Territoire de Belfort : Marie Gentine, 100 ans, dévoile le secret de la longévité 

Le collectif d’aide et de soins à la personne Amaëlle s’est lancé le défi d’offrir des livres sur la vie des centenaires accompagnées par le dispositif. Elles ont été 5 à être accompagnées par Martine Tatu-Verdot, écrivaine. 

Le collectif d’aide et de soins à la personne Amaëlles s’est lancé le défi d’offrir des livres sur la vie des centenaires qu’il accompagne. Elles ont été 5 à être accompagnées par Martine Tatu-Verdot, écrivaine, pour écrire leurs mémoires. Avec pour but, à la fin, de transmettre un beau cadeau pour les familles et les générations futures. 

Lucienne Boes, Marcelle Brady, Pierrette Doyen et Marie Gentine. Ces quatre dames fêtent un anniversaire tout spécial cette année. Leur centenaire. Comme le département. Il y avait aussi Simone Brayotel, 102 ans cette année, qui est décédée avant de pouvoir lire son ouvrage. C’est Martine Tatu Verdot, écrivaine, qui a proposé de recueillir leur propos et d’écrire un livre sur chacune d’entre elles, d’environ 52 à 60 pages. 

Lors de la remise des ouvrages, toutes les familles sont présentes. Mais une seule centenaire a pu faire le déplacement : Marie Gentine. L’air mutin, elle ne cesse de le dire : « C’est mon fils qui m’a forcé ! ». Elle, elle ne voulait pas de livre sur elle. « Moi je suis discrète, comme l’était aussi mon mari », explique-t-elle, en mangeant une tranche de gâteau préparée pour l’occasion. Son fils, Claude, 73 ans, raconte en riant : « C’est vrai qu’il a fallu insister. Elle ne voulait pas se mettre en avant. J’ai assisté aux deux premières séances avec l’écrivaine car elle appréhendait un peu.» Finalement, il dévoile que les séances se sont très bien passées. Mais surtout : il a appris plein de choses sur ma maman. 

Marie Gentine de son côté le réaffirme : « Il a fait ça dans mon dos ! Je l’ai disputé. Mais je ne regrette pas finalement. C’est un beau cadeau.» La centenaire, qui vit encore dans son appartement à Belfort raconte, l’air malicieux :  « Je n’ai pas tout dévoilé. Il y aurait encore trois livres à écrire ! » 

Son secret de la longévité ? « Avoir vécu sans excès, sans trop de sel ni de sucre », narrent en coeur son fils et sa petite fille. Mais aussi sa capacité à s’adapter à tout. À la guerre, notamment, qu’elle cite. « La guerre, ça a été ma vie. Mais ça m’a aussi permis de connaître mon mari.» Après cela, elle raconte avoir vécu une « vie normale », « sans imprudence ». Avec un petit sourire en coin, elle l’affirme : « Si je devais refaire ma vie, je referais la même chose.»

Chacun cherche le secret

Pour Denis Piotte, président d’Amaelles mais également médecin, les centenaires sont « fascinants ». « Ils ont un très bon système immunitaire qui leur permet d’éliminer les cellules cancéreuses.»  Il précise aussi, que la plupart sont encore des femmes. 

Peut-être aussi, y a-t-il un lien avec le Territoire de Belfort ? Florian Bouquet, président du Département,  raconte avoir épluché les registres pour trouver le nombre de centenaires pour l’année 2022. Il y en a 76. « C’est qu’on y vit bien ! », se réjouit-il. 

L’écrivaine, Martine Tatu Verdot, qui a travaillé avec ces femmes, a aussi sa petite idée sur le secret de la longévité : « Ce sont toutes des lectrices assidues ! ». Marie Gentine le confirme : « Lire, c’est ma passion.»  

Pour écrire ce livre, l’écrivaine a passé en moyenne, trois séances avec chacune des centenaires. « Tout a roulé tout seul. La confiance s’est tissée rapidement », raconte-t-elle. Fière, elle se remémore les moments qui l’ont marqué : « Elles sont toutes différentes. Chacune avait son histoire. Elles sont toutes les héros de leur propre histoire.»  Mais ce qui l’a marqué, c’est que toutes leurs vies ont été marquées par  la guerre. « Ca m’a frappé ». Pour l’écrivaine, toutes ces femmes ont eu en commun leur capacité à s’adapter à tout, à être « souples » face aux événements de la vie.

En offrant les livres, elle sourit. Heureuse de transmettre cet ouvrage. « Tout ça, ce sont de beaux moments passés avec les familles », et de beaux cadeaux pour les générations à venir, qui pourront avoir accès aux histoires de leurs grands-mères, arrière-grands-mères. 

Marie Gentine, accompagnée par son fils et sa petite fille.
Ceci vous intéressera aussi
Les volleyeuses de Belfort à une marche du niveau semi-professionnel 

Dans le gymnase George Thurnerr, à Belfort, les ballons retentissent. L’équipe féminine de Volley-Ball vient de reprendre les entraînements pour Lire l'article

Le prestige de la ration de combat française [vidéo]

24 heures avec le 35e RI. Le Trois a passé 24 heures avec les soldats de la 4e compagnie du 35e Lire l'article

Les mercredis du château de retour au rythme du jazz et du blues

Faire mieux, chaque année, c’est l’ambition de François Lanneau, qui a repris la gestion des Mercredis du château avec l'association Lire l'article

Belfort : infirmière, elle change de vie pour reprendre la boulangerie familiale Lescuyer

Caroline aura 30 ans en octobre. Avant, elle travaillait en tant qu’infirmière, à Montbéliard. Une vocation, raconte-t-elle. Une vocation, mais Lire l'article

Défilement vers le haut