Le Trois –

PUB

Covid 19 : l’industrie se mobilise pour relever le défi des respirateurs artificiels

Respiration artificielle
Respiration artificielle

Le nouveau coronavirus s’attaque aux poumons. Les patients en situation la plus critique doivent être placés sous respiration artificielle, d’où une forte demande appareils respiratoires. Les entreprises s’organisent pour en produire plus. PSA y réfléchit; l’UTBM travaille sur un prototype.

(AFP)

Le nouveau coronavirus s’attaque aux poumons. Les patients en situation la plus critique doivent être placés sous respiration artificielle, d’où une forte demande appareils respiratoires. Les entreprises s’organisent pour en produire plus. PSA y réfléchit ; l’UTBM travaille sur un prototype.

Après la pénurie de gants et de masques, la demande en respirateurs augmente face à la pandémie de Covid-19. Pour y répondre, des industriels s’organisent et essaient de développer des solutions innovantes. “Alors que la pandémie mondiale évolue, il existe une demande sans précédent d’équipements médicaux, notamment de respirateurs”, a ainsi déclaré Kieran Murphy, le PDG de GE Healthcare. La société américaine d’appareils médicaux a augmenté sa capacité de fabrication d’équipements, et renforcé ses équipes qui produisent désormais 24 heures sur 24.

Le fabricant suédois Getinge indique lui aussi avoir augmenté ses capacités de production “face à la demande exponentielle en France et dans le monde”. “Tous nos équipements utilisés habituellement dans le cadre de démonstrations, de formations ou lors de congrès ont été mis immédiatement à disposition de nos clients”, explique-t-il dans un communiqué.

Même effort chez le français Air Liquide, qui a agrandi sa ligne d’assemblage : de 500 ventilateurs de réanimation produits par mois actuellement, il compte passer à 1 100 en avril, tandis que les ventilateurs non invasifs de santé à domicile vont voir leur production passer de 200 à 600 sur cette période.

En Allemagne, le géant des technologies médicales Dräger dit également avoir “doublé” sa production de respirateurs ces dernières semaines, et Löwenstein doit honorer une commande du gouvernement pour 6 500 appareils respiratoires dans les trois prochains mois. L’entreprise avait commencé en février à augmenter considérablement sa production, notamment en raison de la demande de Chine.

Le crunch lab de l'UTBM en avant

Est-ce que ce sera suffisant ? L’épidémie de coronavirus provoque un afflux de patients dans les hôpitaux, où certains services de réanimation “sont déjà débordés” et risquent de manquer de respirateurs artificiels, ont récemment alerté des responsables hospitaliers français.

En Italie, face à la saturation des hôpitaux, la Société italienne d’anesthésie, réanimation et soins intensifs envisageait même début mars une limite d’âge pour l’admission en soins intensifs. En réponse, les pouvoirs publics se tournent vers d’autres industries susceptibles de venir en aide aux hôpitaux. Dimanche, le président américain Donald Trump a donné sur Twitter un “feu vert” pour que les groupes automobiles General Motors, Ford et Tesla fabriquent ou aident à augmenter la production de respirateurs. Comme ses homologues américains, le constructeur français PSA a indiqué à l’AFP étudier “très sérieusement la faisabilité” de s’associer à la fabrication de machines de respiration artificielle.

Les collaborations se multiplient, et les technologies innovantes comme l’impression 3D sont mises à contribution. Ainsi, l’entreprise néerlandaise Ultimaker met à disposition des hôpitaux ses centres d’impression 3D, ses experts et ses designers. “Il y a une énorme demande”, explique son PDG Jos Burger, contacté par l’AFP, qui explique que cette technologie permet notamment d’imprimer des valves pour respirateurs.

Dans l’Est de la France, région particulièrement touchée par l’épidémie, l’atelier de collaboration ouverte de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard s’est également penché sur un prototype de respirateur. “Cela reste à l’étape de prototype. Mais en situation de crise cela peut toujours servir”, souligne Olivier Lamotte, ingénieur à l’UTBM et responsable de ce “crunch lab”. “Depuis quelques jours, toute la planète dit qu’il faut imprimer des pièces pour respirateurs ou des masques. Mais il faut vérifier ces informations : notre rôle est de tester, de vérifier ce qui fonctionne”, prévient-il. “Pour l’instant, on essaie de prendre le maximum d’informations pour ne pas être bloqués s’il devenait important de produire des choses”, explique-t-il.

Toutefois, plus que de respirateurs, c’est de personnel et d’équipements de protection dont les hôpitaux risquent de manquer le plus, nuance Olivier de Cock, ancien secrétaire général du Syndicat national des anesthésistes-réanimateurs français. Alors que la tendance est actuellement, en réanimation, de placer les malades du covid-19 sur le ventre, “il faut cinq personnes pour mettre un patient sur le ventre”, rappelle-t-il. “Il faut du personnel, mais aussi des protections pour ce personnel”, dont des masques et des lunettes, plaide-t-il.

Nos derniers articles

FCSM : Jean-Claude Plessis va quitter la présidence d’ici l’automne

Le président du football-club Sochaux-Montbéliard, Jean-Claude Plessis, figure du sauvetage l’été dernier, a annoncé qu’il quitterait son poste avant l’automne. L’annonce a été faite lors du conseil d’administration de Sociochaux.

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.

Pays de Montbéliard : une opération « place nette », 11 gardes à vue et 26 000 euros d’avoirs criminels

Pour endiguer le trafic de drogue, le gouvernement a lancé une vaste opération nommée « place nette XXL ». L’une de ses opérations s’est déroulée dans le pays de Montbéliard du 8 au 10 avril.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts