Le Trois –

PUB

Belfort : sous couvert d’insalubrité, destruction massive de livres à la bibliothèque

A la bibliothèque municipale de Belfort, un désherbage massif de 35 000 documents est en cours. | ©Le Trois - J. B.
Enquête
Un problème d’insalubrité d’un sous-sol de la réserve de la bibliothèque municipale Léon-Deubel de Belfort limite l’espace disponible pour le stockage. Il implique de faire du tri et de supprimer une partie du fonds documentaire. Le groupe d’opposition En commun pour Belfort (ECPB) dénonce une destruction d’ampleur, estimée à 35 000 documents.

Jade Belleville

« La destruction de la bibliothèque municipale continue. » Voici les mots utilisés par le groupe d’opposition au conseil municipal de Belfort, En commun pour Belfort. Dans un communiqué de presse datant du 29 mai, le groupe dénonce la destruction de livres, à grande échelle, à la bibliothèque municipale Léon-Deubel. « Ce sont environ 35 000 documents qui seront détruits petit à petit », dénonce Mathilde Regnaud, militante du collectif et ancienne élue au conseil municipal (lire notre article). Selon le site Internet de la bibliothèque, celle-ci compte 210 822 livres, dont plus de 71 000 en accès libre, hors fonds patrimoniaux. Elle dispose aussi d’un fonds régional de 13860 documents dont 3093 sont en libre accès et empruntables.

L’insalubrité d’une partie de la réserve est le point de départ de ce projet. « Depuis la construction de la bibliothèque, il y a une malfaçon dans la dalle qui engendre des infiltrations », explique Mathilde Regnaud. Cette insalubrité est également constatée par Chantal*, employée de la bibliothèque. « Des déshumidificateurs d’air ont été mis en place de façon provisoire, explique-t-elle. Mais les champignons ont continué de se propager. » La réserve ne peut donc plus être utilisée pour ranger des ouvrages. Par conséquent, il y a une réduction des espaces de stockage. D’après des documents internes, consultés par Le Trois, un quart du sous-sol doit être évacué.

« C’est une destruction sournoise, s’agace Mathilde Regnaud. Sachant que la suppression de ces documents se fait dans les réserves, les Belfortains ne s’en rendent pas compte. » Même agacement de la part de Chantal : « Si un document est conservé dans la réserve, c’est qu’il est important. »

“Une grande partie sera vouée à la destruction”

De son côté, Damien Meslot, maire Les Républicains (LR) de Belfort, conteste la destruction des 35 000 documents. « Tous les ans, il est censé y avoir un désherbage au sein de la bibliothèque. Mais depuis dix ans, il n’a pas eu lieu », indique-t-il, pour justifier le volume. Le désherbage est un processus qui consiste à renouveler l’espace de réserve en supprimant, par exemple, les revues qui ne sont plus d’actualité. Et le maire se veut rassurant. Comme cette tâche n’a pas été effectuée depuis 10 ans, « une commission de trois salariés de la bibliothèque est mise en place ». Elle a pour objectif d’étudier les 35 000 documents afin de déterminer lesquels garder ou non. « Dans ceux que nous ne pouvons pas garder, il y a une partie qui sera jetée. Mais il y en a aussi que l’on pourra vendre ou donner », précise Damien Meslot. 

Concernant cette commission d’études, Chantal est plus dubitative. Elle conteste les propos tenus par le maire. Selon cette dernière, des binômes d’employés, venus de tous les services de la bibliothèque, ont été mis en place afin de procéder au désherbage. Pour l’employée, ils sont poussés à jeter un maximum de documents. « On nous demande d’évacuer le plus rapidement, le plus de documents possibles » s’exaspère Chantal. « Le maire déclare que c’est une petite partie qui va être jetée, mais en réalité cela représente beaucoup de documents. » Une note interne, consultée par Le Trois, confirme également l’ampleur de l’opération. « Une grande partie sera vouée à la destruction », peut-on lire. 

Le groupe d’opposition désapprouve l’ampleur, mais conteste également la légalité de l’opération. La destruction se fait « en dehors de tout cadre légal », déplore le communiqué du groupe d’opposition. Il fait référence notamment à la loi n° 2021-1717 relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique. Selon eux, le conseil municipal doit valider l’acquisition, mais aussi la suppression des livres et donc valider les désherbages. « Or, aucune politique documentaire formalisée n’existe à la Ville de Belfort », dénonce le groupe d’opposition. Dans des documents internes consultés par Le Trois, l’opération en cours est bien nommée comme un « désherbage ». Interrogé à ce sujet, Damien Meslot assure qu’il est inutile de réunir le conseil municipal afin de mettre en place une politique documentaire. « Pour l’instant, les 35 000 documents sont en étude », conclut-il. 

C’est une tout autre réalité décrite par plusieurs témoins de la bibliothèque. « J’ai vu des caisses de documents, en sous-sol, destinés à partir à la déchetterie. J’ai également vu des périodiques dans les bennes de la déchetterie », confirme une organisation syndicale. Selon cette dernière, des agents de la déchetterie ont confirmé le dépôt de documents. Dans la note citée précédemment, on peut également lire que « l’évacuation sera faite en interne » et que « les agents techniques ont l’autorisation de faire des trajets quotidiens à la déchèterie. »

Des budgets en baisse

« Les documents sont pour la plupart en bon état », s’indigne encore Mathilde Regnaud. Ce que confirme l’organisation syndicale. Parmi ces documents, on retrouve des romans ou des essais, mais aussi des périodiques sur l’Alsace par exemple, liste Mathilde Regnaud, ancienne salariée de la bibliothèque. Le Territoire de Belfort faisant partie de l’Alsace jusqu’à la fin du XIXe siècle, « c’est comme si l’on supprimait une partie de l’histoire du territoire », s’agace-t-elle. Le groupe politique réfléchit aux suites juridiques qu’il peut donner à cette action. 

Ce n’est pas la première fois que la gestion de la bibliothèque municipale de Belfort est pointée du doigt. En 2018, le collectif Culture, ainsi que l’association des bibliothécaires de France, avaient contesté la baisse budgétaire que subissait la bibliothèque municipale.

Il y a six ans, la majorité municipale de Belfort, déjà menée par Damien Meslot, avait approuvé une diminution de 40 % du budget d’acquisition. Au même moment, le tarif d’abonnement, plein tarif adulte, avait presque doublé en passant de 5,10 euros à 10 euros. Chantal déclare que, depuis, « [les budgets d’acquisition] stagnent à un niveau très bas, alors que le prix moyen du livre ne cesse d’augmenter »

  • Pour des questions d’anonymat, le prénom a été modifié.

Nos derniers articles

Montbéliard : au coeur des derniers réglages du prototype Sbarro

L’école Sbarro de Montbéliard a dévoilé son second prototype de l’année samedi 22 juin. Elle rend hommage aux 25 ans de l’université de technologie Belfort-Montbéliard. Et au 15 ans de l’intégration de la formation Sbarro à l'université. La veille, tout n’était pas encore prêt. Reportage au cœur de l’atelier.

Retrouvez les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté

Alors que la saison estivale vient d’ouvrir, Le Trois vous propose une carte interactive pour repérer tous les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté (piscines, sites naturels et surveillés de baignade).

Stellantis : l’équipe informatique de Bessoncourt inquiète de son transfert vers Sochaux

Les employés de l'équipe informatique du site Stellantis de Bessoncourt se sont rassemblés ce jeudi 20 juin. Au 1er janvier 2025, ils devront déménager à Sochaux. Un transfert qui inquiète les employés, quant à l’avenir du service informatique, au cœur d’une importante restructuration.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts