Trigo ouvre une usine à Allenjoie et vise 80 recrutements

Le groupe Trigo, spécialisé dans le contrôle qualité, notamment dans l’industrie automobile, ouvre une nouvelle usine à Allenjoie (Doubs), dans une nouvelle activité : le reconditionnement des véhicules d’occasion.

Le groupe Trigo, spécialisé dans le contrôle qualité, notamment dans l’industrie automobile, ouvre une nouvelle usine à Allenjoie (Doubs), dans une nouvelle activité : le reconditionnement des véhicules d’occasion.

Trigo, qui travaille notamment pour PSA à Sochaux, doit ouvrir cet automne une usine à Allenjoie (Doubs). L’unité de production, installée dans un bâtiment de 3 000 m2, doit reconditionner des véhicules d’occasion, ce que l’industriel appelle du Remarketing. Dans un mail adressé à France bleu Belfort Montbéliard, qui a relayé cette information ce lundi matin, Trigo précise qu’Allenjoie est un site pilote pour cette nouvelle activité proposée par le groupe. C’est un service déjà en place auprès de nombreux clients, « mais nous officialisons notre entrée sur ce marché via l’ouverture de cette usine », précise Trigo dans ce mail.

L’objectif avec cette usine, dotée « d’équipements neufs à la pointe de la technologie », est de passer un nouveau palier. Trigo ambitionne « la prise en charge et le reconditionnement d’environ 10 000 véhicules par an » et revendique « une qualité de reconditionnement homogène ». « Trigo propose aux professionnels des véhicules d’occasion, une solution de reconditionnement avec une approche industrielle garantissant qualité, rapidité et réduction des frais de remise en état des véhicules d’occasion », précise Trigo dans une vidéo de présentation de cette activité, publiée au printemps. Si Trigo doit commencer avec les véhicules Peugeot, il va s’ouvrir à d’autres constructeurs et professionnels du véhicule d’occasion confirme un connaisseur du milieu industriel nord franc-comtois.

Près de 80 recrutements attendus

Trigo, qui dit être le n°1 de la qualité opérationnelle, s’installe sur un terrain de la partie supérieure de Technoland 2, non loin d’Hermès. Le terrain a été vendu par la SEM PMIE, la société d’économies mixtes du pays de Montbéliard qui gère le parc, à un investisseur, qui le loue à Trigo après avoir construit des bâtiments.

Pour répondre à ces besoins, une vaste campagne de recrutements est programmée dès l’automne, avec Pôle emploi notamment. Près de 80 postes sont à pourvoir à terme, du profil junior au senior. On parle notamment de mécaniciens, de carrossiers, nécessaires à la réfection des véhicules. On parle aussi de besoins en sellerie, en électricité ou en peinture. Cette activité s’inscrit dans une dynamique d’économie circulaire. Cette activité va aussi créer des besoins annexes, par exemple dans la surveillance du site.

Ce projet, qui doit se concrétiser sur cette fin d’année, est dans les cartons depuis près de 18 mois.

Défilement vers le haut