Vesoul : deux policiers suspectés de violences policières

À Vesoul, deux policiers suspectés de violences entraîne l'ouverture d'une enquête confiée à l'IGPN

Deux policiers de Vesoul (Haute-Saône) sont soupçonnés de violences policières envers deux marginaux, lors d’une interpellation, au mois de février. Le Procureur de la République précise tout de suite que ce n’est pas un cas de violence raciste. Une enquête est confiée à l’inspection générale de la police nationale.

Avec l’AFP

Deux policiers de Vesoul (Haute-Saône) sont soupçonnés de violences policières envers deux marginaux, lors d’une interpellation, au mois de février. Le Procureur de la République précise tout de suite que ce n’est pas un cas de violence raciste. Une enquête est confiée à l’inspection générale de la police nationale.

Deux policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Vesoul, soupçonnés de violences lors d’une interpellation en février, sont visés par une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a indiqué mardi le procureur de la ville. Le parquet de Vesoul a ouvert une enquête dès le 18 février, confiée à l’IGPN, « pour éclaircir les conditions de l’interpellation de deux marginaux placés en garde à vue » par des policiers de la BAC, a déclaré le procureur de la République de Vesoul Emmanuel Dupic, confirmant une information de l’Est Républicain.

Le 16 février, la police avait été appelée près de la gare de Vesoul en raison de personnes alcoolisées qui faisaient du bruit. Les images de vidéosurveillance qui ont filmé l’interpellation « montrent clairement des violences à l’encontre de deux personnes d’une vingtaine d’années », dont des coups de pieds portés au niveau du visage d’un homme à terre, a confirmé le procureur.

Pas de violences racistes

« Il ne s’agit en aucun cas de violences racistes, il s’agit du comportement, semble-t-il, de deux personnes qui ne correspond absolument pas au quotidien des policiers de Vesoul », a-t-il souligné. « Depuis mon arrivé en 2017, c’est la première fois que nous sommes confrontés à ce type de violences qui sont exceptionnelles », a affirmé le magistrat.

Le procureur souhaite « avoir des éclaircissements sur ces faits qui, s’ils sont avérés, donneront lieu à une réponse judiciaire sans faille ». L’enquête est en cours et les auditions, retardées en raison de la crise du covid-19, se déroulent depuis la semaine dernière.

Ceci vous intéressera aussi
Agriculture : vents contraires pour les circuits courts dans le pays de Montbéliard

Avec la fermeture de Coeur Paysan à Sochaux, c’est un marché promis à 2 millions d’euros de chiffre d'affaires par Lire l’article

Le poids croissant de la France dans le déploiement de l’hydrogène

L’Europe et la France tirent leur épingle du jeu dans l’innovation liée à l’hydrogène. Les laboratoires publics français dominent même Lire l’article

Le chômage baisse de 6,9 % en 2022 en Bourgogne-Franche-Comté

Les chiffres du chômage continuent de s’améliorer en Bourgogne-Franche-Comté. La tendance à la baisse se confirme. Elle est toutefois moins Lire l’article

Hydrogène : Bruno Le Maire attendu sur le futur site de McPhy

Les travaux de la futur gigafactory de McPhy sont bien lancés. La construction sera menée par le groupe GSE. Bruno Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal