Vesoul : deux policiers suspectés de violences policières

À Vesoul, deux policiers suspectés de violences entraîne l'ouverture d'une enquête confiée à l'IGPN

Deux policiers de Vesoul (Haute-Saône) sont soupçonnés de violences policières envers deux marginaux, lors d’une interpellation, au mois de février. Le Procureur de la République précise tout de suite que ce n’est pas un cas de violence raciste. Une enquête est confiée à l’inspection générale de la police nationale.

Avec l’AFP

Deux policiers de Vesoul (Haute-Saône) sont soupçonnés de violences policières envers deux marginaux, lors d’une interpellation, au mois de février. Le Procureur de la République précise tout de suite que ce n’est pas un cas de violence raciste. Une enquête est confiée à l’inspection générale de la police nationale.

Deux policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Vesoul, soupçonnés de violences lors d’une interpellation en février, sont visés par une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a indiqué mardi le procureur de la ville. Le parquet de Vesoul a ouvert une enquête dès le 18 février, confiée à l’IGPN, « pour éclaircir les conditions de l’interpellation de deux marginaux placés en garde à vue » par des policiers de la BAC, a déclaré le procureur de la République de Vesoul Emmanuel Dupic, confirmant une information de l’Est Républicain.

Le 16 février, la police avait été appelée près de la gare de Vesoul en raison de personnes alcoolisées qui faisaient du bruit. Les images de vidéosurveillance qui ont filmé l’interpellation « montrent clairement des violences à l’encontre de deux personnes d’une vingtaine d’années », dont des coups de pieds portés au niveau du visage d’un homme à terre, a confirmé le procureur.

Pas de violences racistes

« Il ne s’agit en aucun cas de violences racistes, il s’agit du comportement, semble-t-il, de deux personnes qui ne correspond absolument pas au quotidien des policiers de Vesoul », a-t-il souligné. « Depuis mon arrivé en 2017, c’est la première fois que nous sommes confrontés à ce type de violences qui sont exceptionnelles », a affirmé le magistrat.

Le procureur souhaite « avoir des éclaircissements sur ces faits qui, s’ils sont avérés, donneront lieu à une réponse judiciaire sans faille ». L’enquête est en cours et les auditions, retardées en raison de la crise du covid-19, se déroulent depuis la semaine dernière.

Ceci vous intéressera aussi
Héricourt : au centre Bretegnier, une plateforme novatrice pour réapprendre l’équilibre

La fondation Arc-en-Ciel vient d’investir dans son centre de médecine physique et de réadaptation Bretegnier, situé à Héricourt. Elle y Lire l’article

Boncourt : 118 Français concernés par la fermeture de British American Tobacco

Le cigarettier British American Tobacco (BAT) a annoncé fin octobre son intention de fermer son usine de Boncourt, en République Lire l’article

Belfort : la prime de la discorde au comité inter-entreprises des Trois-Chênes

Un mouvement de grève a été engagé au CIE des Trois-Chênes, qui gère les œuvres sociales des salariés de General Lire l’article

Le Belfortain Olivier Nasti élu chef de l’année de Gault et Millau

Olivier Nasti, chef du Chambard, en Alsace, a été élu cuisinier de l'année du guide gastronomique Gault et Millau, tandis Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal