Les sages-femmes ne veulent pas rester les oubliées du Ségur de la santé

« On n’est jamais dans la bonne case », résume Isabelle Maignien, référente pour la Bourgogne-Franche-Comté de l’organisation nationale des sages-femmes (ONSSF). L’organisation réclame une réouverture du Ségur de la santé, où elle estime que la profession a été oubliée. Au-delà, elle pose la question de la reconnaissance du métier de sage-femme comme profession médicale à part entière.

Pour l’instant, elles se structurent, écrivent aux parlementaires, à l’ARS, et réfléchissent aux actions à mener. A la rentrée, elles pourraient passer à l’action. Les sages-femmes sont plus que déçues du Ségur de la santé et de ses résultats : « C’est de l’enfumage pour nous », dénonce Isabelle Maignien, référente pour la Bourgogne-Franche-Comté de l’organisation nationale des sages-femmes (ONSSF). « Nous avons obtenu 183 € par mois, soit l’équivalent d’une secrétaire médicale », constate-t-elle. Non seulement elle estime que les salaires des secrétaires auraient dû être mieux relavorisée, mais encore soutient-elle que les sages-femmes auraient dû obtenir des revalorisations au même niveau que l’ensemble des professions médicales. « Une fois de plus, on nous a classées dans les professions paramédicales, alors que depuis 1945, dans le code de santé publique, nous sommes une profession médicale. On n’est jamais dans la bonne case ».
« Devant les tribunaux, en cas de problème, nous sommes traités comme une profession médicale en termes de responsabilité », appuie-t-elle, avant de rappeler être « responsable de la mère et de l’enfant ». Donc, elle réclame d’être « dans la bonne case », et de bénéficier du statut de profession médicale.
« Et cela change tout, explique-t-elle, non seulement en terme de salaire, mais aussi de carrière, de formation. Ce qu’on demande, c’est de pouvoir travailler mieux. »

Des compétences élargies depuis 2009

Historiquement associées à la préparation à l’accouchement et à l’accouchement lui-même, les sages-femmes ont vu leurs domaines de compétences élargis en 2009 : elles peuvent désormais intervenir sur la prévention, sur l’information et le dépistage des maladies sexuellement transmissibles, sur l’IVG. Sans empiéter sur le rôle des médecins, la référente de l’ONSSF insiste sur le rôle qu’elles peuvent avec eux . « On est spécialistes en physiologie, mais il faut connaître la pathologie pour prévenir le médecin » si cela s’avère nécessaire.
Et avec la crise du covid-19, ce qu’elles perçoivent comme un manque de reconnaissance à l’issue du Ségur, passe particulièrement mal. Baisse de l’activité, mise en place des gestes barrière, absence de dotation en masques en début de confinement, difficultés aujourd’hui à se fournir en produits désinfectants : « On a été livrées à nous-même ; on a fait tout ce qu’on a pu, et on est au bord du burn-out », dénonce Isabelle Maignien.

Au-delà des salaires

Les revendications portées par l’ONFSS vont donc au-delà de la revalorisation salariales. Elle portent, pour l’exercice en libéral, sur la désignation d’une sage-femme référente lors d’un parcours de grossesse, la possibilité de renouveler les arrêts de travail pendant la grossesse, la mention des sages-femmes lors des compagnes de prévention, vaccination, dépistage des cancers en gynécologie, le suivi gynécologique… ; pour l’ exercice salarié, un statut d’agent public semblable aux autres personnels médicaux hospitaliers ; une révision des effectifs ; une revalorisation salariale.
En attendant septembre, les sages-femmes rejoignent le collectif « Santé en danger », dont la groupe Facebook a recueille déjà plus de 80 000 membres. Un collectif qui demande une réouverture totale du Ségur de la santé, pour toutes les professions et une renégociation globale.

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : les restaurants de Suisse romande rouvrent à partir du 10 décembre

Les gouvernements des cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Genève  et Jura ont décidé conjointement la réouverture des restaurants dès le Lire l'article

Belfort : six mois avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet
Tribunal de Belfort / palais justice / tribunal judiciaire

Une restauratrice a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet du Lire l'article

Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Ruée dans les commerces, disparités franco-suisses, fêtes de fin d’année : les 3 pièges sur la route du déconfinement
Les réveillons de fin d'année sont considérés comme des facteurs de risque pour la propagation du virus. Le gouvernement difusera des recommandations. Image par Alexas_Fotos de Pixabay

Le message est répété et décliné à l'envi par le gouvernement, les médecins, les préfets : ce n'est pas un Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut