Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, Yseult rallume la Poudrière jeudi 10 juin

« Je suis une femme qui m’aime et me déteste. » Ce sont les propos d’Yseult, pour France Inter, mais aussi pour Le Monde. Au cœur d’une polémiques à la suite d’un portrait du Monde écrit par Jane Roussel, la chanteuse doit enflammer la scène de la Poudrière à l’occasion de la réouverture de la salle ce jeudi 10 juin, sur le parking de l’Arsenal.

Éva Chibane

« Je suis une femme qui m’aime et me déteste. » Ce sont les propos d’Yseult, pour France Inter, mais aussi pour Le Monde. Au cœur d’une polémique à la suite d’un portrait du Monde écrit par Jane Roussel, la chanteuse doit enflammer la scène de la Poudrière à l’occasion de la réouverture de la salle ce jeudi 10 juin, sur le parking de l’Arsenal.

Après sept mois d’arrêt, la Poudrière remet le son ce jeudi en accueillant Ussar en première partie et Yseult en tête d’affiche, un concert prévu initialement l’an dernier. Pour les organisateurs de La Poudrière, Yseult, avant tout, était une superbe « opportunité artistique » en pleine montée avant sa consécration aux victoires de la musique, au mois de février. Révélation Féminine, inspirée par Maurane ou encore Barbara, « sur scène, elle met tout le monde d’accord », confie Laura, en charge de la communication de la Poudrière.

L’artiste s’est fait connaître à travers l’émission La Nouvelle Star. Arrivée jusqu’en finale, elle signe en 2014 avec le label Polydor. « On a essayé de me gommer, de me modeler. Je ne savais même pas qui j’étais », avoue Yseult dans un podcast nommé Unique en son genre, publié par France Inter. Grâce à son avocat, elle réussit à se détacher de son label pour devenir maître de son destin : « Les artistes sont sous cloche. Aujourd’hui, je ne veux plus. » Manageuse, chorégraphe, réalisatrice, mais avant tout artiste, elle a choisi de travailler en indépendante et de fonder son propre label, YYY. Très critique à l’égard de l’industrie de la musique, elle a choisi de travailler avec des gens qui lui veulent du bien. .

Feu

Engagement, fougue, voici ce qui ressort du podcast animé par Giulia Foïs. Fervente défenseuse des minorités, Yseult avoue : « J’aurais aimé être aux côtés de Rosa Parks et prendre des notes pour le futur. » Et d’ajouter encore : « Je suis révoltée par le monde […]. Je brûle tout le temps. » Considérée comme une personnalité très « clivante », selon les termes de professionnels de la musique, elle est en tout cas fermement engagée : « Je parle pour les femmes noires, pour les femmes grosses, pour les trans, pour les gays, pour les bisexuels. »

Lors de sa discussion avec la chroniqueuse, elle avoue que sa performance lors des victoires de la musique était avant tout une performance politique, pour « refléter une société dans son ensemble ». Elle se considère d’ailleurs comme la première femme noire de sa génération à être sur la scène française de cette manière : « Je suis fière d’ouvrir une voie, mais quand on ouvre une voie, on se fait battre. »

Et on remet le son

La Poudrière réouvre pour la saison 2021 ! Retrouvez les artistes de début de juin à début octobre pour une saison haute en couleur. Elliott Armen le 12 juin, Francoeur le 13, Mojo Sapiens le 24, The Yokel en juillet ou encore Caroline Alves en août, il y en aura pour tous les goûts.

Voir ici : https://poudriere.com/agenda/

Le 9, c’est aussi le Rockhatry qui réouvre ! Les studios rouvrent aux amateurs sur réservation à l’adresse rockhatry@poudriere.com

C’est une personnalité de feu. Mais sa musique traduit sa grande sensibilité. Le titre Bad Boy parle d’amour, de douleur, de rupture. Dans son clip Corps, sorti de son dernier EP, nommé Brut, Yseult apparaît nue, une manière de mettre en avant « [s]a vulnérabilité ». Parce qu’au-delà du personnage, Yseult avoue souffrir d’hypersensibilité : « J’ai besoin de préserver le peu qu’il me reste. » Le peu qu’il lui reste, elle le réserve à la production de sa musique, et sa tournée, entamée le 4 juin à Sannois. Et on le découvrira ce jeudi 10 juin à Belfort.

Ceci vous intéressera aussi
Des pochettes de pain pour interpeller sur les violences faites aux femmes

À l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, le 25 novembre, la préfecture du Lire l’article

Nord Franche-Comté : qu’ont voté les députés sur la constitutionnalisation du droit à l’avortement ?

3 votes pour. 2 votes contre. Dans le nord Franche-Comté, les élus de gauche et de droite se sont unis Lire l’article

Le fonds Maugis a fléché 37 millions d’euros vers 15 entreprises

Les membres du fonds Maugis ont visité des entreprises ayant bénéficié de l’accompagnement. Et de se rendre compte, sur le Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté s’équipe de huit nouveaux postes d’hémodialyse

L’hôpital Nord Franche-Comté a investi dans huit nouveaux postes d’hémodialyses. Un investissement chiffré à environ 650 000 euros pour faire Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal