Voitures électriques : qui sera la moins chère ?

Après le haut de gamme, qui fourmille désormais de modèles électriques et hybrides au-dessus de 40 000 euros, les constructeurs automobiles commencent à électrifier leurs petits véhicules pour convaincre les budgets les plus serrés en Europe.

(AFP)

Après le haut de gamme, qui fourmille désormais de modèles électriques et hybrides au-dessus de 40 000 euros, les constructeurs automobiles commencent à électrifier leurs petits véhicules pour convaincre les budgets les plus serrés en Europe.

« La stratégie de Tesla, en commençant par le haut de gamme, était du bon sens : c’était le seul moyen de financer le coût d’une autonomie suffisante », explique Éric Kirstetter, du cabinet de conseil Roland Berger. Avec la Zoé, de gamme moyenne, « Renault est parti dans une direction radicalement opposée, qui s’est avérée moins payante ». Mais à mesure que le coût des batteries baisse, et que le marché se convertit à l’électrique, « tous les grands constructeurs ont désormais un plan d’électrification pour le milieu de gamme, avec des hybrides pour les longues distances et des pures électriques pour les distances plus petites », souligne Éric Kirstetter. D’autant plus que les primes publiques à l’achat (jusqu’à 7 000 euros en France, avec des primes locales en sus), qui financent largement l’électrification du parc pour le moment, sont appelées à baisser. 

Équation difficile

Sur l’entrée de gamme, l’équation est plus complexe : la chaîne de transmission électrique coûte en moyenne 7 000 euros de plus que son équivalent thermique. Soit quasiment le prix de vente de ces petites voitures. Les constructeurs doivent donc proposer des technologies différentes : aux berlines et SUV les batteries les plus performantes, tandis que les citadines roulent avec une autonomie de 150 kilomètres, comme les Smart, ou 300 kilomètres, comme la nouvelle Dacia Spring.

Le patron de Tesla Elon Musk a promis de son côté une voiture à moins de 25 000 dollars pour 2023, quand pour l’instant ses tarifs démarrent actuellement autour de 40 000 euros. « On est en train d’accepter que certains véhicules électriques restent désirables avec une autonomie plus limitée », estime Éric Kirstetter. Dans le groupe Renault, la marque Dacia a ouvert samedi les commandes pour sa Spring, qui se veut l’électrique la moins chère du marché, à moins de 17 000 euros hors primes publiques.

Cette citadine aux faux airs de SUV chasse les coûts et le poids : imaginée sur la base d’un modèle lancé par Renault en Inde, construite en Chine, courte, étroite et légère avec sa petite batterie, elle propose aussi un minimum de confort et d’équipements. « On redéfinit les essentiels », a déclaré à l’AFP Denis Le Vot, directeur de Dacia. « On entend démocratiser les véhicules électriques. Il y a un gigantesque réservoir potentiel de clients. » 

En libre-service

La Spring va commencer sa carrière au printemps en libre-service dans les rues de métropoles, et en location dans des hypermarchés. À l’automne, elle sera également proposée à la vente en version quatre places et en version utilitaire, pensée pour les artisans.

Du côté de Volkswagen, « nous avons l’ID.3, qui est pour nous un symbole d’une mobilité électrique abordable (autour de 30 000 euros, ndlr) et adapté à un usage quotidien », a déclaré mercredi le patron de la marque VW, Ralf Brandstätter. Le groupe a suspendu la vente de son entrée de gamme électrique chez Skoda (Citigo) et va faire de même chez Seat (Mii), après moins de trois ans sur le marché. La petite Volkswagen e-up! (à près de 24 000 euros) reste au catalogue. Et la marque allemande a avancé de deux ans son travail sur « une offre d’entrée de gamme à partir de 20 000 euros », annoncée « dès 2025« , a souligné Ralf Brandstätter.

Face à l’ID.3, Stellantis compte surtout sur ses compactes, avec sa Peugeot e-208 ou sa Nouvelle Fiat 500 proposée seulement en électrique. Le groupe n’a pas proposé de remplaçante à ses petites électriques Ion et C-Zero. Mais Citroën offre une alternative rustique avec son AMI, une petite électrique sans permis à moins de 7 000 euros. Les constructeurs chinois, qui ont développé une large offre d’électriques à prix cassés, pourraient également très vite se positionner. Après l’avoir adaptée aux standards de sécurité européens, le constructeur lituanien Dartz propose déjà à 10 000 euros une toute petite électrique couronnée de succès en Chine, la Wuling Hong Guang Mini EV.

PUB
Ceci vous intéressera aussi
EDF : les députés approuvent les crédits de la renationalisation

En réclamant un débat plus large sur l'avenir énergétique du pays, l'Assemblée nationale a soutenu mardi le financement par l'État Lire l'article

Le Gouvernement veut proposer une voiture électrique à 100 euros par mois

Une voiture électrique à 100 euros par mois pour les Français les plus modestes : cette mesure promise par le gouvernement Lire l'article

La renationalisation d’EDF n’est « pas exclue », selon Agnès Pannier-Runacher
La renationalisation d'EDF est une piste envisagée par l'exécutif.

Une renationalisation d'EDF pour lui permettre de construire de nouveaux réacteurs nucléaires n'est pas encore décidée, mais elle "n'est pas Lire l'article

TotalEnergies, EDF et Engie appellent les Français à consommer moins d’énergie

Les dirigeants des trois énergéticiens français TotalEnergies, EDF et Engie appellent ensemble dimanche les Français à réduire "immédiatement" leur consommation Lire l'article

Défilement vers le haut