Le Trois –

PUB

Belfort : IDEE, 40 ans et plus populaire que jamais

Julie Jomin, directrice de l'université populaire IDEE, à Belfort. | ©Le Trois – Thibault Quartier
Entretien
L’université populaire IDEE célèbre ses 40 ans en cette rentrée scolaire. Avec un millier d’adhérents, la dynamique est là. Elle a engagé ces dernières années un important virage en proposant des formations et des ateliers destinés à des publics en difficulté. Elle est plus populaire que jamais.

« Quand on vient ici, on apprend forcément quelque chose. » En quelques mots, Julie Jomin, la directrice de l’université populaire IDEE, replace l’ADN de la structure : apprendre ; découvrir ; rencontrer ; échanger. « Notre vocation est le partage du savoir l’accès à la culture pour tous et la formation auprès de la population tout au long de la vie », peut-on lire sur le site Internet de l’université populaire, pour résumer la démarche. On apprend de la conférence ou de l’atelier que l’on suit, mais aussi des personnes autour. Car une université populaire se veut transversale. Le savoir et l’intelligence s’y construisent collectivement. « Ce n’est pas seulement une personne qui délivre, on se nourrit », résume la directrice, en poste depuis fin 2017. Et à Belfort, cela dure depuis 40 ans.

L’université populaire a été créée en 1983, sous l’impulsion de Jean-Pierre Chevènement. Et son succès ne se dément pas depuis. Aujourd’hui, la structure compte neuf salariés, une vingtaine d’intervenants et s’appuie sur une quarantaine de bénévoles. En 2022-2023, plus de 1 500 personnes ont participé aux conférences, près de 900 personnes ont participé à des ateliers et plus de 250 ont suivi des cours de langues.

Bénéficiaires du RSA

Lorsque l’on évoque l’université populaire IDEE, on pense automatiquement conférences et publics âgés. « Ce n’est pas du tout notre public », sourit Julie Jomin. Car l’université populaire, ce sont certes des conférences, mais pas seulement. IDEE propose des formations, notamment en langue et en informatique. Du côté des langues, elle propose onze possibilités. Des langues courantes comme l’allemand, l’anglais ou l’espagnol. Et des langues plus rares comme l’arabe, le japonais, le russe, le latin ou le grec. Des cours de langue des signes française (LSF) sont aussi dispensés. Cette année, il sera également possible d’apprendre le coréen. Et le tout est finançable par son compte personnel de formation (CPF). IDEE propose également des ateliers pour s’épanouir, pour mieux se connaître, se détendre ou découvrir une activité artistique.

Aujourd’hui, IDEE compte près d’un millier d’adhérents. Près de la moitié ne paie pas le plein tarif de l’adhésion, un signe qui témoigne de la diversité des publics, que ce soit en termes d’âge ou de ressources. Depuis la saison 2018-2019, Elle accompagne des bénéficiaires du revenu de solidarité active, dans le cadre d’une enveloppe financée par le conseil départemental du Territoire de Belfort et de la préfecture. 83 personnes ont été accompagnées l’an passé. Des ateliers d’informatique, de français langue étrangère, d’apprentissage au code de la route ou de travail sur le projet professionnel sont proposés. Cela permet de lever des obstacles, comme un manque de maîtrise numérique, de favoriser l’autonomie en améliorant les compétences écrites et orales en français. Et de créer du lien social, avec une dynamique, luttant ainsi contre l’isolement et l’exclusion.

Un colloque national à Belfort

Au mois de novembre, l’université populaire de Belfort organise le colloque annuel des universités populaires de France, les 24, 25 et 26 novembre. Le réseau compte 75 universités. Les professionnels vont réfléchir autour du thème de l’innovation sociale : « L’innovation au service de nos projets : effet de mode ou réel levier de transformation ? »

386 personnes ont participé à des cours de Français langue étrangère en 2022-2023, contre 325 l’année d’avant et 292 l’année encore précédente, soit une hausse 32 % en deux ans. L’accueil de réfugiés ukrainiens explique en partie cette hausse. La structure a aussi répondu à la hausse générale de la demande, en mettant à disposition des ressources matérielles et humaines. « Le curseur s’est déplacé vers l’insertion et vers le public en difficulté », acquiesce Julie Jomin. IDEE est devenue un opérateur très important du secteur social, bien identifié par les prescripteurs.

Cette accessibilité teinte l’ensemble des propositions de l’université populaire. Aujourd’hui, les conférences sont accessibles en ligne, pour les écouter sans y assister, ou les réécouter. Un projet de podcasts est également à l’étude, pour laisser « des traces », dixit Julie Jomin, de toutes les actions menées par l’université populaire. Des actions qui prendront sûrement place, un jour, sur la longue frise historique que conçoit l’association pour raconter sa longue histoire dédiée à l’éducation populaire.

  • Renseignements : https://www.ideeup.org/index.html | IDEE université populaire, école Raymond-Aubert, 25 rue de la 1re Armée française. BP 254 – 90005 Belfort.

Nos derniers articles

Au monument aux morts, tout le monde se revendique du général de Gaulle

Les commémorations de l’appel du 18-Juin ont rassemblé autorités, élus et candidats aux élections législatives, ce mardi. La figure du général de Gaulle est souvent invoquée par les partis politiques. Et ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer son héritage. Quitte à en oublier l’histoire. Reportage.

Michel Zumkeller dézingue Didier Vallverdu et revient en politique

L’ancien député Michel Zumkeller se positionne dans la campagne aux élections législatives anticipées, dans son ancienne circonscription. Il appelle à ne pas voter pour Didier Vallverdu. Et annonce qu’il lance un nouveau parti, qui sera présenté à la rentrée, afin de préparer les prochaines échéances électorales.

Nord Franche-Comté : l’inquiétude face à la pénurie de surveillants de baignade

La communauté de communes du Sud Territoire a poussé un cri d'alarme le 29 avril 2024. Elle dénonce un manque de maîtres-nageurs sauveteurs et de surveillants de baignade dans le territoire. Dans le nord Franche-Comté, ce n’est pas la seule zone à faire face à cette problématique.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts