Sochaux : l’une des plus grandes fermes solaires en ombrières installée à Stellantis

L’énergéticien Engie Green construit une ferme solaire en ombrières sur les parcs d’expédition de l’usine Stellantis de Sochaux. Le projet est l’un des plus grands de France ; il s’étend sur 22 ha et permet de produire l’équivalent de la consommation annuelle des habitants de Sochaux, Vieux-Charmont, Étupes et Exincourt.

L’énergéticien Engie Green construit une ferme solaire en ombrières sur les parcs d’expédition de l’usine Stellantis de Sochaux. Le projet est l’un des plus grands de France ; il s’étend sur 22 ha et permet de produire l’équivalent de la consommation annuelle des habitants de Sochaux, Vieux-Charmont, Étupes et Exincourt.

Depuis 2010, l’usine Stellantis de Sochaux compte un parc de panneaux photovoltaïques en ombrières, installés sur près d’1 ha de parking, que l’on voit notamment depuis le pont de Ludwigsburg, à l’entrée de Montbéliard. Aujourd’hui, l’usine va plus loin avec ce projet de ferme solaire installée sur le parc des expéditions, le long de l’A36. Depuis plusieurs mois, les panneaux poussent à rythme soutenu sur près de 22 ha et vont bientôt recouvrir des parkings capable d’accueillir jusqu’à 10 000 véhicules.

0
En euros, les retombées annuelles pour les collectivités locales, grâce à la fiscalité liée à cette activité, estime Engie Green.

« Le site [de Sochaux] est inscrit dans une longue tradition environnementale », rappelle Frédéric Maliczak, directeur des services techniques de l’usine Stellantis de Sochaux. L’intégration dans l’agglomération et la proximité de l’Allan, a contribué à cette sensibilisation.

La transformation industrielle impliquée par Sochaux 2022 entraîne la diminution de l’emprise foncière de l’usine. Mais elle doit aussi provoquer une baisse de la consommation ; l’éclairage par leds est dorénavant privilégié et des systèmes de récupération de la chaleur sont installés, par exemple sur la nouvelle presse. L’usine réfléchit aussi à recourir à du biogaz, issu de la méthanisation de la biomasse, pour chauffer les bâtiments. L’objectif, devenir un site de neutralité carbone avant qu’on ne l’impose par la loi. « Nous sommes complètement engagés dans cette démarche [de développement durable] », insiste le directeur.

Une production équivalente à la consommation de 13 300 habitants

La ferme solaire compte 63 648 modules photovoltaïques, installés sur des ombrières, capable de générer une puissance de 29 méga-watt crête (MWc), la puissance maximale que peut produire l’installation en une heure. Par an, la ferme peut produire 32 millions de kWh, soit la consommation annuelle de 13 300 habitants, l’équivalent des populations cumulées de Sochaux, Exincourt, Vieux-Charmont et Étupes (13 507 habitants), les 4 communes concernées par ce projet. Selon Engie Green, le concepteur et l’exploitant de cette ferme solaire, cet équipement permet d’éviter l’émission de 1 000 tonnes de CO2 par an et dans 8 ans, la production aura permis de compenser le bilan carbone généré par l’installation. 

Les ombrières sont inclinées à 10°. « C’est l’optimum technico-économique », explique Luc Vignal, responsable bâti et ombrières chez Engie green, entre le coût, le rendement avec l’orientation par rapport au soleil ou l’écoulement des eaux de pluie. « Et ce sont des panneaux parmi les plus performants du marché », appuie le responsable d’Engie. L’énergie produite grâce aux panneaux photovoltaïques est convertie en 20 000 volts et livrée sur le réseau Enedis.

Que consomme l’usine de Sochaux ?

À l’occasion de cette conférence de presse, les partenaires du projet ont précisé que l’installation peut produire 32 millions de kWh/an. Cela correspond à la consommation annuelle de 13 300 personnes (on estime la consommation électrique avec chauffage à 2 400 kWh par personne et par an précise Engie Green, citant une étude de RTE) ou à 30 % de la consommation annuelle de l’usine de Sochaux. Cela signifie que la consommation annuelle d’électricité de l’usine équivaut à la consommation cumulée de près de 45 000 habitants, soit quasiment celle d’une ville comme Belfort (46 954 habitants). Un fin connaisseur de l’usine explique que l’un des ateliers les plus consommateurs d’énergie est l’atelier de peinture, où l’on doit notamment sécher rapidement les véhicules.

« C’est un projet incroyable », précise Christine Lafaix, directrice offres, clients, innovation d’Engie Green. Ce sera, pendant quelques mois, la plus grande ferme solaire en ombrières de France, avant que la ferme solaire de Disneyland Paris ne soit opérationnelle. Engie green est le leader français sur l’activité éolienne et photovoltaïque, que ce soit en nombre de parcs ou de puissance produite. L’énergéticien a signé un contrat d’exploitation de 30 ans avec Stellantis Sochaux, à qui elle loue les terrains.

[ En images ]

Photos prises par Le Trois et C3Green

« Valoriser le foncier »

Avec ce projet, Stellantis « valorise son foncier », relève Didier Edelblutte, le pilote du projet chez Stellantis. On ajoute un activité supplémentaire à cet espace, exclusivement destiné au stockage, au transit et à l’expédition des véhicules. Cette optimisation contribue aussi à l’équilibre économique de l’usine, donc à sa pérennité et sa compétitivité, en apportant une ressource supplémentaire. Autre avantage, les ombrières confèrent une protection aux véhicules contre les intempéries.

Ce projet a émergé en 2017. Il a été lancé en 2018. Les permis de construire ont été validés en 2019 et les travaux ont été lancés en septembre 2020. Une partie de la ferme solaire sera opérationnelle en fin d’année (les deux tiers des capacités). Engie Green investit 36 millions d’euros dans ce projet, dont la mise en service finale est programmée à l’automne 2022.

Ceci vous intéressera aussi
FCSM : l’installation du centre de performances à Bourogne va mettre le feu aux poudres

Le football-club Sochaux-Montbéliard (FCSM) déplace son centre de formation de Seloncourt à Bourogne, dans le Territoire de Belfort confirment plusieurs Lire l’article

TER : la Bourgogne-Franche-Comté repousse l’ouverture à la concurrence

La Bourgogne-Franche-Comté, première région de gauche à avoir ouvert à la concurrence ses trains régionaux (TER), a reporté la mesure Lire l’article

Les Shifters, déclinaison locale du Shift project pour sensibiliser à la décarbonation

The Shifters est une association qui apporte un soutien bénévole aux travaux de The Shift Project, qui œuvre à la Lire l’article

Agriculture : vents contraires pour les circuits courts dans le pays de Montbéliard

Avec la fermeture de Coeur Paysan à Sochaux, c’est un marché promis à 2 millions d’euros de chiffre d'affaires par Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal