Les bénéfices du confinement… sur la qualité de l’air

169 pays, sur 198, sont touchés par la pandémie du coronavirus Covid-19. En France, un confinement est acté depuis une dizaine de jours, renforcé ces derniers jours par le Gouvernement. On observe également un ralentissement des activités économiques et de transport. Selon des données de 2016, en Bourgogne-Franche-Comté et en situation dite normale, citées par Atmo Bourgogne-Franche-Comté, une association de surveillance de la qualité de l’air, les particules fines sont issues du secteur résidentiel/tertiaire à 29 %, de l’agriculture à 27 %, des transports à 21%, et de l’industrie à 19 % ; les oxydes d’azote sont essentiellement émis par le trafic routier, représentant 63 %. « En pleine transition saisonnière et avec une première semaine de confinement, les effets sur la qualité́ de l’air se laissent déjà̀ ressentir… Mais, seul le dioxyde d’azote, émis principalement par le trafic routier, est marqué par une diminution notable de ses concentrations. Cette baisse est observée au niveau des axes routiers principaux », constate l’association. « L’analyse pour les autres polluants, qu’il s’agisse des particules ou de l’ozone, requiert cependant une période plus longue pour tirer des conclusions sur ces premiers résultats des mesures. Dans le cas des particules, l’augmentation des niveaux lors de la première semaine rappelle que toutes les activités ne sont pas suspendues et que même en période de confinement, un épisode de pollution pourrait survenir si toutes les conditions météo étaient réunies », observe également l’association, qui s’appuie sur une trentaine de stations fixes de mesure de qualité de l’air dans la région.  « Si la qualité́ de l’air évolue localement selon les émissions de polluants introduits dans l’atmosphère, par le biais des activités humaines (trafic routier, épandages agricoles, chantiers BTP, chauffage résidentiel,…) ou de manière naturelle (feux, etc), elle est directement liée à la météo qui a un impact déterminant sur les concentrations des polluants, en agissant sur leur dispersion et sur leurs transformations chimiques », modère l’association. Le léger vent des derniers jours diminue les concentrations de particules. « L’impact du confinement pourra réellement être évalué́ une fois les conditions météo moins venteuses », indique Atmo Bourgogne-Franche-Comté.

Ceci vous intéressera aussi
Stellantis : à Sochaux, les ruptures d’approvisionnement se superposent aux soucis de stockage

Stellantis doit ralentir la cadence et supprime les trois tournées de la ligne de production de ce vendredi, en raison Lire l’article

La préfecture craint une rave party sauvage ce week-end dans le Territoire de Belfort
La préfecrure du Territoire de Belfort craint l'organisation d'une rave party non déclarée. (Illustration - Photo par Jensie De Gheest de Pixabay )

Le préfet du Territoire de Belfort vient de prendre un arrêté pour « interdire tout rassemblement, manifestation, de type rave-party, free Lire l’article

Bourgogne-Franche-Comté : le Pass’Sport fait sa rentrée

Le dispositif Pass’Sport du Gouvernement à l’intention des familles les plus modestes est reconduit pour la saison 2022-2023. Une aide Lire l’article

Dans la région, une croissance de l’emploi atone au 2e trimestre 2022 

Le deuxième trimestre 2022 a marqué un coup d’arrêt en termes d’emploi en Bourgogne-Franche-Comté. À l’aide des études conjointes de Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal