PSA teste le marché américain avec l’autopartage

Le deuxième groupe automobile européen espère revenir sur le marché automobile des États-Unis. Pour cela, il faudra qu’il fabrique des voitures adaptées à ce marché spécifique. L’innovation les nouvelles habitudes des consommateurs pourraient constituer autant d’opportunités.

Sur la longue route de son retour annoncé aux Etats-Unis, le groupe automobile français PSA espère franchir une nouvelle étape en 2018 en lançant un service d’autopartage dans une ou deux villes américaines. Dans un entretien, Larry Dominique, le patron pour l’Amérique du nord du deuxième constructeur automobile européen, se veut optimiste. « En 2018, nous espérons lancer en plus un ou deux services de mobilité physique. Nous sommes encore en train de négocier avec des villes », détaille le responsable.

En octobre 2017, « nous avons lancé notre premier service de mobilité aux Etats-Unis, à Seattle, avec notre application Free2Move », un agrégateur permettant d’accéder à différents services d’autopartage, a rappelé celui qui pilote le retour du groupe français sur le deuxième marché mondial, joint au téléphone avant le salon automobile de Detroit, qui ouvre ses portes la semaine prochaine. Le retour de PSA (qui détient les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel/Vauxhall) avait été annoncé en avril 2016 par le président du directoire, Carlos Tavares. Il avait dévoilé un projet sur dix ans, en trois étapes: développer d’abord des services de mobilité, puis fournir des voitures du groupe à ces opérateurs de mobilité et, en cas de succès, démarrer la vente des voitures au grand public.
La tâche s’avère très complexe pour le constructeur français, solide numéro deux en Europe derrière Volkswagen, avec près de 16% de parts de marché, mais absent des États-Unis depuis la livraison des dernières voitures Peugeot américaines en 1991.

Image positive de la France

Ce pays compte déjà « 18 constructeurs automobiles, 42 marques et plus de 330 modèles », explique M. Dominique. Avec un taux d’équipement de 800 voitures pour 1000 habitants, le marché américain laisse peu de place à de nouveaux entrants.
Les prochaines générations de véhicules PSA seront conçues pour répondre aussi aux normes américaines, ce qui n’est pas le cas des modèles actuels. « Il faudra donc au minimum plusieurs années avant que la vente de véhicules du groupe puisse être envisagée », poursuit le dirigeant de 56 ans, qui a travaillé plus de trente ans dans l’industrie automobile américaine, chez General Motors, Chrysler puis Nissan.
Selon lui, l’échec de PSA dans le passé ne se traduit par aucun déficit d’image. « Nous avons conduit des enquêtes sur les marques. La bonne nouvelle est que l’association avec la France est perçue très positivement. De nombreux consommateurs américains font instinctivement le lien avec l’industrie du luxe », assure-t-il. Cependant, au sujet de la qualité des voitures françaises, absentes du marché, les Américains « n’ont pas d’opinion ». « Ce n’est ni négatif, ni positif, c’est neutre ».

Pour Larry Dominique, les ruptures technologiques, comme la voiture connectée ou électrique ou encore l’essor rapide de l’autopartage grâce à internet et au numérique, constituent aujourd’hui une opportunité pour un groupe partant de zéro.

Construire un business solide

« Il y a environ 5 millions de personnes qui utilisent des services de mobilité aux États-Unis et on s’attend à ce qu’ils soient 30 millions d’ici cinq à dix ans ». Sur ce créneau, « notre objectif n’est pas seulement d’être rentable mais d’atteindre un haut niveau de satisfaction client ».
Faute de disposer de structures aux États-Unis, « nous devons penser notre arrivée sur le marché de façon nouvelle. C’est pourquoi nous sommes très prudents. Nous voulons apprendre ».
« Il n’y a aucune urgence, aucune date limite pour commencer à vendre des voitures. Il ne s’agit pas d’augmenter rapidement une part de marché. Il s’agit de construire un business solide », assure encore M. Dominique.
De nombreux constructeurs se lancent dans l’autopartage, un marché qui « évolue très rapidement ». Il cite notamment Mercedes avec Car2Go ou BMW avec ReachNow. Mais en matière d’agrégateur de services Free2Move « est un des pionniers, nous innovons », affirme-t-il.
Ne disposant pas de ses propres véhicules, PSA veut privilégier ceux qui répondront le mieux à la demande des consommateurs. « Il s’agira d’abord de satisfaire les clients plutôt que de simplement imposer nos voitures ».

(AFP)

Ceci vous intéressera aussi
Automobile : -11,78% en décembre, mais +3% pour Peugeot
Peugeot connaît une hausse de ses ventes en décembre, contrairement aux autres marques du groupe PSA (ici une Peugeot 3008).

Le marché automobile a encore chuté en décembre 2020, mais Peugeot s'en sort bien, alors que le groupe PSA est Lire l'article

Stellantis : les inquiétudes des syndicats face à la fusion de PSA et Fiat
Logo de Stellantis, nouveau nom de l'entité PSA et Fiat Chrysler Automobiles.

Les actionnaires de PSA ont validé ce lundi matin la fusion avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA) afin de créer le Lire l'article

PSA : les travaux de la centrale solaire, le long de l’A36, ont débuté à Sochaux
PSA installe une centrale solaire sur ses parcs d'expédition de Sochaux. En 2010, il avait installé 4800 panneaux sur un parking à proximité de l'usine. 10 fois plus de panneaux sont prévus dans le nouveau projet.

Les travaux de la future centrale solaire, prévue sur le parc d’expédition de l’usine PSA de Sochaux, le long de Lire l'article

PSA : Denis Sommer et Frédéric Barbier interpellent Carlos Tavares sur la fusion avec Fiat
Frédéric Barbier et Denis Sommer appellent « à la responsabilisation de tous les élus »

Les députés LREM Frédéric Barbier et Denis Sommer. | ©CC BY-SA 3.0 – Adrien Barbier / Le Trois Les actionnaires Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut