Téléphoner au volant peut entraîner une suspension du permis

La réglementation prévoit à présent la suspension du permis de conduire si un contrevenant commet une infraction en tenant son téléphone portable.

Une nouvelle disposition réglementaire durcit le régime de contravention de l’utilisation du téléphone au volant. Le permis de conduire sera immédiatement retenu si le contrevenant commet une infraction tout en tenant son téléphone portable. Et il pourra faire l’objet d’une suspension du permis de conduire.

Une nouvelle disposition réglementaire durcit le régime de contravention de l’utilisation du téléphone au volant. Le permis de conduire sera immédiatement retenu si le contrevenant commet une infraction tout en tenant son téléphone portable. Et il pourra faire l’objet d’une suspension du permis de conduire.

Les sanctions prévues à l’encontre de l’usage du téléphone en conduisant se durcissent. Ces dispositions sont comprises dans un décret publié le 18 mai 2020. « Il s’agit de l’une des 18 mesures fortes prises lors du Comité́ interministériel de la sécurité́ routière (CISR) destinées à sauver plus de vies sur les routes », indique la préfecture du Territoire de Belfort dans un communiqué de presse. L’utilisation d’un téléphone portable (en le tenant à la main ou en utilisant une oreillette) est sanctionnée par une amende forfaitaire de 135 euros et d’un retrait de trois points du permis de conduire.

De un à douze mois de suspension

Ces dispositions sont actives depuis ce jeudi 9 juillet. « L’automobiliste qui commettra une infraction routière tout en tenant son téléphone à la main, verra désormais son permis de conduire immédiatement retenu par les forces de l’ordre et encourra une suspension administrative », prévient la préfecture (liste ci-dessous). La suspension peut aller de un à douze mois, « en fonction de la nature du cumul d’infractions », indique la préfecture. La personne devra également, à l’issue de la suspension, se soumettre à une visite médicale « pour contrôler son aptitude à reprendre la conduite ».

Liste des infractions routières concernées

  • non-respect des règles de conduite (non-respect de l’obligation de circuler sur le bord droit de la chaussée, non utilisation du clignotant) ;
  • non-respect des distances de sécurité ;
  • franchissement/chevauchement des lignes continues et des lignes délimitant les bandes d’arrêt d’urgence ;
  • non-respect des feux de signalisation (rouge et jaune) ;
  • non-respect des règles de dépassement (dépassement dangereux, dépassement par la droite, dépassement par la gauche gênant la circulation en sens inverse, dépassement sans visibilité suffisante vers l’avant, conducteur dépassé ne serrant pas sa droite) ;
  • non-respect de la signalisation imposant l’arrêt ou le céder le passage ;
  • non-respect de la priorité de passage à l’égard des piétons ;
  • non-respect des vitesses (dépassement de la vitesse maximale autorisée en agglomération ou hors agglomération, vitesse excessive ou inadaptée au regard des circonstances). 
Ceci vous intéressera aussi
L’hydrogène, nouvelle piste pour les transports

Sur rails, sur route ou dans les airs, l'hydrogène constitue une piste majeure pour réduire l'empreinte carbone des transports, qui Lire l'article

Covid-19 : face à la 3e vague, Emmanuel Macron parle aux Français à 20h
Emmanuel Macron s'exprime devant les Français ce mercredi 31 mars à 20h.

Fermer les écoles en avançant les vacances? Étendre les mesures de freinage à d'autres départements? Ou bien "pousser les murs" Lire l'article

La SNCF commande 12 trains à hydrogène à Alstom
La SNCF a commandé ses 12 trains hydrogène Alstom, pour 4 régions pionnières.

Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène doit enfin démarrer en France avec la signature d'un contrat pour Lire l'article

[Tribune] « L’action de nos militaires n’est guère compatible avec les 35 heures »
Jean-Pierre Chevènement et Cédric Perrin co-signent une tribune dans Le Monde pour alerter sur les risques d'une directive européenne sur le temps de travail pour le modèle de l'armée française.

Appliquer à l’armée la directive européenne du temps de travail, comme le propose l’avocat général de la Cour de justice Lire l'article

Défilement vers le haut