique la voie. Dans un vaste hangar industriel appartenant à General Electric pour le stockage, un atelier professionnel a été installé. Établis, cintreuse, plieuse, cisaille, machine de découpe plasma, le matériel investi, encore neuf en ce début du mois de mars, est impressionnant.

Ils sont six jeunes à faire partie de cette première promotion de l’école de production, qui vient renforcer les 67 écoles de productions que compte la France. Ces établissements privés d’enseignement technique préparent à des CAP et à des bacs pro industriels et forment aujourd’hui quelque 1 400 élèves en France âgés entre 15 et 18 ans, souvent en difficulté scolaire ou sociale. La scolarité y est gratuite pour les élèves, car elles sont financées par les pouvoirs publics et les entreprises. Ils obtiennent à l’issue, des diplômes reconnus par l’Etat.

Thomas Girardey est l’un d’eux. À 18 ans, il a intégré la promotion après avoir découvert la soudure lors d’un stage aux services techniques de la ville de Belfort. Sans entreprise pour partir en apprentissage, il découvre l’école de production. Cela fait maintenant quelques mois qu’il s’y trouve. 

Ce que cela lui a permis ? Acquérir un maximum de savoir-faire. Ce modèle ancien d’école, créé par l’abbé Louis Boisard, un prêtre-ouvrier à Vaulx-en-Velin, se fonde sur une philosophie : « faire pour apprendre ». Pourquoi l’avoir installé dans le Territoire de Belfort ? Jean-Philippe Kohler, le président de l’école et vice-président du groupe Lisi, expose : « Nous sommes partis d’un double constat. Qui est la difficulté de recruter dans les métiers du métal et de la chaudronnerie. Mais aussi du constat que les jeunes sont nombreux à ne pas trouver leur voie dans la voie classique. »

Le projet qui se monte est une « petite usine pour leur apprendre à faire ». Ils ont 20 à 22 heures d’ateliers par semaine. En clair, deux-tiers du temps scolaire se passe en atelier avec des « maîtres professionnels » venus du monde industriel, pour produire directement des commandes de vrais clients aux prix du marché. Avec un modèle de 35h par semaine pour les préparer au monde du travail, les jeunes préparent en deux ans un CAP de métallier. « Nous ne sommes pas en concurrence avec les autres parcours notamment en alternance. Nous nous posons comme une troisième voie », détaille la direction.

Une méthode qui se veut formatrice, mais qui fait grincer des dents certaines personnes dans le monde éducatif, glisse-t-on lors de cette journée d’inauguration mercredi 13 mars. Certains déplorent notamment l’absence de Mariane Tanzi, directrice académique des services de l’académie nationale dans le Territoire de Belfort. 

[ En images ]

Réindustralisation

Ces écoles, aujourd’hui, font partie de la stratégie de réindustrialisation du gouvernement, en lien avec les territoires. Notamment pour répondre aux pénuries de main-d’oeuvre dans les métiers industriels. Créées à l’initiative d’entreprises qui peinent à recruter, elles permettent de promouvoir les filières industrielles. Dans le nord Franche-Comté, elle est partie d’une impulsion de l’union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Dans le territoire, il y a beaucoup d’attente des industries telles que General Electric, Alstom ou encore MGR Monnier qui ont des besoins de compétences. Au sein de leurs entreprises, il y a beaucoup de métiers en tension. Cette école est une première pierre pour résoudre ces équations. 

À Cravanche, l’école a un statut associatif avec trois salariés permanents. Et l’aide a été grande : industriels, Etats, collectivités locales. Et Total Energies, qui apportera 700 000 euros au total pour le financement du matériel. À Belfort, comme partout en France, TotalEnergies est le plus important mécène de la Fédération nationale des écoles de production, également soutenue par l’union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM).

La loi sur l’industrie verte adoptée en octobre 2023 fixe un objectif de 100 écoles d’ici 2027. C’est ce que détaille également Etienne Boyer, vice-président de la fédération nationale des écoles de production. À Cravanche, les objectifs de développement sont aussi là. D’ici quatre ans, le but est de constituer des groupes de 8 à 10 élèves par promotion et de monter à environ 40 élèves. Pour permettre, aussi, la création d’un second CAP en réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage. « Pour le moment, nous nous concentrons sur nos six jeunes pour les accompagner pendant les deux ans. Ils passeront leur CAP en 2025 », expose Philippe Comont, le directeur de l’école.

Prochain défi ? Le recrutement. Cela se fera par le tissage de réseaux avec les industriels et les collèges, lycées, exposent les acteurs.  « On veut notamment toucher les jeunes de seconde qui vont devoir faire des stages d’observation de quinze jours. C’est une petite révolution à laquelle il faut se préparer, c’est une nouveauté », commente Henri Venet, délégué général de l’Union des industries et métiers de la métallurgie de Franche-Comté.

Le deuxième défi : réussir à donner une belle image de ces voies qui sortent du modèle habituel. Laurence Béguin, sous-préfète en charge du développement économique de l’aire urbaine, y croit : « C’est une solution qui s’adapte en fonction des parcours personnels. Il n’y a plus de voie de garage. C’est un parcours qui s’adapte et qui leur permet de concevoir de A à Z des projets. » En France, l’approche connaît un certain succès. Les écoles de production ont été mises en avant par François Hollande, avant que leurs formations ne soient reconnues par l’Etat en 2018. En 2020, le ministère de l’Economie a lancé un premier appel à projets national pour en augmenter le nombre. Dans les Hauts-de-France, on comptait trois écoles de production en 2020. En 2024, on en recense onze. Dynamique similaire dans le nord Franche-Comté ? Il faudra suivre les retombées de la filière. 

Nos derniers articles

Montbéliard : un astronaute comme grand témoin du forum hydrogène

L’astronaute Philippe Perrin est le grand témoin du 4e forum Hydrogen business for climate, organisé les 1er et 2 octobre, à l’Axone, à Montbéliard. Il a volé à bord de la navette spatiale Endeavour, en 2002. Et il accompagne Blue spirit aero, qui developpe un avion d’aéro-club avec pile à combustible.

Belfort, 2e antenne du Village by CA en Franche-Comté

Le Village by CA Franche-Comté, implanté depuis 7 ans à Besançon, ouvre un deuxième site au CrunchLab à Belfort, pour renforcer son ancrage régional dans le nord Franc-comtois. Une façon d’être toujours au plus près des start-up, entreprises et écosystèmes territoriaux, qui confirme l’ambition du Village by CA Franche-Comté d’accompagner les entrepreneurs locaux pour impulser le développement et la transformation de tout le territoire.

Champagney : après le Malsaucy, les Ballastières touchés par les cyanobactéries

Les lieux naturels de baignade continuent d’être touchés par la présence de cyanobactéries. Après l’étang du Malsaucy, des cyanobactéries ont été détectées au site des Ballastières, à Champagney, en Haute-Saône.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts