Une intersyndicale de PSA interpelle sur la poursuite d’activités, notamment R&D

PSA Sochaux

Force ouvrière PSA, la CFDT, la CFTC PSA automobiles, la CFE-CGC et le syndicat indépendant de l’automobile (SIA) interpelle Bruno Bertin, directeur des ressources humaines du groupe PSA dans un courrier, en date du 23 mars, transmis à la presse. Les organisations syndicales regrettent le maintien ouvert « de sites de R&D, Style et de logistique ». Et demande la fermeture de ces sites, même de recherche et développement. Aujourd’hui, à Sochaux et Belchamp, par exemple, il reste plusieurs dizaines de salariés de services de R&D, qui poursuivent l’activité. Dans des ateliers également, liés à cette activité, bien que l’usine soit qualifiée « d’usine morte ». Cette intersyndicale rappelle qu’elle accompagne l’entreprise dans la mise en place du télétravail pour les salariés en capacité de le faire. Mais elle constate aussi « que les salariés non cernés qui sont contraints de venir sur le site, le font la peur au ventre, dans l’incompréhension d’un entourage familial qui leur reproche le caractère non productif et dangereux d’une telle situation ». Puis de poursuivre : « Malgré les mesures de protection prises par le Groupe, ces salariés restent exposés dans leurs déplacements domicile-travail et sont soumis à de nouveaux facteurs de risques psycho-sociaux. » Dans ce courrier, l’intersyndicale demande la fermeture de tous les sites PSA France. Selon eux, cela permet à PSA de remettre du matériel de protection aux services de santé et de se concentrer « sur la livraison et l’entretien des véhicules « prioritaires » ». « Le dispositif activité partielle que nous venons d’approuver pourra être utilisé pour accompagner l’arrêt des opérations physiques sur site, avec un effet positif sur les coûts fixes du groupe »,  termine la lettre que nous avons pu consulter.

Défilement vers le haut