Un appel aux dons pour des professionnels du médico-social

Le mouvement Unapei  milite quotidiennement pour une société solidaire et inclusive. Dans le cadre de la pandémie, il lance un cri d’alerte sur la situation délicate des personnes handicapées, des familles et des professionnels du secteur médico-social. Et lance un appel aux dons pour constituer un fonds d’urgence.

Le mouvement Unapei milite quotidiennement pour une société solidaire et inclusive. Dans le cadre de la pandémie, il lance un cri d’alerte sur la situation délicate des personnes handicapées, des familles et des professionnels du secteur médico-social. Et lance un appel aux dons pour constituer un fonds d’urgence.

« Le mouvement Unapei unit ses forces pour faire face à la situation dramatique subie par les personnes handicapées, les familles et les professionnels du secteur médico-social », interpelle le mouvement dans un appel aux dons, relayé sur les réseaux sociaux. « Les personnes handicapées, déjà vulnérables avant cette crise sanitaire, ne sont aujourd’hui pas considérées comme prioritaires. Les professionnels du secteur médico-social se mobilisent dans l’ombre alors même qu’ils font face à un véritable manque de moyens », poursuit le communiqué. Ce mouvement englobe aujourd’hui 900 000 personnes actrices de solidarité, dont 200 000 personnes en situation de handicap, accompagnées, mais aussi 94 000 professionnels ou encore 72 000 bénévoles. Le réseau regroupe 550 associations en France, représentant 55 000 familles. Il a créé en ligne une cagnotte et appelle aux dons pour consolider un fonds d’urgence. Dans le nord Franche-Comté, ce mouvement est notamment représenté par les Adapei du Doubs et du Territoire de Belfort.

Trois priorités

« Face aux cas de contamination et aux décès qui augmentent chaque jour, nous devons agir tous ensemble et nous avons besoin de vous », lance le mouvement. Il faut fournir du matériel de protection adapté aux professionnels du médico-social, notamment des masques, du gel hydroalcoolique, des blouses et sur-blouses. Le mouvement veut aussi « aider les personnes handicapées et les familles qui vivent des situations dramatiques », poursuit le communiqué. Le mouvement veut renforcer les dispositifs de soutien, favoriser la communication en déployant des solutions numériques, anticiper des solutions de répit pour les familles et accompagner le deuil.

Enfin, le mouvement veut soutenir les travailleurs sociaux, soignants et bénévoles mobilisés. « Les établissements accompagnant des personnes handicapées sont loin d’être épargnés par le Covid-19. Le nombre de cas ne cesse d’augmenter et les décès également. N’étant pas prioritaires, les personnes handicapées ne sont pas acceptées dans les structures hospitalières et les professionnels sont dans l’obligation de s’improviser professionnels de soins palliatifs, avec peu de support des équipes mobiles à distance », écrit l’Unapei. Cette dernière souhaite créer, avec les dons, une cellule psychologique pour venir en soutien aux professionnels, après la crise. Des professionnels qui doivent « gérer l’ingérable bien au-delà de leur métier d’accompagnant ».

Et le communiqué de l’Unapei de conclure : « Nous refusons qu’ils soient abandonnés parce qu’ils sont plus vulnérables. Aidez-nous ! »

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : rebond des décès en France depuis début septembre, selon l’Insee

Le nombre de décès, toutes causes confondues, connaît en France un léger rebond depuis début septembre par rapport aux mêmes Lire l'article

Télétravail : « Une marge de progression considérable » estime le sociologue Bruno Marzloff
Le sociologue Bruno Marzloff.

"La marge de progression du télétravail est considérable", affirme le sociologue Bruno Marzloff, spécialiste des mobilités et auteur de "Sans Lire l'article

Automobile : le marché de l’occasion a explosé, mais le reconfinement le fragilise

Le marché des voitures d'occasion s'était très bien repris depuis le printemps, revenant presque au niveau exceptionnel de l'année 2019, Lire l'article

Hausse de 16% des victimes de violences conjugales en 2019, le Doubs particulièrement touché
Les services de police et de gendarmerie ont enregistré une hausse de 16% des violences conjugales qui ont concerné 142.310 personnes tous sexes confondus en 2019, a annoncé lundi le service statistiques du ministère de l'Intérieur.

Les services de police et de gendarmerie ont enregistré une hausse de 16% des violences conjugales qui ont concerné 142 Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut