Les bénéfices du confinement… sur la qualité de l’air

169 pays, sur 198, sont touchés par la pandémie du coronavirus Covid-19. En France, un confinement est acté depuis une dizaine de jours, renforcé ces derniers jours par le Gouvernement. On observe également un ralentissement des activités économiques et de transport. Selon des données de 2016, en Bourgogne-Franche-Comté et en situation dite normale, citées par Atmo Bourgogne-Franche-Comté, une association de surveillance de la qualité de l’air, les particules fines sont issues du secteur résidentiel/tertiaire à 29 %, de l’agriculture à 27 %, des transports à 21%, et de l’industrie à 19 % ; les oxydes d’azote sont essentiellement émis par le trafic routier, représentant 63 %. « En pleine transition saisonnière et avec une première semaine de confinement, les effets sur la qualité́ de l’air se laissent déjà̀ ressentir… Mais, seul le dioxyde d’azote, émis principalement par le trafic routier, est marqué par une diminution notable de ses concentrations. Cette baisse est observée au niveau des axes routiers principaux », constate l’association. « L’analyse pour les autres polluants, qu’il s’agisse des particules ou de l’ozone, requiert cependant une période plus longue pour tirer des conclusions sur ces premiers résultats des mesures. Dans le cas des particules, l’augmentation des niveaux lors de la première semaine rappelle que toutes les activités ne sont pas suspendues et que même en période de confinement, un épisode de pollution pourrait survenir si toutes les conditions météo étaient réunies », observe également l’association, qui s’appuie sur une trentaine de stations fixes de mesure de qualité de l’air dans la région.  « Si la qualité́ de l’air évolue localement selon les émissions de polluants introduits dans l’atmosphère, par le biais des activités humaines (trafic routier, épandages agricoles, chantiers BTP, chauffage résidentiel,…) ou de manière naturelle (feux, etc), elle est directement liée à la météo qui a un impact déterminant sur les concentrations des polluants, en agissant sur leur dispersion et sur leurs transformations chimiques », modère l’association. Le léger vent des derniers jours diminue les concentrations de particules. « L’impact du confinement pourra réellement être évalué́ une fois les conditions météo moins venteuses », indique Atmo Bourgogne-Franche-Comté.

Ceci vous intéressera aussi
La vente des Hospices de Beaune finalement reportée
Les hospices de Beaune - Image par Falco de Pixabay

La vente devait avoir lieu ce dimanche 15 novembre 2020. Elle a été reportée d'un commun accord entre les organisateurs Lire l'article

[TRIBUNE] Chambre des métiers et de l’artisanat : « Plutôt que subir, nous agissons »

Les présidents des chambres des métiers s'expriment sur la crise sanitaire. | ©DR "Nous, Présidents de la Chambre de Métiers Lire l'article

Covid-19: la Bourgogne-Franche-Comté reste la deuxième région la plus touchée
Filtrage des visites pendant la période de plan Blanc, en novembre 2020, à l'hôpital Nord-Franche-Comté.

Le bilan hebdomadaire de l'ARS met en évidence une décrue, mais dans un contexte qui reste très tendu dans les Lire l'article

Artisans : une opération spéciale pour vous débarrasser des déchets dangereux
Pots de peinture / étagère / artisans.

Une opération pour éviter d'entasser des produits dangereux dans ses locaux. | ©Stux de Pixabay La chambre des métiers et Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut