Le Trois –

Belfort : l’Esta se dote d’un incubateur d’entreprises pour les étudiants

Laure Viellard, directrice de l'école supérieure des technologies et des affaires (Esta). | ©Le Trois – Thibault Quartier​
L’école supérieure des technologies et des affaires (Esta) accompagne ses étudiants dans l’entreprenariat. Accompagnement d’abord pédagogique, c’est aussi aujourd’hui un accompagnement matériel. Un incubateur vient d’être aménagé dans les locaux de l’école.

« Au départ, cela vient des étudiants », replace Laure Viellard, directrice de l’école supérieure des technologies et des affaires (Esta) de Belfort (tous nos articles). « Il y a cinq ans, les étudiants venaient me voir pour être libérés à tel moment, changés de groupe à tel autre car ils avaient un rendez-vous à la CCI ou à la banque… » se souvient la directrice. Ils étaient nombreux à imaginer des produits, des services, des applications… À se projeter, tout simplement, dans l’entreprenariat. « L’Esta est même devevue l’adresse postale de ces entreprises », sourit Laure Viellard.

Deux enseignants imaginent alors l’Esta business challenge (EBC). L’idée est de mettre en valeur les compétences acquises pendant cinq ans, de les mobiliser au service de la création d’un projet. Tous les étudiants partagent ce programme pendant 6 mois, en 5e année. En fin de 4e année, un appel à projets est lancé par l’école. Quelques projets, qui ont du potentiel, sont retenus. L’ensemble des étudiants les travaillent. Pendant le semestre, ils bénéficient de conférences et de tutoring. Ils rencontrent des juristes et des fiscalistes. Ils constituent un business plan, une étude de la concurrence. À la fin de l’année, les groupes présentent leur projet devant des enseignants de l’Esta et un business angel. Le vainqueur reçoit une dotation de l’école, pour une campagne de web marketing, afin de lancer l’entreprise. L’Esta a par exemple accompagné un projet construit autour de la récupération et de la valorisation du marc de café ou la confection de crackers d’apéro à partir de drêche, des résidus issus du brassage de céréales. Et même si les étudiants ne créent finalement pas d’entreprise, cette expérience est un vrai plus ; ils pourront s’appuyer dessus s’ils portent par exemple un nouveau produit dans leur future entreprise.

« Boite à outils »

Depuis la rentrée, l’accompagnement pédagogique est devenue un accompagnement matériel. « Il fallait qu’ils aient un espace, d’où la création de cet incubateur », explique la directrice. L’école a façonné un espace pour accueillir cet incubateur, au rez-de-chaussée de l’école. Huit box de 10 à 12 m2 ont été aménagés pour accueillir les élèves. Des box dotés du Wifi, d’écrans connectés pour mener des travaux collectifs. Une salle de réunion a aussi été installée, dotée d’écran et d’une sonorisation pour organiser des visio. « Ils ont une boite à outils complète pour tout faire ici, jusqu’à recevoir leurs interlocuteurs », apprécie Laure Viellard, qui ne manque pas d’idées pour poursuivre le développe de cette école. Les étudiants disposent même de l’Esta Fab, pour concevoir les prototypes de produits. « Il y a toutes les conditions pour y arriver », ajoute-t-elle.  

L’incubateur a coûté entre 160 000 et 200 000 euros. L’école a reçu un soutien du conseil régional, du conseil départemental et du Grand Belfort, ainsi que du mécénat de La Caisse d’épargne et de la Banque populaire.

Nos derniers articles

Luxeuil : les pilotes de la BA 116 au cœur de la tension avec la Russie

Les pilotes des Mirages 2000-5F de la BA 116 de Luxeuil-Saint-Sauveur multiplient, ces derniers jours, les interceptions d’avions russes qui survolent l’espace aérien des pays baltes, où ils assurent une mission de police de l’air au nom de l’Otan. La tension y est forte.

Ventes automobiles : le meilleur mois de février enregistré depuis le covid-19

Le marché automobile français a réalisé son meilleur mois de février depuis le début de la crise sanitaire, en hausse de 13% sur un an, le groupe Stellantis en profitant davantage que ses concurrents, selon des statistiques publiées vendredi.

FC Sochaux : le match des Socios avec le maillot collector prévu le 9 mars

Le football populaire sera à l’honneur le samedi 9 mars, au stade Bonal. À l’occasion du « match des Socios », le FC Sochaux-Montbéliard arborera le maillot collector sur lequel apparaît les 11 000 participants à la levée de fonds de l’été 2023.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts

Aller au contenu principal