Semi-conducteurs : Carlos Tavares estime la situation « compliquée jusqu’à fin 2023 »

Le manque de semi-conducteurs pour l'industrie automobile, qui pénalise l'activité des usines des constructeurs automobiles, risque de perdurer jusqu'à la fin 2023, a estimé le PDG du groupe Stellantis, Carlos Tavares dans un entretien mis en ligne samedi soir sur le site du Parisien.
Carlos Tavares, p-dg de Stellantis, en mars 2022, lors de la présentation de Dare forward 2030. | ©Stellantis

(AFP)

Le manque de semi-conducteurs pour l'industrie automobile, qui pénalise l'activité des usines des constructeurs automobiles, risque de perdurer jusqu'à la fin 2023, a estimé le PDG du groupe Stellantis, Carlos Tavares dans un entretien mis en ligne samedi soir sur le site du Parisien.

« La situation restera très compliquée jusqu’à fin 2023, puis se détendra ensuite, notamment parce que le marché de l’électronique grand public plonge un peu », a estimé M. Tavares, p-dg de Stellantis, lors d’un entretien croisé avec le directeur général de Renault Luca de Meo, dans Le Parisien, à un peu plus de deux semaines du Salon automobile de Paris.

Évoquant ce problème structurel, M. De Meo a rappelé que lors de la pandémie, le marché automobile a chuté, en raison de l’impossibilité pour les clients de se rendre en concession. « On a donc décroché nos prévisions de demande de semi-conducteurs. Et comme les gens sont restés chez eux, ils achetaient des ordinateurs, des PlayStation, etc », a expliqué M. De Meo. « L’industrie des semi-conducteurs s’est adaptée et s’est concentrée sur des produits à haute valeur ajoutée pour le marché de l’électronique grand public », a conclu le patron de Renault, qui a aujourd’hui « du mal à trouver la puce basique qui fait monter et descendre la vitre », ce qui rend impossible la production de voitures.

Carlos Tavares a rappelé les investissements importants – plusieurs dizaines de milliards à chaque fois – consentis par les États-Unis et l’Union européenne pour relancer des filières « maison » de semi-conducteurs et sortir de la dépendance envers l’Asie. « Quand ces investissements se matérialiseront, il y aura des semi-conducteurs, et même une surabondance. Mais il va falloir attendre trois ans minimum », a estimé M. Tavares.

Ce problème touche l’ensemble de l’Europe, a rappelé samedi un porte-parole de la plateforme automobile (PFA), laquelle a publié les chiffres mensuels de ventes de voitures, en berne sur les neuf premiers mois de l’année en grande partie à cause de ce manque de composants, même si les deux derniers mois ont esquissé un timide rebond.

L'inquiétante concurrence chinoise

Interrogé sur la concurrence chinoise en Europe, M. Tavares n’a pas caché une certaine inquiétude, notamment sur la voiture électrique: « La Chine attaque le marché avec des prix très bas, peut-être subventionnés d’ailleurs, mais c’est un autre sujet », a-t-il déclaré.

Il a regretté que l’Europe ait « ouvert une porte béante » aux exportations chinoises, estimant que le continent « est maintenant sous une forte pression » qui contraindra probablement les constructeurs européens, dans les prochaines années, « à réduire leurs coûts de façon très importante ». Un contexte qui a motivé selon lui la fusion de PSA avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA), pour créer Stellantis et « bénéficier d’un effet d’échelle sur la réduction des coûts et, au bout du bout, éviter de la casse sociale ». « Si vous n’êtes pas compétitifs par rapport aux constructeurs chinois, il va bien falloir que vous fassiez quelque chose… Soit vous vendez plus cher, mais vous perdez des parts de marché et votre entreprise devient trop grande ; soit vous vendez au prix imposé par la concurrence, mais au risque de finir dans le rouge et de devoir restructurer », a conclu M. Tavares.

Ceci vous intéressera aussi
Alstom : Florian Chauche interpelle le Gouvernement sur la rémunération des dirigeants

Mercredi, le député La France Insoumise du Territoire de Belfort, Florian Chauche, a interpellé le ministre délégué en charge de Lire l’article

Dans toutes les entités de General Electric, un ras-le-bol amplifié par les négociations

Les élus de la CFE-CGC, un syndicat catégoriel qui regroupe des techniciens et des cadres, dénoncent, lors des négociations annuelles Lire l’article

Territoire de Belfort : une liaison cyclable entre Thiancourt et Réchésy en construction
Véloxygène 90 a envoyé 7 recommandations à Damien Meslot, maire de Belfort, pour encourager la pratique du vélo pendant le déconfinement.

Des travaux étalés sur trois ans sont prévus pour relier Thiancourt et Réchesy à vélo. La liaison, de 15 km, Lire l’article

Hydrogène: les projets s’accélèrent, 225 stations de recharge pour véhicules prévues d’ici 2025

Le développement des capacités de production d'hydrogène décarboné en France devrait suivre le scénario le plus ambitieux imaginé en 2021 Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal