Une nouvelle canicule touche la France, affectant tout le nord Franche-Comté 

Un nouvel épisode caniculaire va s’étendre vers le nord de la vallée du Rhône et le Sud-Ouest, mettant à rude épreuve les personnes les plus fragiles et la nature, alors que les vagues de chaleur se succèdent et que toute la France est en vigilance « sécheresse ». 

Avec Laure FILLON pour les bureaux de l’AFP

Un nouvel épisode caniculaire va s’étendre vers le nord de la vallée du Rhône et le Sud-Ouest, mettant à rude épreuve les personnes les plus fragiles et la nature, alors que les vagues de chaleur se succèdent et que toute la France est en vigilance « sécheresse ». Les trois départements du Nord Franche-Comté : le Territoire de Belfort, le Doubs et la Haute-Saône passent en vigilance orange canicule.

Au total, 27 départements sont placés en vigilance orange canicule, du Bas-Rhin jusqu’à la Haute-Garonne en passant par le Vaucluse et 41 autres en alerte jaune, selon le bulletin de Météo-France. Le pic de chaleur sera atteint mercredi et « il sera encore présent jeudi en se décalant vers l’est », précise Météo-France. Les températures « vont baisser sensiblement par le Nord-Ouest d’ici la fin de la semaine sauf sur les régions les plus au Sud où elles pourront rester élevées », proches de 35°C, a précisé Olivier Caumont, responsable de la permanence pour la prévision à Météo-France, lors d’un point-presse. 

« Il subsiste des incertitudes concernant la fin de l’événement », a-t-il résumé. Seulement quelques jours se sont écoulés entre ce nouvel épisode caniculaire et la vague de chaleur précédente, sans compter la première de juin, inhabituellement précoce. 

Les trois départements du nord Franche-Comté passe en vigilance orange canicule. La préfecture de la Haute-Saône a d’ailleurs fait paraître un communiqué en informant que jeudi après-midi, les températures devraient atteindre 37 à 39 degrés dans le département, rappelant de boire régulièrement et d’éviter les efforts physiques. 

Sécheresse historique

 Seulement 9,7 millimètres de précipitations agrégées ont été enregistrés en France métropolitaine le mois dernier, un déficit d’environ 84% par rapport aux normales, presque aussi peu que les 7,8 mm de mars 1961, le record des minima depuis les premiers relevés nationaux en août 1958. Si désormais l’ensemble de la France métropolitaine est sous vigilance « sécheresse », 93 départements sont concernés par des restrictions sur au moins une partie du territoire : quatre sont en alerte, 31 en alerte renforcée et 58 en crise, dont le Jura qui vient de passer en rouge. Dans les territoires au stade de crise, « seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité) », explique le site d’information sécheresse du gouvernement, Propluvia.

D’autres activités économiques sont aussi affectées, comme le tourisme. Le Doubs est ainsi quasiment à sec à Villers-le-Lac (Doubs), environ 4.000 habitants à la frontière suisse. « Je plains les bateliers et les gens qui viennent voir le Saut du Doubs », célèbre cascade de 27 mètres de haut où plus une goutte d’eau ne tombe depuis mi-juin, déplore la maire Dominique Mollier. Et les choses ne vont pas aller en s’améliorant. Aucune précipitations d’ampleur ne sont attendues dans les prochains jours. A plus long terme, « la période favorable aux vagues de chaleur s’étend progressivement », a averti Jean-Michel Soubeyroux. Dans la seconde moitié du siècle, elles pourraient se produire « dès le mois de mai et se prolongeraient sur l’ensemble du mois de septembre ». 

Surmortalité

« On est inquiet par ces répétitions rapprochées de vague de chaleur », qui « ne permettent pas à des organismes de revenir à un fonctionnement normal », a expliqué Isabelle Bonmarin de Santé publique France (SPF). « On s’attend à une surmortalité dès qu’on passe en canicule (…) et notamment les 75 ans et plus », a ajouté son collègue Robin Lagarrigue, indiquant qu’un « bilan sera fait à la rentrée, en septembre ».

 La succession de ces vagues de chaleur qui rendent encore plus perceptibles les conséquences du réchauffement climatique, aggrave aussi la sécheresse. « On est sur un événement majeur, qui se compare sans difficulté à 1976 ou 2003 », a commenté Jean-Michel Soubeyroux, climatologue à Météo-France.



Ceci vous intéressera aussi
Les 5 infos à retenir du budget 2023 de Pays de Montbéliard Agglomération

Les orientations budgétaires de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) ont été présentées en conseil communautaire, jeudi 2 février. Recettes réduites Lire l’article

Bourogne : une étude pour créer un nouveau réseau de chaleur avec les déchets du Sertrid

Le Grand Belfort projette de récupérer la chaleur fatale de l’usine d’incinération de Bourogne. Une étude va être menée pendant Lire l’article

Le Parlement accélère le développement des énergies renouvelables

Bravant le tumulte politique de la réforme des retraites, le Parlement a définitivement adopté mardi, par un ultime vote du Lire l’article

Des manifestants moins nombreux, mais toujours bien visibles [photos]

Même si le nombre de manifestants a baissé ce mardi, la mobilisation se maintient en France et dans le nord Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal